Image
infographie-statista-e-commerce

E-commerce : une forte croissance attendue en Europe

Chapo

En 2019, l’Europe représentait 30% du chiffre d’affaires de l’e-commerce mondial et le secteur devrait continuer de croître ces prochaines années. Rien qu’en France, le secteur devrait dépasser les 50 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2024. Le HUB Institute et Statista font le point sur les chiffres du e-commerce.

Body
infographie statista e-commerce

Acheter en ligne, via un site web ou une application, fait désormais partie du quotidien pour beaucoup de plus en plus de consommateurs. Selon les données du Statista Digital Market Outlook, le secteur du e-commerce devrait continuer de croître en Europe au cours de cette année 2020, porté par plusieurs facteurs.

Premièrement, l’impact des réseaux sociaux. Aujourd’hui, de nombreux réseaux sociaux  comme Instagram, Facebook ou encore Snapchat sont prisés par les e-commerçants afin de développer leurs ventes, notamment grâce à des outils comme Instagram Shopping, permettant d’acheter directement via la plateforme.

Deuxièmement, le développement de nouveaux moyens de paiement, notamment la montée des cryptomonnaies. Enfin, la recherche vocale pourrait elle aussi être un facteur de croissance pour le e-commerce. En effet, en 2020, 50% des recherches seront vocales aux États-Unis, selon la FEVAD.

En Europe, l’Italie est le pays qui connaîtra la  plus forte croissance entre 2019 et 2024 avec +53%. En France, les analystes attendent une progression de 40%, permettant au secteur d’activité de dépasser les 50 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2024. Le Royaume-Uni pourtant premier marché d’Europe en termes de chiffre d’affaires, devrait connaître la croissance la plus faible avec +29% entre 2019 et 2024.

Il est également attendu que le marché britannique du e-commerce B2C (hors services numériques et téléchargements) atteigne 90 milliards d'euros d'ici quatre ans. Comme le montre l’infographie de Statista, l’Allemagne devrait dépasser le Royaume-Uni avec une croissance de 48%, portant le marché allemand autour de 97 milliards d’euros d’ici 2024.