Image
La mobilité, enjeu majeur du développement de la Smart City

La mobilité, enjeu majeur du développement de la Smart City

Par : HUB Institute
24 avril 2015
Temps de lecture : 6 min
Body
  Les citadins sont constamment en mouvement. Qu’il s’agisse de se rendre au travail ou d’aller chercher ses enfants à l’école, les déplacements sont des facteurs inhérents au quotidien urbain. Cependant les villes sont aujourd'hui engorgées par un trafic qui ne cesse de croître et d'apporter son lot de désagréments (embouteillages, pollution...). Malgré des solutions qui émergent, le management des flux n'a jamais été un sujet aussi important pour le futur de l'urbanisme. La mobilité se révèle être un enjeu majeur dans le développement des villes de demain, les Smart Cities. Les embouteillages sont devenus monnaie courante dans les grandes villes du globe. En France on estime qu’une personne passe en moyenne 135 heures et 48 minutes par an dans les embouteillages en 2013, ce qui représenterait un coût de 17 Milliards d’euros en carburant en 2013, en usure précoce des véhicules et en heures de travail perdues. Soit en moyenne 1943 euros par foyer. Ce sont en tout cas les chiffres donnés par l’américain INRIX et la société britannique de consulting économique Center for Economics and Business Research. Au delà de ces facteurs économiques et et pratiques, c'est l'environnement qui s'avère être le plus touché par les problèmes de mobilité. Les villes qui n’occuppent que 2% de la surface du globe seraient à l’origine de 70% de l’émission de dioxyde de carbone dans l’atmosphère, selon l’AFP. Les villes intelligentes, ou en passe de le devenir, vont devoir relever le challenge de la mobilité pour proposer des infrastructures ou dispositifs pour optimiser et valoriser la circulation en milieu urbain et ainsi favoriser le bien-être de leurs citoyens.   LES AUTORITÉS MUNICIPALES DOIVENT AGIR EN PREMIER LIEU Les villes sont à l’affût de systèmes qui pourront réduire les embouteillages et plus généralement désengorger leurs routes. Plusieurs pistes sont explorées à cet effet. À Paris les pics de pollutions fréquents ont poussé la mairie à organiser des systèmes de circulation alternée. Ainsi les véhicules privés sont autorisés à circuler en fonction de leur numéro de plaque d’immatriculation. Les transports en commun figurent également comme des solutions pour gérer le nombre de véhicules en ville, en les mettant par exemple gratuitement à disposition des usagers. Pourtant ce système n'offre que des perspectives limitées en terme de capacité d'accueil. C'est pourquoi des moyens de transports plus écologiques et en libre service ont été mis en place comme les Vélib’ et les Autolib’. Mais se déplacer ne comprend pas uniquement des moyens de locomotion. D’autres villes vont instaurer des zones piétonnes étendues. C’est le cas de Londres qui a installer un péage à l’entrée de la ville depuis 2005. Les conducteurs souhaitant entrer dans la ville devront s’acquitter d’une taxe dont le prix oscille entre 10 et 15 euros par jour. L’objectif étant ici de faire à terme de Londres une zone exclusivement piétonne. Mais cette tendance est pourtant sur le déclin au niveau mondial. Ainsi de nombreuses solutions de désengorgement ont été développées par les collectivités, premiers acteurs de l'amélioration de l'urbanisme. Cependant le marché reste ouvert à toutes bonnes idées.    LE SECTEUR DE L'AUTOMOBILE DOIT PRENDRE LE VIRAGE DE L'ÉLECTRIQUE La voiture électrique est une autre piste de recherche pour les urbanistes de la ville intelligente. Sans aucune émission de gaz, elle représente une opportunité d'agir positivement sur l'environnement et de garder la possibilité de se déplacer. Cependant elle a du mal à se développer et à entrer dans les habitudes de consommation. En effet, elle propose aujourd'hui une faible autonomie, 100 km en moyenne avec des temps de charge qui sont souvent longs, jusqu’à 8 heures. Des constructeurs automobiles, comme Tesla, travaillent sur le sujet et ont développé des voitures électriques qui se rechargent en un maximum de 3 heures. À Tokyo la plus grande société de taxis Nihon Kotsu a testé la mise à disposition de taxis électriques. Les constructeurs automobiles souhaitent faire partie intégrante des évolutions de la ville. La grande tendance depuis quelques années est aux voitures autonomes. De nombreux acteur se lancent dans la bataille comme Uber, Google ou encore le constructeur Mercedes et travaillent tous à l’élaboration du futur de la voiture. Les premiers modèles circulent en ce moment même sur des pistes d’essais un peu partout dans le monde. Pourtant, la mise en circulation de ce type de véhicules dans nos rues n’est pas pour demain, il leur faudra d’abord franchir une certaine quantité de barrières.   LE DIGITAL : PARTIE PRENANTE D'UNE MOBILITÉ OPTIMISÉE La Smart City ne doit pas être abordée comme une ville digitale. Tout ne va pas se transformer en écran. Mais les innovations technologiques de part le monde sont des solutions qui vont pouvoir venir en aide à des problématiques précises de la Smart City. Le numérique a révolutionné nos usages. De nouvelles plateformes disruptent des économies en place depuis beaucoup trop longtemps et viennent apporter un service beaucoup plus utile aux usagers. C'est le cas d'Uber par exemple. Uniquement sur Smartphone, facilite le déplacement des individus et milite pour une réduction des voitures en ville. Le co-voiturage est également un phénomène collaboratif en plein développement. Blablacar, premier représentant français, offre une nouvelle expérience du voyage en voiture à ses utilisateurs : une bonne action  pour l'environnement, et une expérience humaine irremplaçable. Mais le digital ne révolutionne pas uniquement le transport : c'est la mobilité en général qui est impactée. L'open data peut être la solution peur sauver les villes de l'engorgement tout en apportant de nouveaux services. En invitant les usagers à se mobiliser, des applications comme Waze et Mooveit utilisent leurs informations en temps réel, afin de proposer et de conseiller de nouveaux itinéraires. Le digital vient ainsi ouvrir de nouvelles perspectives servicielles à une ville qui en a plus que besoin.   La mobilité vient se positionner comme une solution à l'amélioration du problème d'engorgement des villes. Que ce soit sur le type du mode de transport ou sur la proposition de services permettant d'améliorer la circulation, la mobilité n'a jamais été autant au coeur des problématiques d'amélioration du bien être des citoyens. Elles cherchent à répondre à leurs besoins, et c'est bien là le principal enjeu de la ville de demain.
[column width="three" position="first"] [/column] [column width="seven" position="last"]

CONFÉRENCE HUBDAY FUTURE OF CRM & DATA

Rejoignez 200 professionnels au HUBDAY Future of CRM & DATA pour faire un point sur les nouvelles pratiques et solutions concrètes en matière de datamining, de ciblage marketing, de pilotage de la performance et de marketing relationnel. [button href="http://hubinstitute.com/hubday/futureofcrmdata/" target="" css_classes="tiny_button regular_text"]Découvrir le programme[/button][/column]