Image
Et si les Marques offraient un nouveau souffle au Retro Gaming ?

Et si les Marques offraient un nouveau souffle au Retro Gaming ?

Par : HUB Institute
10 avril 2013
Temps de lecture : 3 min
Body
Le jeu vidéo, longtemps mécompris, voire méprisé par certains, bénéficie aujourd’hui d’une image plus que favorable. Passé du statut de distraction plus ou moins avouable, à celui de divertissement populaire, son sens de l’Art et du Storytelling attire désormais le regard de nouvelles industries comme celle de la communication. Il faut dire que l’intérêt croissant de la ménagère et du cadre branché pour les casual games, en fait le divertissement le plus populaire au monde. Pour preuve, le finlandais Rovio est parvenu à dépassé 1,7milliard de téléchargements avec son jeu «Angry Birds».Or, l’idée même de la communication est de partir des usages du consommateur pour en soustraire des idées créatives destinées à fédérer puis convertir. Il semble donc cohérent de s’accaparer les mécaniques du jeu vidéo lorsque l’on est une marque ou une institution et que l’on ambitionne de s’offrir quelques minutes d’interaction avec le consommateur.Cette tendance appelée Gamification revête aujourd’hui différentes formes. Il peut s’agir de placement de produit au sein de jeux (In-Game) comme le font depuis des années McDonalds ou Sony dans la licence Fifa, ou les constructeurs automobiles dans Need For Speed, mais aussi de social games mutualités comme Kompany qui inclus les marques Microsoft, Mazda et Crédit Agricole dans sa trame narrative, ou enfin des Advergames comme «Save World» d’Old Spice développé sur-mesure.Toutefois, il n’est pas nécessaire d’intégrer ou de créer un jeu vidéo à part entière pour profiter de ses atouts. De plus en plus d’annonceurs détournent les codes du Jeu Vidéo dans de simples films publicitaires... et ça fonctionne ! Dès les années 90, les publicitaires se sont amusés à détourner les codes de jeux comme Snake ou Space Invaders. Notez ce spot publicitaire minimaliste de BMW qui s’est servie du jeu Pong pour valoriser la sécurité offerte par son modèle «X5». Quelques années plus tard Smart n’a pas hésité à reprendre à son tour l’univers «classique» de Pong pour le placer au coeur d’un «Test-Drive» ludique.

Le Jeu Vidéo 8-bit n’est pas prêt de mourir !

Toyota, Eastpak, Nokia, Adidas, Alpha Romeo, vous l’aurez remarqué, dans la majorité des cas, les annonceurs sont friands de jeu en 8 bit. Pourquoi ce choix ? Difficile d’y répondre de manière globale, cependant on peut avancer l’aspect nostalgique procuré par le Retro Gaming chez le public visé, à savoir les plus de 30 ans, ou encore la facilité à détourner les codes «simplistes» d’un univers 8bit. Même Hollywood s’est laissé séduire par le Retro Gaming pour promouvoir ses dernières productions. Pour fêter la saison 5 de Mad Men, AMC nous avait concocté un jeu interactif et une bande-annonce digne d’une relique pour GameBoy. Disney de son côté est allé jusqu’à transformer une rue de Londres en en univers 8 bit, pour promouvoir la sortie de son film «Les Mondes de Ralph».

Greenpeace sort le grand jeu

Aux vues du pouvoir de séduction du Jeu Vidéo, il semble plus qu’intéressant pour une ONG que de communiquer en incluant une dimension ludique dans ses prises de parole. Assez paradoxalement, Greenpeace qui attaque régulièrement Sony (Playstation) ou encore Microsoft (Xbox) pour leur manque d’étique, fait office d’exemple en la matière. Après «Shark Vs. Mermaid Death Squad», qui dénonçait la pêche du Thon, l’association s’inspire actuellement de Street Fighter, pour prévenir des émissions excessives de CO2. Les décideurs politiques européens se prononceront au mois de juin sur une régulation des émissions des voitures d’ici 2020. Greenpeace souhaitait donc marquer les esprits et faire un maximum de bruit pour avoir un impact sur leur décision. Et vous, quelles campagnes de communication, détournant les codes du Jeu Vidéo, vous ont le plus marqué ?
Envie de nous partager vos insights ?