Image
Infographie-HUBInstitute-Statista-Huawei-Maxime-tricoire

Huawei : l’Europe comme horizon de croissance ?

Par : Maxime Tricoire
22 juillet 2019
Temps de lecture : 1 min
Chapo

Passée en quelques années du rang d’atelier du monde à celui de leader technologique mondial, la Chine - et ses entreprises - fascine autant qu’elle effraie. Une marque en particulier est aujourd’hui au centre de toutes les attentions : Huawei. Avec l’infographie de la semaine, le HUB Institute et Statista font le point sur la situation.

Body
Infographie Statista Huawei part de marché Europe

Encore inconnu du grand public il y a quelques années, Huawei a rapidement su s’imposer comme le deuxième constructeur mondial de smartphone. Si l’entreprise peine à s’installer sur le continent américain (notamment à cause de la guerre commerciale qui oppose la Chine et les États-Unis) elle a rapidement su s’imposer comme une marque incontournable en Europe comme le montre un sondage réalisé par Statista. Ainsi, si Huawei ne représente qu’1% des terminaux adoptés aux USA, ce chiffre grimpe à 19% en Espagne et 24% en Italie. Cette réussite peut notamment s’expliquer par la montée en gamme des appareils de la marque chinoise, qui reste en moyenne moins cher que ses concurrents à performance équivalente.

Si l’appétit du géant chinois semble insatiable, ce dernier parviendra-t-il à maintenir sa croissance ? Rien n’est moins sûr ! La marque essuie en effet les pots cassés de la guerre commerciale sino-américaine. Interdiction de préinstaller certaines applications (comme Facebook) sur ses terminaux, retrait des stores d’applications, potentiel interdiction d’utiliser le système Android de Google… Ce ne sont là que quelques-uns des obstacles que va devoir surmonter l’entreprise chinoise. Pour ce faire, cette dernière a laissé entendre qu’elle travaillait sur son propre système d’exploitation mobile. Baptisé HongMeng OS, il pourrait voir le jour dès cet autonome. Pourtant, certaines voix s’élèvent au sein de l’entreprise et laissent à penser que ce nouveau logiciel n’aurait pas vocation à remplacer Android.

Alors, rebondissement inattendu ou simple coup de bluff du géant chinois ?