Pourquoi passer à la BI Moderne ?

Retail Marketing B2B Digital RH Transformation Numérique Advertising
Qlik
Share Tweet

Le dernier baromètre « Data-Driven Enterprise » publié par Qlik révèle le rôle crucial de la donnée dans la transformation digitale des entreprises. Mais si elles se disent déjà largement « pilotées par la donnée », les entreprises ont encore des efforts à faire en termes d’outils et de compétences. Pourquoi est-il important aujourd’hui pour une entreprise d’adopter une culture data ? Quels sont les moyens pour y parvenir ?

Téléchargez dès maintenant l’e-book de Qlik sur « 7 points sur l’entreprise Data driven »


 Qu’est-ce qu’une entreprise « data-driven » ?

Traditionnellement, les entreprises utilisent l’analyse des données pour mesurer leur performance et améliorer leurs processus. Une entreprise « data-driven » est une entreprise réellement pilotée par la donnée, qui peut baser ses décisions sur des faits et des insights qui lui sont révélés par l’analyse de la donnée. Cela nécessite des outils d’analyse agiles, et une organisation où les salariés ont accès à la donnée, la partagent, collaborent et prennent des décisions pertinentes grâce à elle.

Mais ce qui est plus intéressant encore, c’est l’enjeu de ces data dans la transformation de l’entreprise. Dans le baromètre « Data-Driven Enterprise », nous voyons que la donnée est devenue un enjeu majeur pour les entreprises : 54% des dirigeants considèrent la data comme primordiale dans leur stratégie globale et 53% pensent que le data génère des évolutions dans leur business model ou leur positionnement de marché.

Elles sont aussi très nombreuses (57%) à se juger totalement ou partiellement data-driven : plotées par la donnée. Pourtant elles ont encore des efforts à faire : que ce soit au niveau juridique, budgétaire, ou en termes de moyens humains et de compétences, leur réflexion n’est pas encore très avancée.

Elles n’ont pas non plus les outils pour pouvoir explorer leurs données avec agilité : elles souhaitent des solutions d’analyse plus interactives et visuelles, des indicateurs plus fiables et un meilleur partage de l’information entre les services. Elles se basent encore sur des outils de BI traditionnels, et ne sont pas toutes passées à la BI moderne.

Qu’est-ce que la BI moderne ?

Le cabinet d’analystes Gartner a fait le constat que les outils « traditionnels » de reporting ne répondent plus au besoin d’agilité des entreprises. Les utilisateurs métiers ne veulent plus attendre 2 mois que leur service informatique leur livre le nouveau tableau de bord dont ils ont besoin. Ils veulent des outils dynamiques, qui les aident à prendre des décisions en explorant leurs données librement et en obtenant des visualisations concrètes. Ils ont de moins en moins de temps pour prendre des décisions : leurs outils analytiques doivent leur apporter de l’agilité.

Les métiers ont contourné le problème pendant un temps, en procédant à des extractions de données pour alimenter des tableaux Excel. Mais cette solution n’est pas viable à long terme : les sources de données se multiplient, les volumes augmentent, les utilisateurs ont besoin de solutions solides, fiables, permettant de gérer des droits d’accès, de partager leurs analyses avec leur eco-system, d’intégrer des données externes, et tout ceci sans sacrifier la simplicité et l’autonomie que leur procure leur tableur.

Gartner considère donc que les entreprises ont besoin aujourd’hui de mettre en place une plateforme de BI & Analytics moderne, qui permette aux utilisateurs d’être réellement autonomes, grâce à des fonctionnalités de BI en libre-service, et qui donne à l’informatique la capacité de gouverner l’utilisation de cette plateforme, avec bien sûr les règles de sécurité, la puissance de déploiement à grande échelle, les droits d’accès, la gestion des flux de données, etc.

Que doit proposer une plateforme de BI moderne ?

Pour démocratiser cette utilisation des données, les plateformes de BI moderne doivent intégrer de nouvelles fonctionnalités, comme la préparation des données accessible à l’utilisateur, pour leur permettre de réconcilier facilement leurs différentes sources de données. Elles doivent aussi répondre aux besoins de mobilité : un utilisateur qui étudie un tableau de bord depuis son PC doit pouvoir retrouver son analyse et ses critères de tri quand il passe sur sa tablette ou sur son smartphone en se déplaçant.

La partie visualisation elle-même, au cœur de ces nouvelles plateformes de BI Moderne, doit offrir un large panel de représentations graphiques, incluant la cartographie, utilisée aujourd’hui par tous les services de l’entreprise pour représenter leurs données sur des cartes géographiques dynamiques. Elle doit aussi permettre à l’utilisateur de choisir le meilleur type représentation, selon ce qu’il cherche à visualiser ou à démontrer.

