Image
AirBnB, Uber... Ces acteurs qui disruptent l'économie traditionnelle

AirBnB, Uber... Ces acteurs qui disruptent l'économie traditionnelle

Par : HUB Institute
27 février 2015
Temps de lecture : 4 min
Body
  Cela fait maintenant plus de 5 ans que des startups comme AirBnB ou Uber se développent dans le monde. Si elle ne visent pas nécessairement la même audience que celle de leurs homologues brick&mortar, elles ne sont pas pour autant vues d’un bon œil. Les nouvelles règles qu’elles imposent ont ébranlé un marché qui fonctionnait jusqu’alors en vase clos. Pourquoi les entreprises d’économie collaborative attirent autant les consommateurs ? Pourquoi effraient-elles et parfois même révoltent-elles les grands groupes ? Les fondateurs du HUB Institute, Vincent Ducrey et Emmanuel Vivier, sont respectivement intervenus jeudi soir sur BFM Business et France 24, pour répondre à ces questions, à l’occasion de la visite à la Mairie de Paris du co-fondateur d’AirBnB, Brian Chesky.

Pourquoi la sharing economy séduit-elle tant de monde ?

Quand on pense économie du partage, on pense souvent à la location d’appartement personnel et au partage de voiture, mais on retrouve aussi toutes sortes de prêts, des outils de bricolage aux vêtements. Si ces modèles fonctionnent aussi bien, c’est parce qu’il est aujourd’hui plus simple de louer à moindre coût un bien pour une durée déterminée, que de le posséder sans véritable usage. Ces modèles ont favorisé une migration des comportements consommateurs vers plus de praticité. Si les consommateurs ont d’abord été prêts à changer leurs habitudes et ne plus aller dans les hôtels, ne plus acheter, c’est en premier lieu parce que l’expérience utilisateur proposée n’y est pas optimale. Elle est pensée du point de vue de la marque et ne répond donc pas aux besoins et demandes des clients. Quand il n’est pas possible dans un hôtel de réserver deux chambres communicantes, les familles peuvent louer une maison entière et disposer d’un espace plus simple pour un voyage avec des enfants. Les services pourvus par l’économie collaborative sont appréciés pour leur flexibilité et leur facilité. Système majoritairement de particulier à particulier, avec bien entendu une supervision de la marque, les personnes en contact peuvent ainsi avoir une réelle relation et discuter de la façon la plus intelligente de faire les choses ou encore se conseiller. Ce sont ces aspects de contact humain, de facilité, d’expérience utilisateur et de non propriété qui poussent les clients à se détacher d’un système devenu trop archaïque.

Pourquoi ses concurrents la voient d’un mauvais œil ?

Si les startups d’économie collaborative ont beaucoup d’adeptes, elles n’ont mis en place des réglementations que très récemment. Seulement, cette démarche n’est pas suffisante pour leurs concurrents. Acteurs de l’hôtellerie et taxis les considèrent comme de la concurrence déloyale et en viennent à demander aux États de réagir afin de contrer ce phénomène grandissant. En effet, comme toute entreprise, AirBnB, Uber et les autres entreprises de cette nouvelle économie doivent respecter les lois de chaque pays dans lesquels elles s’implantent. Le service de location d’appartement appose ainsi aujourd’hui une taxe sur les transactions effectuées, sans pour autant dévier de son objectif : favoriser l’expérience consommateur comme un atout face aux chaines d’hôtels. Ces modèles de partage se propagent aujourd’hui sur de nombreux autres secteurs d’activité. Une nouvelle économie se développe, promouvant la location et le partage au profit de la propriété. Ils mettent simplement en contact l’offre et la demande en utilisant le digital comme support d’échange et d’instantanéité. Une commission est prise, une plateforme adaptée est développée, proposant au final une expérience client complète et simple pour tous. L’expérience de marque devient ici celle du client. Une question se répète dans les médias : assistons-nous à une Uberisation de l’économie ? S’il n’est pas facile pour le moment d’y répondre, vous trouverez un début de réponse dans les interventions d’Emmanuel Vivier et Vincent Ducrey.

A qui AirBnB fait-il faire des cauchemars ? Sur BFM Business avec Vincent Ducrey

[button href="http://bfmbusiness.bfmtv.com/mediaplayer/video/a-qui-airbnb-fait-il-faire-des-cauchemars-14-2602-456359.html" target="blank" css_classes="tiny_button regular_text button_red center"]Partie 1[/button] [button href="http://bfmbusiness.bfmtv.com/mediaplayer/video/a-qui-airbnb-fait-il-faire-des-cauchemars-24-2602-456386.html" target="blank" css_classes="tiny_button regular_text button_red center"]Partie 2[/button] [button href="http://bfmbusiness.bfmtv.com/mediaplayer/video/a-qui-airbnb-fait-il-faire-des-cauchemars-34-2602-456403.html" target="blank" css_classes="tiny_button regular_text button_red center"]Partie 3[/button] [button href="http://bfmbusiness.bfmtv.com/mediaplayer/video/a-qui-airbnb-fait-il-faire-des-cauchemars-44-2602-456413.html" target="blank" css_classes="tiny_button regular_text button_red center"]Partie 4[/button]  

The deal with internet services. Sur France 24 avec Emmanuel Vivier

[button href="http://www.france24.com/en/20150224-the-debate-to-deal-with-internet-services-part-one/" target="blank" css_classes="tiny_button regular_text button_red center"]Partie 1[/button] [button href="http://www.france24.com/en/20150224-the-debate-to-deal-with-internet-services-part-two/" target="blank" css_classes="tiny_button regular_text button_red center"]Partie 2[/button]  
[big_title small_margin="yes"]

S'abonner à HUB Review

Rejoignez 5000+ professionnels du marketing ! Recevez les derniers articles HUB Review directement à votre boîte de réception. Entrez votre adresse email ci-dessous: [/big_title]