Image
Le Do It Together, l'intelligence collective au service du produit [HUBDAY Replay]

Le Do It Together, l'intelligence collective au service du produit [HUBDAY Replay]

Par : HUB Institute
1 juillet 2014
Temps de lecture : 2 min
Body
A l'occasion du HUB DAY Future of Products, Gael Clouzard co-fondateur d’Influencia modérait un panel autour de l’impression 3D et des usages qui en découle. Une discussion animée par nos 4 experts que sont Florent Cailly (CEO de Shapelize), Geoffrey Dorne (Fondateur de Design Human), Bertier Luyt (Fondateur du Fabshop) et Eric Seulliet (CEO de Discovery Innovation Lab). La création de contenu par les internautes sur internet fut un pas vers ce que l'on appelle désormais le "Do It Together", qui s'est accéléré ces dernières années avec l’arrivée du personal making. À ne pas en douter, l’accélération et la démocratisation de cette tendance est provoquée par l'apparition des nouvelles technologies et notamment de l’impression 3D. Cette technologie numérique rencontre toutefois certains freins liés à l’expertise requise pour une utilisation optimale. Pour palier cela, une pédagogie individuelle et collective est de plus en plus mise en place au sein d'espaces dédiés appelés fablabs. Ceux-ci offrent à tous la possibilité de créer librement tel un bricoleur du dimanche. Nés au MIT, ces laboratoires de fabrication se sont donc répliqués à travers le monde, notamment en France, où l'on dénombre autant de fablabs qu’aux États-unis selon Eric Seulliet, présent lors du panel. Ces laboratoires de quartiers ont l'intérêt de permettre de prototyper rapidement, mais aussi d'expérimenter et de co-créer par le test avec les usagers. De la même façon qu'internet semblait un idéal inaccessible du droit de savoir, l'imprimante 3D est un idéal du droit de créer. “Nous allons créer des objets comme nous avons créé du contenu sur internet” explique Geoffrey Dorne. On peut d'ailleurs faire le parallèle entre le phénomène d’effervescence des fablabs et celui des cyber-cafés lors de l’arrivée du web. Le fablab occupe le même rôle : celui d’un lieu hors du domicile où l’on se connecte autour de la technologie. Bertyer Luyt précise enfin que l'imprimante 3D a la maison est un mythe véhiculé par les journalistes. Avant même d'avoir l'imprimante 3D, il faut que les consommateurs se demandent ce qu'ils pourraient en faire. Quoi qu'il en soit les usages pour nos entreprises s'annoncent quasi-infinis. Plus de conseils et d’éléments de réflexion à retrouver dans le replay video :