Image
La collaboration entre startups et agences source d'un renouveau créatif

La collaboration entre startups et agences source d'un renouveau créatif

Par : HUB Institute
23 octobre 2014
Temps de lecture : 3 min
Body
Alors que les agences et annonceurs lancent leurs incubateurs de startups, l’AACC et le Cap Digital associent depuis 2 ans des agences à des startups. Jérôme Duchamps, vice-président de l’AACC, nous parle de Startup Project et de son environnement. On vous en parlait déjà ici, en 2012, l’AACC et Cap Digital ont développé Startup Project, afin d’accompagner les startups dans leur développement et de les associer avec différentes agences. Ensemble, elles peuvent créer des produits et services pour une marque ou directement pour l’agence. Les startups sont accompagnées sur différents aspects par l’agence, et ont accès à un large porte-feuilles de clients. Le plus souvent, ces projets sont créés directement par les agences : elles développent un incubateur ou un lab et choisissent un certain nombre d’entreprises avec qui travailler. Ici, l’AACC et le Cap Digital marient simplement une agence à une startup. Le rapprochement entre les startups et les agences ne s’est pas fait par hasard. Contrairement aux incubateurs développés par les annonceurs, ici, les deux parties sont similaires : elles évoluent dans le même écosystème où il est difficile de démarrer un projet et de le tenir sur la durée. En ayant l’appui d’une agence déjà bien installée, les entreprises ont de meilleures bases pour grandir et un nouveau point de vue intéressant sur le projet. Grâce à cette collaboration, les startups transmettent des nouvelles technologies aux agences, et les agences donnent une accélération sur le marché aux startups en leur apportant les clients les plus adaptés à leur offre. Le but final du Startup Project est la compétitivité : avec le lean management, chaque participant bénéficie d’une valeur ajoutée qui lui permettra d’améliorer son business model.
Smart-Home
Pour Jérôme Duchamps, monter un lab est un processus qui comporte 3 objectifs majeurs : -Entretenir une culture agile, en mariant la technologie et la créativité : les deux se complètent, une nouvelle technologie peut être mise en valeur par une opération créative, comme les créatifs peuvent développer de nouvelles idées à partir d’une nouvelle technologie. - Comprendre l’enjeu business. Des services et produits sont créés pour les marques et les agences ; ils seront vendus et promus. -Casser les silos au sein des agences : les personnes qui créent les labs sont parfois issus de différents services ; dans ce cadre là ils collaborent autour de la startup, et peuvent ensuite continuer leur relation, amenant à de nouveaux projets entre pôles. Plusieurs réalisation des associations de Startup Project sont notables, comme celle d’Aerys et Ogilvy avec la raquette connectée Babolat Play dans la catégorie produit pour les marques, ou la Data Refinery de Synomia pour TBWACorporate, dans les services pour les agences. Pour Nissan, Digitas et Ayotle ont travaillé sur AnyTouch, prototype qui rend tactile n’importe quel objet, mis en scène dans la démonstration de la Nissan Juke. Toujours dans l’automobile, Aerys reprend la technologie KeyFree de Ford et l’applique au digital en transformant notre smartphone en clé pour tous nos mots de passe sur notre ordinateur. Les startups incubées peuvent aussi être elles-mêmes des agences. Par exemple, We Link, incubée par TBWA, est une agence spécialisée dans la communication et le marketing des startups. Quand d’autres développent un produit, une technologie, ils développent une communication. Ces projets et incubateurs sont bel et bien bénéfiques pour tous, mais il faut être vigilants, l’agence ou l’annonceur étant en position de force, ils ne doivent pas tirer avantage de la startup sans l’aider par la suite.