Video time
10:25 min

Assemblée Nationale : comment le secteur agricole peut-il participer pleinement à la transition énergétique ?

Par : Chloé Vasseur
9 juillet 2021
Temps de visionnage10:25 min

Jean-Luc Fugit, député du Rhône et Vice Président de l’Office Parlementaire d’Évaluation des Choix Scientifiques et Technologiques revient sur les enjeux de la transition agro énergétique. Le principal défi à relever étant de réduire l’impact environnemental de l’agriculture, notamment grâce à une meilleure utilisation de l’énergie. 

Vous souhaitez approfondir les sujets liés aux énergies ?
 Retrouvez dès à présent l'ensemble des replays du Sustainable Energies Forum !


L’agriculture implique de fortes réflexions autour de l’économie circulaire, que ce soit pour intégrer la réutilisation des déchets agricoles, ou bien la relocalisation de la production énergétique au sein des territoires. 

Jean-Luc Fugit commence par rappeler ceci : 20% des énergies renouvelables produites en France le sont par le monde agricole [...] d’ici à 2030-2040 on doit pouvoir arriver à deux, voire trois fois plus” 

Cependant la production énergétique ne doit pas prendre le pas sur la production alimentaire. Jean-Luc Fugit rappelle l’un des points clés du dernier rapport produit par l’Office Parlementaire d’Évaluation des Choix Scientifiques et Technologiques, à savoir la priorisation de la production alimentaire en cas de conflit d’usage des sols.  Il existe différentes pistes liées à l’économie circulaire pour combiner production agricole et énergétique : 

  • Gestion des déchets : avec la valorisation des déchets agricoles via la méthanisation  (technologie basée sur la dégradation par des micro-organismes de la matière organique). Un procédé qui peut être en plus couplé avec la production d’hydrogène. Cette technique permet par exemple d’économiser jusqu’à 50 000€ de fertilisant par an pour une exploitation de 200 hectares de céréales, grâce à la production de méthane à partir des déchets agricoles, mais aussi de déchets provenant de restaurations collectives locales.
     
  • Biocarburants : alors que les biocarburants de première génération ne présentaient pas un bilan environnemental très satisfaisant, ceux de deuxième voire de troisième génération à base d’algues sont nettement plus prometteurs. Des expériences, comme le projet Futurol mené par IFP Energies Nouvelles, en témoignent.
     
  • Agrivoltaisme : Alors que le photovoltaïsme traditionnel artificialise les sols et rend l’exploitation agricole impossible, l’agrivoltaisme (technologie photovoltaïque positionnée à une certaine hauteur permettant l’accès au sol) permet de combiner production végétale au sol (arboricole, viticole, pâturages etc...) et production énergétique.

L’ensemble de ces démarches seront nécessaires pour que nos terres soient destinées avant tout à la production d’une alimentation de qualité. 

Le secteur agricole est un secteur en constante mutation et tend aujourd’hui vers une agriculture de précision grâce à l’utilisation de l’intelligence artificielle, du suivi de données spatiales ou encore de la big data. 

Jean Luc Fugit conclut son intervention en rappelant l’importance de l'autoconsommation pour la transition énergétique du secteur, tout en mettant en avant le futur de cette profession indispensable pour nos territoires :

L’agriculture a un bel avenir, [...] il faut que les agriculteurs soient fiers de produire une alimentation de qualité mais aussi de produire une énergie de qualité autour d’un projet de territoire.

- Jean-Luc Fugit, Député du Rhône et Vice Président de l’Office Parlementaire d’Évaluation des Choix Scientifiques et Technologiques (Assemblée Nationale)


Vous souhaitez approfondir les sujets liés aux énergies ?
 Retrouvez dès à présent l'ensemble des replays du Sustainable Energies Forum !