Image
Les plateformes de SVOD et le baromètre Netflix… où en sommes nous ?

Les plateformes de SVOD et le baromètre Netflix… où en sommes nous ?

Par : HUB Institute
2 octobre 2015
Temps de lecture : 6 min
Body
 
HUBFORUM Paris le 5 et 6 octobre 2015 : Dernière chance pour réserver vos billets !
  La consommation télé mute sous l’influence du digital. De plus en plus, les usages évoluent vers une consommation à la demande et plébiscitent les services en streaming par abonnement, compétitifs et offrant un confort et une accessibilité sans pareil. Netflix, le géant américain de la SVOD dont le service est arrivé en France en septembre 2014, incarne cette nouvelle génération d’acteurs audiovisuels qui substituent les algorithmes de recommandation aux logiques traditionnelles de programmation. De quelle manière Netflix a-t-il impacté le marché français ? Comment les usages progressent-ils ? Existe-t-il un profil type d’utilisateur ? Dans le cadre du HUBFORUM Paris qui se tiendra à l’espace Pierre Cardin les 5 et 6 octobre, Jamila Yahia Messaoud, Directrice des Dpts Télécom, Cinéma, Comportement Média et Ad'hoc de Médiamétrie expose sa vision du marché de la VOD, à l’acte et par abonnement à partir du baromètre réalisé par Médiamétrie.

1- Une très forte notoriété

[column width="one" position="first"]

«

[/column] [column width="eleven" position="last"]

L’arrivée de Netflix sur le marché français, les réponses commerciales des plateformes concurrentes et les offres d’essai gratuites ont contribué au dynamisme de la SVOD et à sa notoriété. »

[/column] Avec une notoriété de 70% contre 59% l’an dernier, la SVOD est aujourd’hui un service connu par la majorité des Français, selon Médiamétrie. Et si 5% d’entre eux l’ont déjà pratiquée, on compte aujourd’hui 2,5% d’abonnés, soit 1,5 point de plus qu’en 2013. Cette progression s’explique en grande partie par l’arrivée de Netflix qui a bénéficié d’une forte couverture média. Très attendu – et aussi craint – par les acteurs audiovisuels en place, Canal+ en tête, le leader mondial de la SVOD a provoqué une réaction du marché qui y a aussi vu l’occasion de promouvoir ses services de vidéo à la demande, qu’ils soient gratuits et accessibles en catch-up ou payants, à l’acte ou à l’abonnement. Les chaînes gratuites ont continué à enrichir leur plateforme à l’instar de MyTF1, Pluzz, 6Ter. Canal+ a de son côté répliqué avec CanalPlay, une offre frontale à celle de Netflix. Par ailleurs, Netflix a misé sur une puissante campagne publicitaire, en catch-up et en affichage, pour faire connaître son service. Le résultat est là puisque Netflix affichait en juin dernier une notoriété de… 74% auprès des internautes de 15 ans et plus.  

2- Une pratique en lente progression

Cette notoriété ne se traduit pas pour autant en termes d’abonnement, même si ceux-ci ont doublé en un an. Au global, 2,5% des individus sont abonnés au moins à un service de SVOD. Et Netflix comptabiliserait entre 500 000 et 750 000 abonnés. En cause : la concurrence des nombreuses chaînes gratuites, la contre-attaque de Canal+, une législation peu favorable à Netflix en matière de chronologie des médias. Si les points forts du service américain que sont la qualité de son interface et la facilité à passer d’un écran à un autre séduisent les utilisateurs, le challenger doit renforcer son offre, perçue comme déceptive. « L’enjeu ne réside pas dans le prix, mais dans l’offre qu’il nous faut développer pour séduire et fidéliser une cible plus large », décrypte Jamila Yahia Messaoud.  

