Image
Et si la domotique vivait sa seconde révolution avec les Google Glass ?

Et si la domotique vivait sa seconde révolution avec les Google Glass ?

Par : HUB Institute
29 janvier 2014
Temps de lecture : 6 min
Body
En parcourant le web, vous avez pu tomber sur de nombreux prototypes d’applications pensées pour les Google Glass… Seulement jusqu’ici aucune n’a permis de révéler le vrai potentiel des lunettes et la rupture qu'elles pourraient conférer dans les usages. Le but de cet article est de vous démontrer ses perspectives d’avenir dans nos foyers. Article co-rédigé avec Clément Aglietta (co-fondateur de Yun Plug). A de nombreuses reprises nous avons pu aborder ensemble les perspectives d’avenir des Google Glass, qu’il s’agisse des meilleures expérimentations ou des usages à venir dans la cuisine, la santé, la mode ou encore le divertissement. Pourtant, ces lunettes n’ont rien de révolutionnaire, puisque le premier modèle date des années 80. De plus, l’éditorialisation de la paire signée Google n’a pas permis jusqu’ici au grand public de se forger une réelle vision d’un terminal qui nous rapproche pourtant de plus en plus du transhumanisme. Les « Glass Explorers » désignés comme portes drapeaux du périphérique sont quant à eux pour la plupart issues d’une sphère de technophiles dont les usages, diffèrent de ceux du grand public. Avec autant de contraintes, les Google Glass sont-elles destinées à rester de l’ordre du gadget de niche ? Personnellement je pense qu’elles témoignent d’un potentiel d’innovation considérable. La question est alors de définir la manière d’optimiser la visibilité de cet outil novateur. A mon sens, seule « l’innovation ouverte » chère à Henry Chesbrough (Université de Berkeley), est en mesure de révéler des pistes intéressantes. Ce mode d'innovation basé sur le partage et la coopération, commence à voir le jour avec des hackhatons comme le « Glass Camp », premier hackhaton européen autour des Google Glass. Impliqué dans cet écosystème, j’ai pu découvrir quelques idées très intéressantes. Développées en 36h (c’est le principe du hackhaton), elles n’ont pas véritablement de sens, commercialement parlant, mais à terme elles pourraient pourtant initier de nouveaux usages et redéfinir notre relation avec les technologies. LA RECONNAISSANCE VOCALE FAIT SON ENTRÉE DANS LA MAISON L’un des domaines les plus prometteurs en matière de connectivité, c’est bien évidemment celui de la Maison. L’une de nos principales préoccupations a toujours été d’y apporter plus de confort, soit d’automatisation. Ce fantasme technologique appelé domotique n’est que la première étape vers un rêve bien plus grand, celui de diriger notre environnement par la pensée. Cette tâche est jusqu’ici impossible à accomplir, mais nous nous en rapprochons en concevant depuis des décennies de multiples interfaces toutes plus faciles à utiliser les unes que les autres. Dans les années 1990 nous utilisions des boutons. Depuis les années 2000, nous utilisons le tactile. Et Demain, grâce au Google Glass, nous pourrons prendre le contrôle de notre environnement simplement avec la voix. Nous ne sommes pas encore rendus au stade de la pensée, mais le contrôle par la voix est une nouvelle étape dans la prise de contrôle intuitive. Cette évolution, Yun Plug en a fait son coeur d’activité. Rencontrée lors du Glass Camp, son équipe est parvenue à développer en 36h une application permettant de contrôler vocalement les fonctions « on / off » d’une lampe connectée. Evidemment, l’application n’est pas un simple gadget permettant d’allumer et d’éteindre une lampe, elle s’inscrit pleinement dans la démarche actuelle de modernisation et d’amélioration de la gestion de notre énergie. Pour comprendre le potentiel de Yun Plug il est nécessaire de s’interroger sur les enjeux liés à l’énergie… UN PETIT « GESTE » POUR L’HOMME, UN GRAND PAS POUR L’HUMANITÉ La  