Image
Le miroir intelligent Hi-Mirror

CES 2019 : 7 technologies qui préfigurent le commerce de demain

Par : Benoit Zante
9 janvier 2019
Temps de lecture : 4 min
Chapo

Quelques jours avant l'ouverture à New York de la NRF, le grand salon américain de la distribution et du e-commerce, le CES de Las Vegas regorgeait lui aussi d'innovations retail... Zoom sur quelques-unes d'entre elles, qui pourraient bien transformer la façon dont nous achetons et consommons.

Body

Les “smart doorbells” facilitent la livraison

Tendance phare (et inattendue) de cette année au CES : les serrures connectées couplées à des caméras. Le site DigitalTrends en a compté plus d'une douzaine ! Celles-ci permettent notamment aux livreurs d'accéder au domicile des clients en leur absence. Le service existe déjà depuis plusieurs années chez Amazon, sous le nom de “Key”. Au CES, la firme de Seattle a annoncé sa version destinée aux garages, alors que le Français Netatmo, propriété de Legrand depuis novembre 2018, présentait son "Smart Video Doorbell", un interphone connecté.

Ces serrures connectées viennent apporter une solution à la problématique de la livraison et de la gestion du dernier kilomètre, en facilitant la remise des colis e-commerce aux clients. A la clé, moins de frustration pour les clients et des coûts logistiques réduits. Mais tout le monde est-il prêt à laisser entrer un inconnu chez lui, même sous la surveillance d'une caméra ?

Robots et drones livreurs automatisent la logistique

Toujours dans l'optique de solutionner la question du “dernier kilomètre”, nombreuses sont les solutions robotisées et autonomes à être exposées dans les allées du CES. Le plus impressionnant ? Sur son stand, JD.com, le concurrent d'Alibaba en Chine, présentait ses drones et robots livreurs. L'e-commerçant opère déjà une centaine de lignes de livraison par drone à travers la Chine, avec 7 types d'appareils différents. Pour sa part, le géant de l'agro-alimentaire Pepsico annonçait le déploiement de robots-vendeurs et livreurs de snacks sur des campus américains. Quant à Continental, il imagine carrément des... robots-chiens pour assurer les livraisons.

L'automatisation de la livraison est source d’économies pour les commerçants, mais aussi de gain de temps et de praticité pour les clients. Avec les robots et les drones, les distributeurs peuvent toucher de nouvelles populations et accélérer leurs flux logistiques. JD.com affirme ainsi pouvoir livrer 90% de ses commandes à travers la Chine le jour même ou le lendemain...

Bientôt des mini-usines à domicile

Et si on se passait totalement de la livraison ? Concevoir à domicile ses cosmétiques, ses parfums et même ses ongles, est désormais possible, grâce à de nouvelles machines utilisant des capsules et des recharges. Celles-ci se nomment Emuage (cosmétiques), Sniffy (parfums) ou Funai (ongles). Cette tendance ne se limite pas aux cosmétiques : l'alimentation est aussi concernée, avec les serres connectées et autres mini-fermes domestiques… Sans oublier les machines à bière (comme la LG HomeBrew) ou à yaourts (Yomee).

Les avantages de ces appareils sont multiples, mais ils visent avant tout à répondre aux nouvelles attentes des consommateurs, qui recherchent davantage de personnalisation, de transparence et de proximité dans leurs approvisionnements.

Quand les magasins viennent à vous

Et si au lieu d'aller faire vos courses dans un magasin fixe, c'était le magasin qui venait à vous ? Dans le même ordre d'idée que les robots-livreurs, les kiosques mobiles et connectés commencent à faire leur apparition : ceux-ci peuvent être installés au plus près des consommateurs et évoluer au fil de la journée. La startup hong-kongaise Popsquare propose ainsi une "pop-up experience platform" pour les designers. Ces kiosques mobiles et connectés intègrent de nombreux capteurs qui permettent d'analyser les comportements des clients. Dans le même esprit, Panasonic présentait son SPACe_C eMart, destiné aux produits frais.