3- Le portait robot du consommateur de VOD français : un « early adopter »

  [column width="one" position="first"]

«

[/column] [column width="eleven" position="last"]

Le profil type : un homme en moyenne de 35 ans, d’un niveau social plutôt aisé – 32 % sont des CSP + vivant en région parisienne. »

[/column] La télévision à la demande séduit d’abord des urbains connectés, très consommateurs de séries TV en tous genres. Médiamétrie note ainsi une sur-représentation des étudiants, des hommes et des CSP+. Au-delà, Netflix adresse la cible dite des « Early TV Content Adopters » et, parmi eux, les « Connected Enthusiasts ». Une stratégie classique pour le nouvel entrant qui se positionne sur un service technologique à valeur ajoutée : « Comme dans toute nouvelle offre, ce sont d’abord les ‘early adopters’ qui adhèrent au service. Au fur et à mesure de l’évangélisation et de l’éducation du marché, la cible à laquelle on s’adresse s’élargit », explique Jamila Yahia Messaoud.  

4- La VOD : figure de proue du phénomène ATAWAD

[column width="one" position="first"]

«

[/column] [column width="eleven" position="last"]

Les Français plébiscitent le confort de visionnage du téléviseur. »

[/column] L’analyse des usages menée par Médiamétrie dans le cadre de son étude VOD360 (1) révèle à la fois l’importance du multi-écran ainsi que le poids déterminant de la taille de l’écran. Parce que les utilisateurs veulent pouvoir accéder à leur programme VOD en tout lieu, à tout moment et de n’importe quel terminal, le multi-écran est l’un des points forts des services vidéo délinéarisés. La hiérarchie de la taille des écrans est toutefois respectée puisque le téléviseur arrive largement en tête avec 85%, suivi par l’ordinateur (23%) et la tablette (10%) qui ont tous deux progressé de 6 points tandis que le smartphone se classe en dernier avec 6%. L’étude montre également une corrélation entre le type de programme regardé et l’écran : quelle que soit la taille des écrans, ce sont les films qui s’imposent comme étant le genre de programmes le plus regardé. Incontestablement, les français plébiscitent la qualité d’image du téléviseur pour visionner les films. Quant aux séries, elles gagnent des places au fur et à mesure de la diminution de la taille de l’écran : 3ème sur la TV, 1ère sur le mobile. (1) VOD360, une étude conduite par internet chaque année par Médiamétrie depuis 2010, auprès de 4 000 internautes représentatifs de la population d’internautes, âgés de 6 ans et plus.   Retrouvez Jamila Yahia Messaoud, Directrice des Dpts Télécom, Cinéma, Comportement Média et Ad'hoc de Médiamétrie au HUBFORUM Paris le lundi 5 octobre à l'Espace Pierre Cardin pour en savoir plus sur la vidéo et le marketing : le nouveau graal du digital.

[column width="three" position="first"] [/column] [column width="seven" position="last"]

HUBFORUM Paris 2015 DISRUPT OR BE DISRUPTED !

Rendez-vous les 5 & 6 octobre 2015 pour la conférence incontournable sur la transformation digitale dédiée au thème : Disrupt or be Disrupted ! [button href="http://www.hubforum.com/paris/billets/" target="" css_classes="tiny_button regular_text"]Achetez dès maintenant vos billets[/button][/column] [column width="three" position="first"] Médiamétrie VOD 360 [/column] [column width="seven" position="last"]

POUR EN SAVOIR PLUS SUR LA VOD360 :

L'étude VOD360, conduite chaque depuis 2010 par Médiamétrie, offre un panorama des usages de la vidéo à la demande (VOD à l'acte et par abonnement) [button href="http://www.mediametrie.fr/comportements/solutions/vod360.php?id=33" target="" css_classes="tiny_button regular_text"]Téléchargez la plaquette[/button][/column] [column width="three" position="first"]   [column width="three" position="first"] Médiamétrie Baromètre Netflix [/column] [column width="seven" position="last"]

POUR EN SAVOIR PLUS SUR LE BAROMÈTRE NETFLIX ET LA MÉTHODOLOGIE MÉDIAFIT :

Le Baromètre Netflix mis en place par Médiamétrie : lancé en décembre 2014, il a été actualisé en mars et en juin 2015. [button href="http://www.mediametrie.fr/comportements/solutions/le-barometre-netflix.php?id=133" target="" css_classes="tiny_button regular_text"]Téléchargez la plaquette[/button][/column] [column width="three" position="first"]