Image
Le groupe Casino imagine son modèle économique de la data avec RevelanC et Oracle [Replay HUBFORUM]

Le groupe Casino imagine son modèle économique de la data avec RevelanC et Oracle [Replay HUBFORUM]

Par : HUB Institute
19 octobre 2017
Temps de lecture : 2 min
Chapo

Marco Tinelli, CEO de RelevanC (ex-Casino), Alice Balagué, Chief Operating Officer de RelevanC (ex-Casino) et David Pastural, Directeur Commercial d’Oracle ont présenté RelevanC, une plateforme data avant-gardiste lancée en quelques semaines. Un objectif : monétiser l’actif data du groupe Casino.

Body
Marco Tinelli, CEO de RelevanC (ex-Casino), Alice Balagué, Chief Operating Officer de RelevanC (ex-Casino) et David Pastural, Directeur Commercial d’Oracle ont présenté RelevanC, une plateforme data avant-gardiste lancée en quelques semaines. Un objectif : monétiser l’actif data du groupe Casino.
  •       Le groupe Casino, qui compte 8 enseignes nationales (Casino, Monoprix, Franprix, Cdiscount…) a engagé au début de l’été un ambitieux projet visant à réunir sur une même plateforme toutes ses données clients pour en faire un réel centre de profit, et le point de départ de campagnes multicanales personnalisées, off et online.
  •       60 millions de transactions enregistrées chaque mois : autant de données basées sur la vraie vie des consommateurs, avec une couverture proche de 100% de la population française. Cela permet de s’appuyer sur de l’information avérée et de bonne qualité, mais aussi de décorréler la data du média plutôt que d’avoir une vision trop silotée comme on le voit de plus en plus : la data Facebook, la data Google etc.
  •       Ce projet RelevanC a vu le jour en juin. En seulement 3 mois, une trentaine d’experts data ont été recrutés. Les données des 8 enseignes du groupe ont déjà été regroupés dans un immense datalake et la DMP Oracle a été implémentée. La régie a déjà signé des contrats avec une dizaine d’annonceurs (marques, agences, médias, instituts d’étude…).
A l’heure de l’accélération digitale, le projet RelevanC prouve que même à l’échelle d’un grand groupe, la transformation est possible dans des délais très courts. Ce retour d’expérience montre également la maturité des entreprises qui commencent à réfléchir à la question du modèle économique de leur data.   Article écrit en collaboration avec Stéphanie Camus