Enfin, la BI moderne doit répondre à tous les besoins : le reporting statique n’a pas disparu, il répond à la demande de certains utilisateurs qui veulent être informés des résultats de leur activité, sans forcément avoir besoin d’explorer les données. De même, les analyses embarquées dans les applications existantes (ERP, CRM…) se développent de plus en plus. Et les entreprises étendent aussi leurs analyses à leur écosystème : elles partagent leurs applications d’analyse avec leurs clients ou leurs partenaires, plutôt que d’envoyer des états papiers comme elles le faisaient auparavant. Tous ces cas d’usages doivent être intégrés dans les plateformes de BI modernes, qui doivent aussi être accessibles dans le cloud.

A quoi sert précisément la data visualisation ? Comment les entreprises l’utilisent ?

Avec la masse d’informations générées, les analyses classiques ne suffisent plus. Placer les données dans un contexte visuel, à partir de représentations graphiques pertinentes permet de mieux appréhender la donnée, de la comprendre de l’analyser plus facilement en faisant ressortir des éléments, des tendances, des corrélations qui n’apparaîtraient pas dans des listes et tableaux. Les représentations modernes intègrent des flux, des mapping, des bulles dans des nuages de points, des cartes de chaleur, et bien d’autres types de graphiques qui donnent du sens à la donnée.

Comme l’explique la Harvard Business Review dans son dernier numéro, savoir créer des visualisations de données intelligentes est devenu un « must have » car la prise de décision repose de plus en plus sur l’analyse des données.

La data visualisation est aussi associée à la data discovery : la capacité à explorer ses données par simple clic, sans avoir besoin de définir à l’avance les requêtes et les chemins d’analyse. Avec la data visualisation, ou « l’exploration visuelle des données », vous créez rapidement des tableaux de bord, des indicateurs et des graphiques qui vous permettent de prendre des décisions éclairées, en répondant à toutes vos questions. Nous disons chez Qlik que vous pouvez ainsi « découvrir toute l’histoire qui vit dans vos données. »

Comment s’intègrent ces solutions dans les projets des entreprises autour de la donnée ?

Une majorité d’entreprises (59%) ont déjà achevé ou sont en train de mener un projet big data. La dataviz permet d’analyser les big data pour donner aux utilisateurs métiers, et aux décideurs en général, une vision claire et précise de ce que ces données recèlent. Beaucoup de nos clients utilisent Qlik pour compléter leur processus prédictif, par exemple, pour donner une représentation réelle des modèles calculés par les data scientists.

Comment devenir une entreprise data-driven ?

De plus en plus d’utilisateurs auront accès aux solutions de BI moderne dans un avenir proche. Il faut pour cela développer leur appétence pour l’analyse des données, et c’est ce que font les Chief Data Officers dans les entreprises : ils organisent des ateliers pour que les utilisateurs « jouent » avec leurs données, et découvrent des gisements de valeur, grâce à l’utilisation de la dataviz.

Les business models évoluent de cette façon, en découvrant des utilisations nouvelles de la data, qui se trouve de fait au cœur de la transformation digitale de l’entreprise. C’est ce qu’affirment en tout cas plus de la moitié des Directeurs Marketing que nous avons interrogés dans notre dernier baromètre sur « l’entreprise data-driven ».


7 points sur l’entreprise data driven

Dernier baromètre mené avec l’Ebg auprès de 800 responsables Marketing et Dirigeants a permis de mettre en évidence la maturité des entreprises, et révèle aussi quelques freins à surmonter pour devenir totalement data driven.

Télécharger le nouvel e-book


Angelica Reyes, Directrice Marketing Europe Sud de Qlik, témoigne lors d’une interview exclusive sur l’importance de la data aujourd’hui en entreprise.


Retrouvez Angelica Reyes, Directrice Marketing Europe du Sud chez Qlik, Marc Rousseau Head of Data & Head of Growth chez Auchan Direct et Vincent Cadoret, DSI chez Omnicom lors du HUBDAY Future Of Data, CRM & Programmatic le 27 avril prochain.

Angélica Reyes
Angélica Reyes a plus de 15 ans d’expérience sur le marché des nouvelles technologies et du web, dans des fonctions de marketing et business développement. Directrice Marketing Europe du Sud chez Qlik, éditeur leader du marché de la BI & Analytics, elle accompagne les entreprises dans leur stratégie d’exploitation de leurs données, pour devenir plus compétitives.

HUBDAY Future of Daata, CRM & Programmatic


Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password