Image
CES

CES Unveiled : le CES 2020 fait son teasing à Paris

Par : Emmanuel Vivier
24 octobre 2019
Temps de lecture : 6 min
Chapo

Ce 22 octobre, avait lieu le 7ème CES Unveiled à Paris, une demi-journée avec 650 participants, pour permettre aux organisateurs du Consumer Electronic Show de Las Vegas de faire leur teasing pour l'édition de janvier prochain. L’occasion de mettre en avant une première sélection de 33 startups et entreprises françaises pour leur innovation pour le CES 2020, mais aussi découvrir les tendances de l'année. 

Body

Avant de vous accompagner en Learning Expedition (ou de vous en ramener un nouveau TrendReport) au CES qui réunira 175.000 visiteurs du 7 au 10 janvier, les équipes du HUB Institute vous proposent de découvrir les éléments-clés à retenir de cette demi-journée : 

1. Une 50ème édition sous le thème de l’Intelligence Artificielle et de la 5G

Comme l’évoquait Gary Shapiro, le président du CES dans sa keynote introductive, le salon de l’électronique et des objets connectés devient un salon des appareils intelligents grâce à la data, la connectivité et l’IA. Il sera même possible de retirer son badge grâce à la reconnaissance faciale (avec opt-in préalable) !

shapiro
Gary Shapiro, président de la Consumer Technology Association (CTA) - Photo : Emmanuel Vivier - HUB Institute

Que ce soit la smart home, la smart city, la smart health ou l’agritech, tout repose sur le partage de donnée grâce à la connectivité (qui sera dopée par la 5G) et l'amélioration de la puissance de calcul et d’analyse de la donnée avec l’IA. Les différents acteurs mondiaux de la 5G : antennes, processeurs de smartphones, répartiteurs… seront présents et on peut espérer de nombreux cas d’usages et d’innovations sur le salon : agriculture, santé, drones, transport, logistique...

On peut aussi s’attendre à un certain nombre d’acteurs innovants dans le stockage (entre autres sur la blockchain), la sécurisation, et l’analyse de la donnée. L’IA se “commoditise” grâce à sa mise à disposition “as a service” avec des briques dans le cloud, à l’open source et à de nombreuses API. La smart home, malgré ses débuts assez lents (on parlait déjà de domotique en 2000), devraient bénéficier des progrès en matière de biométrie, reconnaissance vocale, computer vision et détection d’objets. Le retail aussi, avec l’exemple de McDonald’s qui teste l’IA pour simplifier le passage au Drive, illustre bien la collaboration entre machine et humain.

2. Agriculture, Voyage, Tourisme et Santé : de nouveaux thèmes couverts ou en hausse cette année

Gary Shapiro a rappelé comment les nouvelles technologies sont en train de révolutionner nos vies. Les programmeurs sont devenus des agents du changements qui impactent le monde à grande échelle avec les plateformes désormais : divertissement, mobilité, santé,...

Un des nouveaux sujets est celui de l’agriculture autour du concept de fermes automatisées, connectées grâce à la 5G et aux nanosatellites, et intelligentes grâce à de nombreux capteurs, outils d’analyses, robots, un arrosage de précision grâce aux drones. Le voyage et le tourisme deviennent une nouvelle verticale du salon, et la santé connectée devrait fortement progresser avec 25% d’exposants en plus. On notera au passage les startups Passcare et Moonhealth présentes au CES Unveiled et dont le but est d’améliorer le parcours santé du patient, ou Lexilight, la lampe d’aide à la lecture conçue pour les dyslexiques.

CES Unveiled
CES Unveiled - Photo : Emmanuel Vivier - HUB Institute

 3. Le thème du transport toujours en pleine explosion

A mesure que les constructeurs automobile deviennent des “acteurs de la mobilité” et que les sujets des bouchons, de la pollution urbaine, du passage aux véhicules autonomes et électriques ou à la micromobilité (on a aimé le design du vélo électrique Coleen) cristallisent l'attention à travers le monde, le CES s’affirme plus que jamais comme un salon-clé dans ces domaines.

