Image
Enseignements et retombées des 100 premiers jours de la FNAIM sur Twitter  [HUBDAY Replay]

Enseignements et retombées des 100 premiers jours de la FNAIM sur Twitter [HUBDAY Replay]

Par : HUB Institute
4 juin 2014
Temps de lecture : 2 min
Body
De plus en plus de marques s’intéressent à leur maturité sur le digital et se lancent à la conquête des réseaux sociaux. C’est le cas notamment de la FNAIM (Fédération Nationale de l’Immobilier), qui a souhaité initier sa transformation sociale et renouer le contact avec ses consommateurs. C’est Dimitri Granger, directeur de l’agence Publicis Consultant Netinteligenz, qui nous présente ce cas. Pour les 100 premiers jours de la Fédération sur Twitter, l’objectif fixé par l’agence était de créer une modeste communauté de fidèles intéressés par l’activité. “Il y a eu toute une réflexion, sur l’opportunité que représentait la plate-forme et la légitimité de la FNAIM de lancer son compte Twitter” nous explique Dimitri Granger. Dans un contexte économique et politique plutôt complexe, Publicis Consultant Netinteligenz et la FNAIM ont du pour cela éviter de tomber dans les pièges des polémiques en cours : la guerre médiatique entre Taxis/VTC, la crise du logement… Les prises de paroles sur Twitter étaient donc orientées de manière pédagogique. Le réseau social a permis à la FNAIM de sensibiliser les consommateurs et en interne autour de ce qu’est vraiment le métier de l’immobilier : comment fonctionne le marché de l’immobilier, comment les agents sont formés... Une ligne éditoriale affinée qui a permis à la FNAIM d’engranger plus de 5000 abonnés sur le compte @FNAIM avec pour la plupart des agents immobiliers, des journalistes du secteur ou encore des politiques. Aujourd’hui, le compte twitter de la fédération est aussi utilisé comme un outil d’hyperveille et de relation publique. Pour pérenniser l’activité sociale de l’enseigne, Dimitri Granger nous explique que le challenge à venir résidera dans la formation social media en interne, pour que le réseau social soit manager directement par la fédération: “Les bons community managers sont au sein même des entreprises, car ils justifient l’expertise métier.” Retour sur ce cas intéressant en vidéo :