Image
Les Google Glass contribueront à améliorer votre Banque

Les Google Glass contribueront à améliorer votre Banque

Par : HUB Institute
11 mars 2014
Temps de lecture : 6 min
Body
Depuis Février dernier, le Crédit Mutuel Arkéa fait parler de lui. Ce n’est pas grâce à un nouveau service, mais plutôt grâce à une première technologique, puisque l’entreprise est la première banque à lancer en France une application sur Google Glass. Alors qu’aucune date de sortie française n’est prévue pour cet objet, de nombreux acteurs se laissent séduire par le concept et expérimente en secret (ou pas) leur propre application. Il est donc normal de se poser des questions sur les raisons d’un tel engouement. Nous avons eu le plaisir d’échanger avec Guillaume Campion des studios AMA, initiateur du projet pour Crédit Mutuel Arkéa. Décryptage d’une innovation à venir, dans le secteur de la banque et des assurances. Nous entrons actuellement dans l’ère des objets connectés, des objets intelligents qui révolutionneront la manière de consommer, d’agir voire même de vivre des gens au quotidien. Leur nombre est en constante augmentation, il ne semble pas y avoir de limites. Les usages et fonctionnalités se multiplient pour répondre aux plus petits besoins du consommateur. Pour preuve, le cabinet d’études Gartner prévoit un marché à plus de 26 milliards d’objets connectés d’ici 2020. Un des projets d’objet connecté le plus en vogue à l’heure actuelle est les Google Glass du géant de Mountain View, considéré comme porte drapeau de cette nouvelle vague. Si l’épicentre du développement et de la conception des innovations liées à ce produit se situe aux Etats-Unis, la France n’est pas en reste. La communauté de développeurs français est l’une des plus actives au monde, puisque sur 3 000 développeurs inscrits sur la plate-forme en ligne de Google, 500 proviendraient de l’hexagone. Le Studio AMA, qui conçoit, développe et édite des logiciels et applications pour de multiples devices, fait parti du programme « Google Glass Explorer ». Le studio a déjà quelques faits d’armes à son actif. Il a dans un premier temps sorti un jeu : Escape. Ensuite, AMA a assuré l’assistance technique pour la première opération chirurgicale française qui a eu lieue dans un centre hospitalier près de Rennes, à Saint-Grégoire, par le docteur Philippe Collin.

PLUS D’ACCESSIBILITE POUR LES BANQUES

SONY DSC La société vient de développer la première application bancaire pour lunettes connectées en France pour le Crédit Mutuel Arkéa. La question que l’on peut se poser est la suivante : quels sont les enjeux pour une marque bancaire ou d’assurance, de se positionner sur ce type de technologie ? Il est possible de douter à l’heure actuelle de l’utilité pour une marque de lancer une application sur Google Glass. Aucune date de sortie annoncée, un objet qui pousse à de vives réactions d’inquiétudes de la part du public, un prix élevé… quelques éléments jouent en la défaveur des lunettes connectées. C'est du côté des usages qu’il faut se tourner. Les lunettes apportent une véritable innovation à ce sujet. A l’opposé de la navigation sur smartphone, l’utilisation d’applications sur glasses peut s’avérer beaucoup plus simple, surtout lorsque les deux mains sont occupées. Il s’agit d’une nouvelle approche sensorielle qui permettra aux marques les plus technophiles et innovantes (à court terme) de tester en permanence de nouveaux usages. Dans le secteur de la banque et de l’assurance, la création d’application pour Google Glass et autres lunettes connectées, représente une véritable « révolution d’usage qui va pousser à repenser complètement les procédures ». L’application du Crédit Mutuel Arkéa propose donc de nouvelles fonctions pour accompagner ses clients en mobilité et leur proposer de nouvelles expériences :
  • Consulter les comptes en ligne d’un simple regard
  • Géolocaliser le distributeur de billets le plus proche
  • Géolocaliser l’agence bancaire la plus proche
  • Contacter, grâce à la visio, son conseillé Crédit Mutuel
En outre, l’innovation dans le secteur bancaire ou de l’assurance permettra une simplification et fluidification des usages. Pourquoi ne pas envisager de faire son constat en filmant sa voiture, le lieu de l’accident, le tout en visio-conférence avec un expert de l’assurance ou bien de scanner les documents dans l’objectif d’obtenir un prêt. Les possibilités sont multiples et ouvertes. Tous ces nouveaux services vont devenir d’importants éléments de différenciation entre les sociétés dans ces secteurs bien particuliers. Mais les premiers et principaux destinataires de ces innovations sont bel et bien les clients de ces entreprises. A l’heure actuelle, les lunettes connectées remportent un succès mitigé. Belle innovation technologique, elle fait peur. Peur d’être filmé à son insu, peur que leur utilisation entraine des problèmes de santé, les porteurs de ces objets ne reçoivent pas l’approbation de leurs pairs non technophiles… Pourtant Guillaume Campion reste positif quant à leur adoption. Bien évidemment, les « early adopters » constitueront la première vague de consommateurs à adopter cette technologie. Mais comme pour les smartphones ou les tablettes, il est important pour les marques d’accompagner les tendances : « une fois équipé, le grand public supportera de moins en moins de devoir continuer à suivre les procédures (comme le constat) qu’il jugera archaïque ». Les clients de ces secteurs d’activité seront séduits par ces nouveaux procédés à une seule condition : qu’ils leur facilitent la vie. Par ailleurs, elles constituent également un outil à disposition des employés de banque et d’assurances (analyse de l’assureur en vidéo, visio-conférence…). Equiper ses équipes de ce genre de technologie ne doit être dédié qu’au service du client, afin de renforcer le rapport humain. Cependant, il sera très important de créer et suivre un code de bonne conduite avec ses Glass pour le respect du client. A partir d’un certain moment, les entreprises du secteur bancaire ou de l’assurance devront convertir leur clientèle à ce genre de nouvelle pratique (si ce n’est l’inverse… tout dépendra de l’avancée des usages). Tout d’abord en interne, la mise en place d’un tel programme peut être rapide : « Je pense que ça peut aller très vite, quelques mois, mais là aussi la vitesse n’est pas garant de la réussite du projet ». Il faudra prendre plus de temps pour soigner le design et surtout les fonctions de l’application, afin que les Glass deviennent indispensable grâce aux nouveaux usages développés. Mais il est également primordial pour les marques de ne pas mettre en place des services trop intrusifs. Un utilisateur trop sollicité risque de se sentir oppressé par la marque s’il reçoit des informations sur son prisme visuel en continue. Les marques devront ainsi soigner la ligne éditoriale de leur sollicitation sous peine de s’attirer les foudres de leurs clients. Les Google Glass et autres lunettes connectées représentent un terrain de jeu incroyable pour les banques ou les assurances. C’est en créant des services utiles favorisant une expérience positive et en accompagnant la transformation que ces entreprises obtiendront l’approbation de leur clientèle. Les futures opportunités d’innovation résident dans des éléments de validation biométrique comme la voix ou la rétine. Les Glass auront un énorme potentiel à exploiter, à conditions de savoir l’utiliser avec justesse, et répondre aux besoins des clients sans les harceler.