Plus la connectivité (5G, V2X), la puissance de calcul (edgecomputing, cloud, puces de calcul) et la qualité des capteurs (comme outsight.tech ou les Lidars) et la cartographie s’améliorent, et plus les véhicules deviendront autonomes et les villes intelligentes. On prévoit même des trottinettes autonomes très prochainement !

L’IA devrait aussi permettre d’améliorer l’expérience utilisateur avec des services de mobilité inter ou multimodaux sans oublier des projets de drones volants qui semblent de plus en plus avancer vers la réalité. Plus de 10 constructeurs ont d’ailleurs désormais de ne plus être présents qu’au CES et plus aux salons de l’auto. On  a noté au passage la présence de la startup Proovstation, qui permet d’inspecter un véhicule en moins de 3 secondes grâce à un scanner géant intelligent.

4. Open data et privacy : même les Etats-Unis se posent la question 

Dans la technologie, c’est souvent l'interface entre services, plateformes de différents écosystèmes qui permet de créer de l’innovation et de la valeur. La smart city par exemple ne pourra passer que par l’Open Data, le partage de donnée et la collaboration maîtrisée entre de nombreux acteurs : construction, sécurité, énergie, transport, commerce… Cela nécessite donc de mettre en place une vraie gouvernance autour du partage de la donnée.

Ce partage doit être possible et simple tout en étant contrôlé, sécurisé et éthique. Là où la RGPD faisait hurler les startups américaines il y a encore quelques mois, celles-ci commencent à se rendre compte des risques et responsabilités dans leur usages de la donnée privées : risques de hacking, failles de sécurité, ransomware, usages non éthiques et manipulations des opinions, revente de données, démarchage abusifs...

La RGPD influencera certainement la California Privacy Act (CCPA) à venir. Avec les grands pouvoirs que promettent l’usage des datas et de l’IA, viennent aussi de grandes responsabilités. Un appel à la raison tardif mais salutaire à l’heure où la lutte contre le terrorisme, la biométrie, l’exemple du social score chinois ou la domination de certaines plateformes posent de vraies questions en terme de démocratie, de souveraineté et de protection des libertés personnelles.

5. Un salon tech plus diversity-friendly

Le monde de la tech brille encore trop souvent par son manque de diversité et de mixité. Si le CES a déjà fait la chasse aux booths Babes, le salon s’est encore fait critiqué les années passées avec certains panels toujours aussi masculins (les comex des grands groupes étant encore majoritairement composés de dirigeants hommes) ou le retrait d’un prix de l’innovation à Osé, un sextoy féminin alors que de nombreuses inventions dédiées au plaisir des hommes sont elles présentes sans problèmes. Le salon a finalement changé d’avis devant la levée de boucliers.

On sent que cette année, le CES a compris le message avec des panels beaucoup plus représentatifs. Lors de CES Unveiled Paris on a ainsi pu assister à une table ronde sur les biais de l’IA à 90% féminine réunissant Microsoft, EDF, Atos, Aspertise et Cap Gemini. On s’attend donc à ce que le salon et ses exposants fasse une vraie place aux speakeuses cette année. On a plus qu’à attendre un petit efforts des VCs pour financer les entrepreneuses et on sera bon. Les startuppeuses n’ont en effet levé que 2% des fonds depuis 2008.

Bref la prochaine édition du CES devrait encore nous surprendre, avec un déluges d’innovations souvent intelligentes et disruptives, parfois gadgets ou même absurdes. Avec le HUB Institute, on sera particulièrement sensibles aux innovations dans les domaines du retail, de la mobilité, de la smart factory ou de l’industrie 4.0, domaines en pleine effervescence avec la data, l’IA ou l’IOT.

Rendez-vous vendredi pour le débrief de CES Unveiled Paris et pour préparer votre départ au #CES2020 ! Pour vous inscrire à notre petit-déjeuner, c'est par ici. 

Profile picture for user evivier
Emmanuel
Vivier
Co-founder

Cofondateur du HUB Institute et de la conférence HUBFORUM, Emmanuel est reconnu comme l’un des experts internationaux de la transformation numérique et du marketing digital. Il conseille depuis 20 ans de nombreuses grandes marques telles que TF1, L’Oréal, Orange, Chanel, P&G, Vinci Energies, Nestlé, Renault, Bouygues, PWC, AirFrance…dans leur stratégie de transformation digitale et de communication 360.