création et la diffusion de l’énergie, tout comme celle de l’information ont toujours été fondamentales. Le 19ème siècle à vu naître la première révolution industrielle, celle du train à vapeur et du télégraphe. Le siècle suivant fut celui des énergies fossiles, de la télévision et des moteurs à explosion, c’est la seconde révolution industrielle. Dans les grandes lignes, ces deux révolutions fonctionnent de manière similaire. L'énergie est créée dans des centrales électriques ou dans des raffineries puis distribuée selon les besoins et les moyens de chacun. Au  20ème siècle l’information est fournie par les agences de presse et est diffusée par l’intermédiaire des médias. Tout est centralisé. Dans les années 2000, une nouvelle révolution, appelée le web conversationnel (2.0), s'est mise en marche grâce à Internet. Tout le monde peut désormais consommer, créer, améliorer et partager l'information. Très bien, mais qu'en est-il pour le pétrole et l’électricité? Pourquoi vous parler de cela ? Tout simplement parce qu’il y a actuellement un décalage entre le partage, la répartition de l’information et celui de l’énergie. L'énergie est vitale, sa production est coûteuse et le sera d'autant plus demain. Or, dans un futur proche nous savons que chaque habitation sera capable de s’auto-alimenter en énergie propre, et de partager cette énergie verte. Les énergies renouvelables sont le nouvel enjeu de l’humanité. On sais aujourd’hui avec certitude que si rien n’est fait, ce n’est pas uniquement la faune et la flore qui vont disparaitre mais l’humanité tout entière. Au regard de nos modes de consommation il est évident que les gestes quotidiens seront essentiels pour préserver l’environnement, mais ne suffiront sûrement pas à faire le nécessaire pour améliorer réellement les choses. C’est pourquoi ce sont les industries elles-mêmes qui doivent modifier leurs produits et leurs modes de distribution, afin de simplifier et de faciliter l’économie d’énergie pour les utilisateurs du monde entier. Voila pourquoi Yun plug est un projet porteur, c’est un moyen simple et très efficace de lutter contre le gaspillage d’énergie et à plus long terme de partager, de redistribuer intelligemment celle-ci. « Notre application vous permet en quelques clics ou en quelques mots de gérer l’intégralité de la consommation de votre maison et d’éviter ainsi de gaspiller de l’énergie inutilement. Par exemple il n’est plus utile de laisser le chauffage dans votre appartement toute la journée pour éviter de le retrouver gelé le soir en rentrant du bureau. Vous pouvez l’activer seulement une heure avant de partir, et ainsi économiser prés de 8 h de chauffage inutile et tout cela en 3 clics ! » m’expliquait Clément Aglietta (co-fondateur avec Yann Zhang). glass yun plug À long terme, l’objectif de Yun Plug sera de miniaturiser le boitier déjà existant et de faire en sorte que les grosses entreprises telles que Samsung ou Philipps l’intègrent directement dans leurs produits. Ainsi il suffira à l’utilisateur de télécharger l’application et 1 clic ou 3 mots plus tard il pourra prendre le contrôle de l’intégralité des appareils de sa maison et établir ses règles de consommation personnalisée. Et, bien entendu, de faire cela de la manière la plus simple et la plus intuitive possible. Yun Plug ambitionne donc de s’imposer dans l’intelligence domestique (et plus si affinité) à l’image de NEST, récemment racheté par Google. Le projet n’est encore qu’un prototype, mais ses fondateurs font déjà preuve d’une grande maturité dans leur capacité à se projeter aussi bien dans les usages que dans son prisme « business ». En bref, ce qu’il faut retenir de cet article c’est évidemment la nécessite d’accélérer la synchronisation entre jeunes pousses, pleines d’idées novatrices, et de grands groupes bénéficiant de forces de ressources conséquentes et de la masse de consommateurs.