Image
Retour sur Food Is Social 2015

Retour sur Food Is Social 2015

Par : HUB Institute
1 décembre 2015
Temps de lecture : 5 min
Body
L’équipe du HUB Institute s’est rendue à la 3ème Edition de FOOD IS SOCIAL 2015, le 24 novembre à Paris. Cette après-midi fût l’occasion d’en apprendre un peu plus sur les grandes tendances de la sphère Food Digitale, qui se transforme quotidiennement. Que retiendra-t-on de la conférence Food is Social ? C’est avec enthousiasme que se sont présentés Guillaume du Gardier et Pascale Aziria lors de la 3ème édition de Food is Social au Ministère de l’Economie. Une demi-journée pour mieux comprendre comment arriver à un équilibre entre petits et grands acteurs de l’industrie agroalimentaire, pour faire naître une vraie prise de conscience de la part du consommateur, du monde digital et de l’industrie. Au cours de ces cinq tables rondes, nous avons pu mieux comprendre le commerce de proximité, les codes du Social Media et comment obtenir un équilibre entre les start-ups, l’industrie et le consommateur. [caption id="attachment_24595" align="aligncenter" width="530"]Guillaume du Gardier et Pascale Aziria Guillaume du Gardier et Pascale Aziria[/caption] 1ère table ronde : digital & food, nouveaux enjeux et perspectives Selon Philippe Le Magueresse, Directeur Général associé d’Opinion Way, il est essentiel de faire un état des lieux de la consommation en France. Nous avons tous de nouveaux points de repères, nous vivons une nouvelle réalité où la consommation et le système de production sont constemment remis en cause.
« Aujourd’hui, le consommateur rejette le produit standard. La numérisation bouscule les attentes des consommateurs. »

Philippe Le Magueresse, Directeur Général associé d’Opinion Way

Une nouvelle société, de nouvelles attentes

La première attente se base sur la dimension relationnelle : le consommateur est en quête permanente de transparence et d’accessibilité, dans tous les secteurs aujourd’hui nous cherchons à établir un lien. La simplification de la vie fait également partie des attentes : le consommateur veut obtenir toujours plus d’informations nutritionnelles, de disponibilité du produit. Les comportements changent, Internet devient un allié incontournable. FIS Le consommateur devient acteur : il recherche des recettes de cuisine ou des vidéos de recettes et les bons gestes à adopter. Tout ce qui permet aux individus d’être actifs devient une tendance clé qui va à l’encontre des standards.   La concurrence dépasse le secteur agroalimentaire La nouvelle concurrence est celle qui se met en place avec les différents secteurs. Nous avons beaucoup d’initiatives entre le Food et Internet, il ne faut pas regarder uniquement son propre secteur mais avoir se mettre en compétition avec les autres les secteurs, il faut bouger. Autrement dit nouer le lien et l’utilité. Les startups dans le secteur agroalimentaire se dirigent vers un nouveau business model en accord avec les besoins du consommateur.
« Il faut se questionner sur quels sont les acteurs qui disruptent le food »  

Vincent Puren, Contents Director chez Maddyness.

Des tendances comme le Katering ou la consommation de proximité collaborative émergent avec YIHAODIAN, une startup chinoise qui propose de scanner des produits ‘types’ pour ensuite recevoir sa commande chez soi.

Une autre tendance se dessine : l’ordering / delivering avec la propagation des Box, comme Hello Fresh ou Cook Angels. Le consommateur veut vivre une expérience unique, il aime qu’on le surprenne.   Une démarche de proximité et d’accompagnement L’exemple de Youmiam, une start-up française :
« Youmiam est un compagnon des aventures culinaires, gestion de la course, vers un marketing relationnel dans le quotidien des consommateurs. Il faut sortir de la logique publicitaire, les marques doivent faire évoluer leur rôle vers un accompagnement de besoins. En quelques mots passer du Just in case au Just in time. Être créateur d’expérience, de relation sous une logique d’accompagnement.»  

Théophile Co-fondateur de Youmiam

  Les réseaux sociaux sur le grill : Instagram ou comment sublimer sa marque
« Instagram monte en puissance, il ne faut pas oublier que la notion de beauté est très importante. Le traitement d’image est d’abord une expression visuelle, la marque est sublimée. Avant de positionner sa marque il faut réfléchir à une bonne ligne éditoriale et surtout à développer un bon contenu pour les utilisateurs. »

Florence Trouche Sales Manager @ Facebook

  Les blogueurs food & wine : vers une relation sincère avec les marques  Les blogueurs présents à cette table ronde ont montré tout leur intérêt pour les réseaux sociaux. Lorsqu’on parle des arts de la table, il ne faut pas oublier la spécificité de chaque plateforme puisque la durée de vie du contenu diffère.
« Pinterest par exemple possède une durée de vie plus forte qu’un post Facebook ou du contenu Instagram. Dans ces deux derniers le contenu devient très vite obsolète. Nous devons faire attention entre le contenu chaud et le contenu froid. »

Anne Lataillade @ Papilles et Pupilles

[caption id="attachment_24601" align="aligncenter" width="720"]2 Blogueurs : Dorian Nieto - Anne Lataillade - Gregory Cohen - Nadia Malka[/caption] Les blogeurs veulent une approche plus sincère, montrer le réel intérêt pour eux pour collaborer avec une marque.   La consommation de proximité dans le digital : Nicolas « Dis moi Nicolas » 
« Le compte Twitter permet de lever le frein entre des spécialistes et le jeune consommateur 25-35 ans, qui ne veut pas s’affronter au caviste. Nicolas propose le premier service question réponse. Des réponses réelles, un traitement humain ».

Isabelle Johanet, Responsable Marketing Communication et Publicité

« L’application et le site web ont permis un nouveau traffic, de pick and collect. Le digital a permis de se rapprocher. »

Jules Trecco Directeur Digital & Communication chez Fauchon

Cette conférence Food is Social 2015 nous a appris que ce sont les petits acteurs qui apportent l’innovation dans le secteur. Par ailleurs, les réseaux sociaux ont chacun leurs spécificités et doivent faire l’objet d’une stratégie adaptée à chaque plateforme.