Image
BlueSystems-Data-Tendances

Blue Systems : toujours mieux accompagner les nouvelles mobilités

Par : Chloé Vasseur
1 mars 2021
Temps de lecture : 4 min
Chapo

À l’horizon 2050, près de 6 milliards de personnes vivront en ville. Une situation qui pousse les élus à redéfinir leurs offres de mobilités afin de concilier besoins des citoyens et enjeux écologiques. Analyser, réguler et contrôler les flux de mobilité pour accompagner les villes dans leur transformation… Retour sur autant de défis que Blue Systems propose de relever, à quelques jours de l’intervention de son CEO, Christophe Arnaud, lors du Sustainable Mobility Forum le 25 mars prochain.

Body

L’arrivée des TNCs et leurs solutions sur mobiles, tels que Uber et Lime, ont bouleversé l’organisation des villes et le monde de la mobilité en général. Une disruption qui signe l’arrivée progressive, puis massive, de la data. Un outil précieux pour gérer les flux urbains, les comprendre, et ainsi financer stratégiquement l’entretien des infrastructures. 

Blue Systems met à disposition des villes et des acteurs de celles-ci, une plateforme d’agrégation de données mobiles et fixes tels que les points de charge ou les parcmètres pour “récupérer en temps réel tous les événements et statuts de ce qui bouge ou pas, en ville”. L’objectif : Accompagner les mobilités, réguler la circulation, reprendre le contrôle sur l’offre de transports et donner des clés aux élus locaux pour une meilleure prise de décision en matière de mobilité. Blue Systems opère notamment dans la ville de Lyon, où la plateforme a permis de réduire l’allure des trottinettes électriques dans le centre ville pour une meilleure cohabitation avec les piétons, ou encore en Angleterre, dans la ville de Londres.   

“Ce type de plateforme ne peut s’opérer que si l’on trouve ce qui est acceptable pour chacun des acteurs, car c’est un projet collaboratif qui ne peut se faire que si les acteurs de la mobilité acceptent de s’asseoir autour de la même table que les autorités publiques", explique Christophe Arnaud, CEO de Blue Systems

BlueSystems-GIF-Infographie

Réguler pour assurer la continuité, la sûreté et l’accessibilité des services

Un aspect de la régulation des flux de mobilité en ville concerne, selon Blue Systems, la gestion du permis : la réglementation du nombre de véhicules autorisés à circuler. 

Elle permet 3 choses : 

  • Une offre de services de mobilité dans des zones moins desservies.
  • Enjeux de safety.
  • Maintenir une flotte minimum afin de garantir la continuité de service.

Analyser en temps réel les outils pour créer un HUB de mobilité

Pour mieux organiser les espaces urbains, Blue Systems propose une solution de “HUB de mobilité”. Les données des différents opérateurs de mobilité (trottinettes, vélos, taxis, autopartages…) sont récoltées par des interfaces type open source et permettent aux villes d’optimiser leurs politiques de transport en fonction d’un quartier, d’une rue ou d’une zone de parking par exemple. Cette analyse en temps réel facilite cette personnalisation et ainsi la réactivité des acteurs de la cité.

Contrôle des usagers : la ville régule, les opérateurs agissent

  • Interface cartographique : la ville définit les zones piétonnes, au début interdites aux micro mobilités, par la technologie “G offense”. Grâce à cet outil, la trottinette peut se voir réduire son allure automatique à 7 km/h pour sécuriser certaines zones de circulation. 
     
  • Contrôle des types d’usagers autorisés à circuler. Par exemple : les villes vont définir une libre circulation des taxis, mais, en contrepartie, elles imposent une amende aux véhicules diesel qui circulent dans le centre-ville. Les véhicules électriques, eux, se verront offrir un passage gratuit. Pour se positionner sur la transition durable, la ville peut définir autant de zones qu’elle veut pour un système qui encourage la circulation verte. 
     
  • Système de sanctions/amendes automatisées. Il serait aussi possible que sur les grandes avenues type Champs Elysées, un système d’amende générée automatiquement soit mis en place lorsqu’une circulation dangereuse est détectée. (circulation sur  le trottoir par exemple). 

Un Master Mobility Data Lake à disposition des villes pour contrôler cette donnée

Cette interface, qui se met à jour en temps réel s’ouvre vers différentes suites d’outils logiciels à destination des villes à des fins de régulations et de planifications urbaines, mais également du public. Ainsi, une couche logiciel End User permet également aux résidents d’accéder via leur mobile aux offres de mobilités disponibles dans la ville. Parmi ses avantages, l’interface permet à l’usager d’acheter un ticket qui donne accès à tout type de transport avec un seul ticket : Une véritable approche multimodale qui encourage une mobilité toujours plus fluide et incite les usagers à opter pour les mobilités douces.  

Nouveau call-to-action

Envie de nous partager vos insights ?
Profile picture for user CVasseur
Chloé
Vasseur
Content Producer

Chloé utilise son expérience et ses connaissances dans les différents domaines du journalisme papier et digital pour vous informer à 360°. Ses expériences, notamment à l'international, ont renforcé son envie d'ouvrir les frontières de l'information.