Image
teletravail-confinement-by narupon promvichai sutee

Confinement : rétablir les échanges informels dans le télétravail

Par : Thibault Deschamps
23 avril 2020
Temps de lecture : 6 min
Chapo

Avant le COVID-19, il n'était pas rare d'entendre dire que la culture professionnelle française était peu encline à tolérer le télétravail, là où les anglo-saxons l'ont intégré. Désormais obligées par le contexte, les entreprises constatent que le danger du travail à distance ne réside pas tant dans la perte de performances (bien au contraire) que dans la perte de liens humains. Trois cadres d'entreprises issus de secteurs différents témoignent et partagent leurs bonnes pratiques pour gérer la crise.

Accédez à la vidéo du webinar

Body

Dans leur introduction de ce webinar, Emmanuel Vivier - cofondateur du HUB Institute et Caroline Loisel - consultante digitale spécialisée des sujets RH, rappellent que le confinement impose aux entreprises de dialoguer avec leurs collaborateurs sur un modèle qui mixe - à des degrés inédits - la sphère professionnelle, privée, et intime. Un contexte qui impose, d'après Emmanuelle Brun-Neckebrock - CFO de SAP, d'apprendre "la nécessité d'une communication sans sujet précis, pour permettre de rétablir les échanges informels." Un challenge s'il en est pour toutes les organisations qui n'avaient pas encore intégré le télétravail à leur culture d'entreprise.

Pour autant, contrairement à ce que l'on pourrait penser, les collaborateurs sont rarement moins productifs à distance qu'au bureau, c'est même le contraire. Le challenge réside avant tout dans leur capacité à maintenir l'unité et la coordination du groupe tout en évaluant les conséquences psychologiques réelles que peut avoir une situation de confinement imposée comme celle-ci. 

les défis du travail à distance confiné


Premier témoin de cette situation managériale inédite, Diane Rivière - Culture & People lead chez l'assureur Alan - décrit son arrivée dans l'entreprise en plein mois de mars, alors que le confinement débutait. Plutôt que d'être accueillie physiquement au bureau, c'est sur la plateforme Slack qu'elle fait ses premiers pas dans sa nouvelle organisation. "Pour remplir sa mission, Alan s'appuie sur une culture d'entreprise aux partis pris très forts..." L'assureur semble en effet relever les challenges de la cohésion en période de confinement, notamment grâce à une politique de l'accès total aux informations professionnelles. Tous les collaborateurs peuvent accéder aux détails des feuilles de route de leurs collègues et s'en servir pour aiguiser leurs propres opinions et participations.

Lorsque l'on adopte une posture d'accès total et partagé de l'information, on s'impose d'être en mesure de traiter cette information et de savoir discerner celle qui est pertinente pour l'ensemble des collaborateurs. Cela impose d'avoir une certaine bienveillance, de faire preuve d'une certaine candeur.
Le fait que tout le monde puisse consulter et avoir un avis sur votre feuille de route ne provoque pas d'opinions négatives. Au contraire, c'est justement le fait que tout le monde ait accès à cette information et puisse échanger à son propos qui impose d'avoir un avis qui ne parte pas de l'ego et qui soit constructif.
Slack, github ... nous avons plusieurs outils de communication qui nous permettent de prendre nos décisions sur la base de la participation collective. La transparence totale nous rend bien plus efficaces de ce point de vue. Par ailleurs, le format écrit nous permet de tracer plus facilement la diversité des opinions de chacun.
Finalement, la question c'est celle de la résilience : comment va-t-on s'approprier quelque chose de contraignant à la base ? Chez Alan, on est en pleine réflexion et l'on se demande quel équilibre [entre télétravail et présentiel] l'on va mettre en place par défaut au sein de l'entreprise.

Ses conseils :

conseils-alan

 


Eric Gras, Senior Recrutement Evangelist chez Indeed, rappelle l'évolution des tendances de recrutement en cette période de recrutement. Comme attendu, il confirme une forme de "sidération immédiate de la part des candidats et recruteurs sur la plateforme, avec une diminution importante du trafic les premières semaines de confinement. Cependant il y a un retour progressif à la normale." Certains indices (comme une croissance de près de 99% de l'utilisation du mot clé "télétravail" dans les offres diffusées sur la plateforme) portent à croire que le tissu économique français intègre cela comme une nouvelle norme "par défaut" de sa culture professionnelle.

