Video time
11:07 min

Réalité Virtuelle : Comment Alstom transforme sa chaîne de production en expérience immersive ?

Par : Nina Rolin
2 octobre 2019
Temps de visionnage11:07 min

En optant pour l’intelligence artificielle ou la réalité virtuelle, les « usines du futur » se développent en modernisant leur ligne de production. Du prototypage à la fabrication, l’usine se digitalise. A titre d’exemple, dans le cadre de la conception du « TGV du futur », le constructeur ferroviaire Alstom a déployé une solution de réalité virtuelle au sein de son usine basée à La Rochelle. Retour sur les principes clés de cette accélération digitale présentée par Guillaume Reux, ingénieur « innovation & process » accompagné de Jordane Richter, VP Project Manager de Light & Shadows.

 

     Comment la VR intervient chez Alstom ?

    La réalité virtuelle a été mise en place dans différentes usines Alstom dont l’usine test de La Rochelle. Cette solution permet d’accélérer la conception industrielle de la formation-training aux scénarii test. 

    Elle modernise l’intégralité de la ligne de production et intervient auprès de tous les champs d’expertises :

    • La phase de recherche aussi appelée phase « d’idéation »
    • La phase du design, du dessin à la conception 3D et architecture
    • Le prototypage, phase essentielle pour les entreprises permettant la prévisualisation de produits
    • La phase de test permettant de visualiser les limites du prototype
    • La mise en production 

     

    Nous souhaitons qu’Alstom conçoit le TGV du futur à l’aide de la VR

    - Guillaume Reux

    • Après l’annonce de la fabrication de 100 TGV du futur il y a un an, Alstom a mis en place la solution de réalité virtuelle aux côtés de Light & Shadows, spécialiste de réalité virtuelle et augmentée. Avec pour objectif de réduire les délais de production, la VR permettrait d’allier l’expertise métier à la rapidité de la technologie, notamment dans le secteur de la chaudronnerie et principalement pour le métier de soudeur. En effet, les spécificités de ce métier, consistant à assembler des pièces par le processus de la fusion, nécessite une expertise propre et un temps de production non immuable.

    • A travers un nouveau mode de production, le constructeur ferroviaire a mis en place des séances de réunions collaboratives de 2 à 3h menées par l’expert soudeur avec d’autres acteurs participant à la production tels que les fournisseurs d’outillages. Cette réunion qualifiée "d’expérience immersive collaborative" limite le nombre d’interventions sur un projet et permet in fine gagner du temps sur le temps de production total. La réalité virtuelle permettrait d’éditer les besoins d’un projet, de le présenter par projection à distance, sans disposer de soudeurs physiques à proximité, pour ensuite récolter leur approbation et réadapter éventuellement le produit. 

    • "Ce processus fonctionne très bien et booste l’ensemble des acteurs de la production à tel point que nous organisons des « expériences » régulièrement." explique Guillaume Reux.

    • Cette expérience collaborative entre différents corps de métier permet d’interagir vite, de gagner en efficacité et agilité, sans mettre de côté la complexité du métier de soudeur. 

    Comment bien différencier la réalité augmentée de la réalité virtuelle ?

    • La réalité augmentée (augmented reality) désigne une technologie enrichissant le réel avec des éléments virtuels. Ces éléments supplémentaires se positionnent en surimpression 3D sur un univers déjà existant. 
    • La réalité virtuelle (virtual reality) est une technologie qui crée et simule un environnement 3D à travers un outil (un casque ou ordinateur).

    Focus sur la solution de réalité virtuelle : le logiciel INTERACT

    Le logiciel a été pensé pour positionner l’humain au centre du processus des décisions. Il dispose d’une série de technologies recréant des scenarii de montages par la 3D à l’aide de la compression d’images cadre (technologies Pixyz et CEA). Il est également possible d’effectuer des études d’ergonomies tout au long de la ligne de production afin d’obtenir la meilleure configuration possible respectant les enjeux industriels et sécurité de l’usine.

    Les avantages de cette solution sont nombreux : 

    • Elle rend possible la visualisation de plusieurs scénarii de montage permettant l’anticipation de toutes les applications possibles et à différentes échelles. 
    • Elle permet une agilité supplémentaire à la phase de design.
    • Elle place l’humain au centre des décisions permettant un gain de temps, de moyens financiers et logistiques.