La Shazamisation du Retail : entre créativité & performance

Retail Marketing B2B Digital RH Transformation Numérique Advertising
Share Tweet

Temps de lecture : 4 min

Dans le cadre de notre étude Hub Report « Future of retail & E-commerce 2017 »  nous avons interrogé Julie Leplus, directrice commerciale France chez Shazam. 

Bonjour Julie, pouvez-vous nous partager le bilan de l’application Shazam et les grandes missions en 2017 ?

La tendance de Shazam est résolument positive, et ce depuis des années, tant en matière de téléchargements et d’usage qu’en termes de revenus. Le bilan est encore plus remarquable depuis 2 ans.

Sur le plan global, nous avons intégré la possibilité de shazamer des visuels en 2015 et aujourd’hui même d’avoir un résultat en réalité augmentée. Nous avons en outre dépassé le milliard de téléchargements très récemment et nous devenons la première application à avoir son propre jeu télévisé — ce sera sur la Fox en mai et en prime time.

Sur le plan local et sur la France, nous maintenons notre 2e place en nombre d’utilisateurs derrière les Etats-Unis — une performance exceptionnelle quand on sait que le taux de pénétration smartphone est loin d’être le plus élevé en France comparativement aux autres pays européens —, les artistes français sont toujours parmi les plus shazamés dans le monde — l’an dernier Kungs avec « This girl » a été shazamé plus de 14 millions de fois et arrive 2e en 2016 — et nous sommes fiers de revendiquer le plus grand nombre d’activations de la reconnaissance visuelle avec les marques, et des revenus qui ont doublé en 2 ans.

Les objectifs pour cette année en France sont évidemment de maintenir cette tendance et de rester la référence en tant qu’application de reconnaissance musicale. Nous gardons aussi comme objectif d’opérer cette mutation en termes d’usage sur la reconnaissance visuelle en nous rapprochant encore davantage des marques et des éditeurs, afin d’enrichir leurs campagnes et leurs produits et permettre à des millions de personnes d’obtenir tout type d’informations contextualisées instantanément.

Shazam passe donc du scan de la musique au scan du monde physique. Quels cas d’usages avez-vous développés ou pourraient être imaginés dans le futur ? 

Nous avons récemment lancé notre première opération mondiale en réalité augmentée avec le Groupe Mars et la marque Malteser. A l’occasion de Pâques, notre équipe australienne a développé une chasse au lapin en chocolat à partir de leur campagne affichage en réalité augmentée !! C’est une expérience totalement inédite, qui nous emmène dans un univers de marque très ludique et nous fait complètement retomber en enfance ! C’est très inspirant pour l’avenir, puisqu’au delà d’une expérience de jeu comme celle-ci, nous pouvons imaginer des essais réels des produits à partir de visuels publicitaires.

Un autre exemple, autre domaine, nous avons mis en place un partenariat avec Volkswagen en concession : sur une dizaine d’emplacements, vous pouvez trouver des vignettes shazamables permettant d’avoir accès à des vidéos descriptives des véhicules et de certaines fonctionnalités. Cela permet de digitaliser les concessions mais également de faire parfois gagner du temps au vendeur !

Quelle est la place de la data dans vos dispositifs pour les marques ? 

C’est un très bon point, que je n’ai pas abordé encore mais qui est central dans notre approche, et vers lequel nous évoluons bien sûr. De la même façon que nous avons un dashboard recensant toute l’activité de Shazam en termes de musique (chansons, artistes, genres ou localisation), lorsque les marques ou éditeurs utilisent la technologie Shazam sur leurs campagnes ou produits, nous leur faisons bénéficier des data profiling que nous pouvons extraire de ces campagnes, et ce afin qu’ils comprennent mieux leur audience et leurs potentiels consommateurs.

Dans notre étude, nous essayons de dresser le portrait du point de vente du futur allié du digital. Quel est celui existant qui vous a convaincu ? et votre site e-commerce préféré et pourquoi ?

Nous avons mis en place récemment un partenariat avec Mango en Espagne, sur une vingtaine de points de vente. Les clients de ces boutiques peuvent se connecter via Shazam pour accéder aux playlists de la marque enseigne, des offres spéciales et les dernières actualités de la saison. Un accès au réseau social sera aussi disponible pour les utilisateurs, incluant la chaîne Spotify. Actuellement, plus de 64% des achats en ligne de la marque sont générés grâce aux smartphones, nous sommes dans un monde d’instantanéité…

Ce qui m’amène à mon site de e-commerce favori…pas très original mais je dirais amazon pour leur offre sans limite, leur rapidité et simplicité…et compétitivité prix en plus ! Imparable. Suis moins convaincue par le dash button, puisque centré sur un seul produit.

Enfin, je mentionnerais sinon mon appli préféré ces derniers temps, toujours pour les mêmes raisons de praticité et d’instantanéité, “Urban massage” qui s’est récemment implanté en FR mais qui est en Angleterre depuis quelques temps déjà . Cette application propose des massages à domicile dans les 2 heures, avec choix du massage et des masseurs sur notations, à des prix tout à fait abordables. L’uberisation encore et toujours, pour le meilleur dans bien des cas !

Découvrez l’extrait du Hub Report future of retail & E-commerce à télécharger ici.

HUBDAY Future of Daata, CRM & Programmatic


Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password