Image
Tribune-Linkfluence-GuilhemFouetillou-social-listening

Linkfluence redéfinit l'avenir du social listening grâce aux tribus

Par : Guilhem Fouetillou
25 novembre 2019
Temps de lecture : 3 min
Chapo

La customer centricity est aujourd’hui la norme. Partie intégrante de ce processus, le social listening a encore trop souvent tendance à être utilisé par les marques comme un simple outil de remontée d’information. Pour Linkfluence, expert du domaine, la pratique peut au contraire devenir un véritable outil différenciant, capable de faire remonter des insights utiles à la construction de la marque et à l’accompagnement de son évolution. Dans cette tribune, Guilhem Fouetillou, cofondateur de Linkfluence, fait le point.

En partenariat avec
Body

Définir son audience grâce aux tribus

C’est un fait avéré : les individus se regroupent sur le web et les réseaux sociaux selon des centres d'intérêt, des valeurs, des projets… Autour de ces derniers, les citoyens vont  échanger, partager et s’engager, dépassant de fait les segmentations socio démographiques traditionnelles, si chère aux marques. Pour les entreprises, cela représente une opportunité unique de se rapprocher du quotidien des individus pour mieux les servir. La première étape consiste donc à identifier ces différentes communautés, et à analyser leurs spécificités. De quoi parlent-elles, à quel moment, selon quelle périodicité ou saisonnalité ? On va aussi chercher à comprendre comment elles se composent, et potentiellement identifier les influenceurs qui portent ces sujets.

Dans ce but, nous avons décidé de lancer dès la fin de l’année, un nouveau moteur de recherche baptisé "Tribes". Ce dernier cartographie plus de 200 millions de comptes publics sur six millions de topics et centres d'intérêt afin de suivre en temps réel toutes ces "tribus" identifiées. Cela permettra par exemple à une marque qui s'intéresse aux femmes runners de comprendre quels sont leurs autres centres d'intérêt -en lien ou non avec le sport- comme la beauté. La technologie permet ensuite de descendre dans l'analyse pour déterminer s'il s'agit de problématiques liées à la peau, d'ordre esthétique etc…

Comprendre les tendances grâce aux tribus

La social data doit permettre aux marques de gagner en agilité et de s’adapter aux tendances émergentes. Ces dernières doivent ensuite être croisées avec les enjeux business de la marque pour identifier les opportunités qui s’adressent à elle. Pour une marque donnée, notre plateforme permet par exemple de créer un dictionnaire de tendances potentielles à partir de l'observation à grande échelle de communautés. On traque ensuite en temps réel ces tendances, pour identifier les opportunités pour un marché donné et à un instant T, à partir d'un modèle statistique prédictif. Ces insights serviront, par la suite, la création de contenus éditoriaux, ainsi qu’à l’amélioration ou la création de nouveaux produits. Pour la marque Danone, nous avons par exemple suivi plus de 600 ingrédients au niveau international, afin d'identifier ceux qui pourraient présenter une opportunité dans le développement de nouveaux produits laitiers.

Mesurer l’impact de ses actions sur la marque

Toutes les données remontées et analysées n'ont de sens que si elles ont une utilité dans la prise des décisions pour la marque. Il faut alors sortir des KPIs classiques (nombre de likes, de RT etc.) pour créer des indicateurs plus complexes. Ces derniers constitueront un reflet plus fidèle du gain de notoriété ou des variations de perception de la marque, au global, ou sur certains items. Linkfluence a ainsi développé une méthodologie unique de mesure de l'equity sociale des marques. Le but est de permettre aux entreprises de mieux comprendre et évaluer comment le web social les redéfinit en permanence. Elle s'appuie sur un modèle associant notoriété, désirabilité, proximité et pertinence, mesurées en continu par industries et par marché, pour fournir benchmarks et inspiration aux marques.

C'est au prix seulement de cet effort de structuration de la social data, jusqu'alors ignoré par l'industrie du social listening, que celle-ci peut devenir un élément clé de la transformation des marques vers plus de customer centricity. 

Profile picture for user Gfouetillou
Guilhem
Fouetillou
Cofondateur

Guilhem Fouetillou est cofondateur et chief evangelist officer de Linkfluence, où il aide les grandes marques à comprendre leurs consommateurs, en conjuguant social listening et expertise humaine. Ingénieur de formation, diplômé de l’UTC de Compiègne et titulaire d'un DEA en sciences cognitives ; il a co-fondé Linkfluence en octobre 2006, Son expertise l'a conduit à devenir professeur associé à Sciences Po Paris, où il enseigne sur les médias sociaux, leur évolution et usages aux étudiants.