Ces solutions mobiles donnent la possibilité à des marques ou des créateurs d'aller exposer leurs produits au plus près des consommateurs potentiels, tout en s'adaptant aux flux. Les données collectées fournissent de nombreuses informations qui permettent de faire évoluer l'assortiment.

La réalité augmentée et l'IA au service de la personnalisation

Miroirs connectés, scanners corporels ou algorithmes de recommandation boostés à l'IA : les technologies destinées à mieux vendre grâce à la data ont le vent en poupe à Vegas. La startup coréenne Lele Lululab, spin-off de Samsung, se propose ainsi de vous scanner le visage avec son assistant beauté intelligent Lumini, afin de détecter toutes les imperfections et vous recommander l'achat de toute une gamme de produits cosmétiques... attention, la facture grimpe vite ! Dans le même domaine, les miroirs connectés d'HiMirror fournissent des recommandations personnalisées chez les coiffeurs et instituts de beauté. Dans le secteur de la santé, le Français Diabeloop propose, lui, une solution pour des traitements personnalisés, s’adaptant à la physiologie et à la vie du patient.

Personnaliser l'expérience et les produits à grande échelle et en temps réel est donc désormais possible, grâce à l'intelligence Artificielle et au croisement des données... Mais il reste à rassurer les consommateurs sur le respect de leur vie privée et de leurs données personnelles, tout en s'assurant de la parfaite pertinence des recommandations : une obligation dès lors que l'on touche à des sujets de santé.

La blockchain pour rassurer les consommateurs 

Sur son stand, IBM présentait des applications de la blockchain pour la traçabilité alimentaire. Le sujet est d'autant plus important en Chine, où de nombreux scandales sanitaires ont été révélés : JD.com a mis en place, en partenariat avec Walmart et IBM une "Food Safety Alliance" pour assurer la traçabilité des produits frais qu'il commercialise, notamment les poulets et le boeuf. L'origine de la viande, les conditions de transport et de stockage, la température des entrepôts sont autant de données mises à disposition des clients au sein de l'application du distributeur.

Grâce à ce système décentralisé et supposé infalsifiable, les consommateurs et les entreprises peuvent s'assurer de la provenance et de la qualité de leurs produits, à toutes les étapes de la vie du produit. Au-delà du buzzword et des effets de mode, la blockchain peut apporter une vraie différence dans ce domaine. 

L'impression 3D pour des produits vraiment uniques

A la croisée de beaucoup de tendances (#personnalisation #IA #3Dprinting), le produit présenté par Neutrogena au CES est pour le moins innovant : il s'agit d'un masque de beauté sur-mesure, imprimé en 3D. Commercialisé courant 2019 sous le nom de Neutrogena MaskiD, ce produit est entièrement personnalisé : un scan du visage réalisé avec la caméra SkinScan (elle-même reliée à l'application Skin 360) permet de concevoir un masque répondant parfaitement à la forme du visage du client, dont les différentes zones contiennent les éléments actifs correspondant à sa peau. Le tout est imprimé en 3D et livré en quelques jours à domicile. 

La marque du groupe Johnson&Johnson embrasse parfaitement la tendance d'individualisation de la consommation, qui émerge en réaction à la production de masse. Une telle personnalisation est rendue possible notamment par l'impression 3D. Une démarche menée aussi par Gillette, mais de façon plus anecdotique, avec ses rasoirs aux manches personnalisés grâce au service Razor Maker.

 
Profile picture for user benoit.zante
Benoit
Zante
Head of research

Il a plus de 8 ans d'expertise du digital et du marketing, développée au sein du magazine CB News, au planning stratégique de Publicis, puis chez Petit Web, dont il est le co-fondateur et où il a été rédacteur en chef de 2011 à 2018.