Image
Quels seront les réseaux sociaux à utiliser en 2015 ?

Quels seront les réseaux sociaux à utiliser en 2015 ?

Par : HUB Institute
26 janvier 2015
Temps de lecture : 5 min
Body
Les usages des réseaux sociaux évoluent constamment, impliquant un suivi précis de la part des entreprises. Un développement aussi fréquent implique une stratégie à long terme de leur usage, pour ne pas se perdre dans les nouveautés. Elodie Jacquemond, directrice générale de Talent Agency, nous expose sa vision de ces évolutions ainsi que les prochaines tendances du milieu. Les réseaux sociaux sont entrés très rapidement dans les usages. Mais dans le milieu du digital, les manières et les moyens de s’en servir peuvent changer d’une seconde à l’autre, avec des mises à jour ou des nouvelles plateformes qui se développent. Si la majorité des utilisateurs arrivent à les suivre et à s’y adapter, ce n’est pas aussi facile dans le cas des marques, pour lesquelles les présences digitales sont axées autour d’une stratégie. En effet, pour Elodie Jacquemond, « les réseaux sociaux sont complémentaires face aux problématiques des entreprises : elles doivent impérativement établir des stratégies cohérentes en sélectionnant les réseaux sociaux qui ont du sens par rapport à leur activité. » Malgré l’apparition de nouvelles solutions, pour une communication cohérente, l’entreprise se doit de suivre sa stratégie et de ne pas toujours aller dans le sens d’un mouvement vers une nouvelle plateforme. Une marque doit être présente là où sa communauté est présente. Dans certains cas, le développement de la marque sur un nouveaux réseau peut donc être une bonne chose. Dernièrement, d’après Elodie Jacquemond, les plateformes qui prennent de l’ampleur sont Instagram, qui gagne en utilisateurs actifs, Pinterest, pour une segmentation féminine, et Facebook, qui réalise une grande avancée sur les vidéos et commence à devenir un sérieux concurrent pour Youtube. Ces sites sont déjà bien connus, mais leur évolution peut appeler une plus forte création de contenu visuel de la part des marques, afin de suivre les envies d’images et de vidéos des internautes. Quant à savoir quel réseau est le plus complet pour les entreprises, cela dépend encore une fois de l’utilisation et de l’audience visée : « LinkedIn est parfaitement adapté pour les informations de type institutionnelles via les pages entreprises, » alors que Twitter est le meilleur endroit où réaliser son SAV, comme le font la plupart des entreprises de transports. La multitude de plateformes fait qu’il n’est plus possible pour les marques de ne pas y être présentes. Quelque soit leur valeurs, leur façon de communiquer, il est possible de retranscrire ces choses dans une présence online. Après tout, « il n’est pas raisonnable pour une entreprise d’ignorer les réseaux sociaux, la digitalisation est en marche et aujourd’hui nous ne voyons aucun signe d’essoufflement, bien au contraire. » Pour ne pas perdre en notoriété et surtout pour pouvoir surveiller ce qu’il se dit d’une marque en ligne, ignorer les réseaux sociaux n’est pas une possibilité. Mais alors est-il possible d’aller plus loin que la simple communication ? Est-il possible de vendre via ces plateformes ? Pour la directrice générale de Talent Agency, « si les campagnes menées sont montées de manière intelligente — sélection du bon réseau social, utilisation du bon support, sélection d’influenceurs cohérents — par rapport au produit ou à la marque, alors oui, une communication sur les réseaux sociaux peut permettre de déclencher des ventes. » Dans le but de créer des campagnes, et donc souvent dans le but de vendre, certaines marques investissent le Dark Social. Ce sont les données partagées en privé par les internautes, par messages personnels ou sur leur profil protégé par exemple. Leur exploitation apporte des informations supplémentaires aux annonceurs, les aidant à mieux cibler et à mieux créer leurs contenus, pour qu’ils soient le plus attractifs possible. Seulement, parce qu’elles sont privées, l’utilisation de ces données n’est pas forcément bien vue par le public. C’est pourquoi Elodie Jacquemond explique que « le but est d’obtenir l’accord des utilisateurs afin de pouvoir "utiliser" ces données, il faut établir une relation de confiance et trouver un compromis avec eux. » Si ces informations sont exploitées par un annonceur, cela risque de ne pas plaire à tout le monde. Mieux vaut demander la permission, en proposant quelque chose en échange, sur un fonctionnement similaire à celui des ambassadeurs de marque. Outre les données personnelles, les campagnes apportent aussi des datas, avec des mesures comme le reach. Souvent discuté à cause de sa pertinence incertaine, « le reach est une notion assez complexe et se traduit différemment d’un réseau social à l’autre. » Sur Facebook, exposer un message devient une opération complexe puisque la plateforme change régulièrement ses algorithmes et reste plutôt flou sur le sujet. Elodie Jacquemond a donc un conseil pour vous : « structurez des campagnes différentes, innovantes afin de maximiser ce reach. » Quelles plateformes investir ? Quels formats publicitaires adopter ? Plus largement quels enjeux Business pour 2015 ? Toutes les réponses dans le nouveau HUB REPORT SOCIAL MEDIA, construit avec 14 experts issus de plateformes sociales, agences et marques. Découvrez le sommaire :

[column width="four" position="first"] [/column] [column width="seven" position="last"]

Élodie Jacquemond

Élodie Jacquemond est la CTO et fondatrice de Talent Agency, agence de production de contenu éditorial, photo, vidéo pour plusieurs marques à l'international. Elle gère des dizaines de carrières d'influenceurs et de talents.[/column]