Je suis convaincu qu'après le confinement, les choses vont réellement changer. Les collaborateurs qui auront goûté à un cadre de travail moins strict auront beaucoup de mal à revenir en arrière et les entreprises devront en tenir compte. Après tout, dans l'histoire de l'humanité, on n'a jamais repris une forme de liberté - hormis dans les dictatures.
Au sein d'Indeed, nous avons réalisé une enquête pour vérifier l'impact de ce télétravail forcé sur nos collaborateurs. 81% apprécient de ne pas avoir à faire le trajet jusqu'au bureau, 84% estiment être autant - ou plus - productifs. Cependant, 75% regrettent le contact avec leurs collègues.
Indeed c'est plus de 10 000 collaborateurs à travers le monde. On ne peut plus réellement appeler ça une startup... pourtant nous souhaitons garder une culture d'entreprise équivalente et nous posons constamment ces questions d'ouverture d'esprit et de flexibilité. Nous n'imposons pas de limites de congés ou d'horaires de travail. La seule chose qui compte, c'est l'atteinte des objectifs.
Pour ce qui est du télétravail, le raisonnement doit être le même. Peu importe comment le collaborateur organise sa journée du moment que l'objectif est atteint à la fin. Ainsi votre enjeu est surtout de savoir communiquer des attentes claires et tangibles. Par ailleurs, une telle posture marque une confiance mutuelle entre le collaborateur et l'entreprise qui renforce l'adhésion !

Ses conseils :

conseils-indeed

 


Enfin, Antoine Billard-Broussot - Strategic Account Manager chez Lumapps (plateforme de création d’intranets socio collaborative en mode saas) témoigne de ses propres observations. Là encore, il constate que les performances des travailleurs français sont, dans leur très grande majorité, peut affectée par le télétravail voir amplifiée. Dans les rares cas où ce serait le cas, la problématique repose plus souvent sur la capacité de l'entreprise à déployer les outils nécessaires aux échanges d'informations et au travail collaboratif sécurisé. VPN, Intranets, forums fermés sont autant d'outils devenus impératifs en période de confinement... Par ailleurs, le moral des équipes doit aussi être soigné et les entreprises doivent adopter une posture ouverte dans l'animation de leurs communautés.

On se rend bien compte aujourd'hui que dans une telle situation, disposer d'un intranet robuste et pratique est capital. Même après le confinement cela restera le cas pour gérer cette nouvelle culture du télétravail.
Les employés sont bien loin d'être des paresseux qui profitent du télétravail pour se la couler douce. La conscience collective est très forte et nombreux sont ceux qui maintiennent leur productivité, voir se pousse à l'augmenter si toutefois les outils à leur disposition le leur permettent.
Pour le télétravail, il est crucial de mettre en place un écosystème propice à la collaboration dans un environnement sécurisé. Votre intranet doit comporter des forums virtuels, et autres outils de coordination, mais aussi diffuser des guides pour que les collaborateurs apprennent à travailler sur ce mode-là.
85% des Français ont un avis positif sur les entreprises favorables au télétravail. Une politique flexible et ouverte de télétravail est peut-être alors un bon moyen d'attirer de nouveaux talents ?
Garder ou non le télétravail dans sa culture d'entreprise après la crise relève avant tout de la cohérence. On ne compte plus le nombre de CEO qui vantent les mérites de ce mode de travail sur les réseaux. Si vous le vantez, il va falloir le pérenniser.

Ses conseils :

conseils-lumapps

 


Nouveau call-to-action

Profile picture for user tdeschamps
Thibault
Deschamps
Content manager

La mission de Thibault en tant que Content Manager est de concevoir un storytelling performant associant la richesse des contenus de nos partenaires (IBM, Microsoft, Linkfluence, …) et les performances de nos formats éditoriaux (interviews, articles de fond, case study, condensés d’étude...) afin de leur garantir le meilleur rayonnement . 

Titulaire d’un master de journalisme et d’un DUT Services et Réseaux de Communication, Thibault s'appuie également sur sa culture de l’IT et du marketing...