Image
"Transformer le tissu économique national en utilisant les méthodes des Startups" - Axelle Lemaire au HUBFORUM 2015

"Transformer le tissu économique national en utilisant les méthodes des Startups" - Axelle Lemaire au HUBFORUM 2015

Par : HUB Institute
6 octobre 2015
Temps de lecture : 4 min
Body
 
HUBFORUM Paris les 5 et 6 octobre 2015 : Découvrez le Live !
A l’occasion du HUBFORUM 2015, Vincent Ducrey, Co-fondateur du HUB Institute, a reçu Axelle Lemaire, Secrétaire d’Etat Chargée du Numérique, au cours d’un Q&A sur la politique numérique du gouvernement. 

Découvrez la vidéo REPLAY complète de l'intervention :

1- Vers la transformation de l’ensemble du tissu économique national

« L’enjeu pour les années à venir concerne la transformation de l’ensemble du tissu économique national. » On accorde une grande importance aux startups qui créent tous les jours des nouveaux modèles économiques et qui ont, pour certaines, une croissance très forte. Toutefois, la priorité du gouvernement pour les années à venir ne se limite pas à l’accompagnement des startups mais concerne la transformation de l’ensemble du tissu économique et industriel de notre pays. « L’enjeu c’est que tout ce tissu se transforme en utilisant les méthodes des startups. »  

2- L’économie de la donnée, levier de croissance et de création de valeur

« Aujourd’hui la plus forte création de valeur se fait dans l’immatériel. » La capacité des entreprises à collecter, analyser et exploiter les données est une source de grande valeur ajoutée, à condition de savoir les utiliser. « La data ne fonctionne pas comme le pétrole, mais comme la lumière. Sa valeur augmente en se multipliant. » A l’inverse des produits industriels, la valeur des données croît à mesure que l’on les accumule. Plus on dispose de données, plus on peut effectuer d’analyses fines, pertinentes, et valorisables. C’est tout l’enjeu et la raison d’être du partage des données. « Il faut que les données puissent être réappropriées par les citoyens et entreprises innovantes. » Le gouvernement a déjà pris des initiatives concernant l’économie de la donnée avec la création de la mission Etalab. Ce mouvement devrait se poursuivre, comme en atteste la volonté de la ministre de développer les Infolabs et Datalabs.  

3- Allier local et international : l’importance de penser « glocal »

« En France l’innovation naît dans les territoires. Il ne faut pas la brider en la forçant à venir à Paris. » S’il est indispensable aujourd’hui de penser des modèles économiques dans une démarche internationale, il est tout aussi important de valoriser les innovations là où elles naissent. Or la France dispose de régions dynamiques, avec un écosystème d’écoles, de centres de recherche, et d’entreprises innovantes : « Je défends une French Tech des territoires ! » Cette volonté de valoriser les initiatives en région est au cœur de la création de la French Tech qui soutient, par son label, les initiatives en région. « Chaque territoire est en train de faire sa propre mutation, et la French Tech y contribue. »  

4 - Loi Lemaire, réflexion sur l’économie collaborative, promotion à l’international :  les prochains chantiers politiques pour le secteur du numérique

L’actualité professionnelle de la Secrétaire d’Etat au Numérique s’annonce chargée avec trois chantiers politiques d’envergure. 1 : Projet de loi Lemaire sur le Numérique Le projet de loi sur numérique d’Axelle Lemaire, publié le 26 septembre, s’attaque aux grands chantiers du numérique identifiés par le gouvernement, à savoir: l’Open Data, la protection des données personnelles, et l’accès à tous au numérique. Première en France, ce projet de loi a été ouvert au débat citoyen à travers une phase de consultation publique sur internet, ouverte jusqu’au 18 octobre. Ainsi, les internautes intéressés ont la possibilité de commenter, de modifier, ou d’ajouter des articles au projet. Ceux-ci sont également amenés à voter pour les meilleures contributions proposées par leurs pairs via une système de « likes ». L’administration s’impose un devoir de réponse aux contributeurs les plus populaires, et s’engage à intégrer les propositions les mieux notées dans le projet de loi. Avec plus de 3000 contributions et 25000 votes à date, le ministère se félicite du taux de participation, qui traduit un réel intérêt des internautes pour les questions de politique numérique. 2 : L’économie collaborative Outre le projet de loi, l’agenda de la secrétaire d’Etat sera également marqué par des chantiers de réflexion liés à l’économie collaborative. Celle-ci est désormais omniprésente, et les Français sont de plus en plus nombreux à l’adopter. Le gouvernement entend donc jouer une carte dans le développement d’une économie collaborative à la française. Cela implique en amont d’en définir les contours juridiques. 3 : La promotion de la France à l’international « La France est un pays dynamique mais souffre d’un certain nombre de clichés qui nuisent aux échanges. » L’une des priorités du gouvernement concerne donc l’accompagnement des entreprises françaises à l’international. Des déplacements de la ministre sont d’ailleurs prévus prochainement en Afrique et en Asie, notamment pour inaugurer des French Tech Hubs, conçus pour valoriser et accompagner les entreprises françaises à l’étranger.