Image
Tarkett

Edouard de la Cotardière : “En 11 ans nous avons collecté l’équivalent de 11 tours Eiffel !”

Par : Jérémie Jakubowicz
4 juillet 2022
Temps de lecture : 6 min
Chapo

Depuis 1880, Tarkett s’est spécialisé dans le revêtement des sols et des surfaces. Si ces deux dernières années le secteur du bricolage a connu une embellie, il a aussi dû s’adapter aux nouvelles contraintes sociétales et environnementales. Edouard de la Cotardière, VP Marketing & Digital EMEA chez Tarkett nous l’explique.

Body

Quel sujet de transformation fait aujourd'hui la part belle de l’actualité de Tarkett ?

Notre sujet de transformation du moment est principalement axé autour de la transition vers une économie décarbonée. Nous souhaitons nous diriger vers une industrie de la construction plus responsable, avec comme objectif de devenir une industrie zéro carbone, conformément aux Accords de Paris. D’autant plus que notre entreprise a été pionnière dans la transition vers une véritable économie circulaire, stratégie qui repose sur trois piliers :

  • l'éco-conception de nos produits. C’est un enjeu majeur ! Nous développons des produits recyclables et sélectionnons des matières premières dont les impacts sanitaires et environnementaux sont évalués par des tierces parties, afin d’avoir des solutions saines, qui par exemple contribuent à une bonne qualité de l’air, au-delà des standards les plus exigeants en Europe. 
     
  • L’intégration de contenus recyclés (provenant de revêtements de sol ou d’industrie connexe) dans la composition de nos produits. Nous avons d’ailleurs été les premiers à recycler directement nos produits en fin d’installation ou fin d’usage. Pour ce dernier point, Tarkett a été pionnier au sein de notre Industrie dans la circularité de certaines de nos catégories produits. 
     
  • La collecte des chutes d’installation et de produits en fin de vie. Maillon essentiel de nos engagements en faveur d’une Industrie plus responsable à faible émission carbone. Ce programme a un nom chez Tarkett, ReStart. Nous avons d’ailleurs déjà collecté l’équivalent de 11 Tours Eiffel (112 000 tonnes) de sols à recycler durant les 11 dernières années et réduit nos émissions carbones de 27% au cours des 2 dernières années.

Un autre pilier que nous pourrions mentionner concerne la traçabilité des produits. Une solution dédiée est en phase de développement par le biais de nouvelles technologies digitales, qui permettront d'identifier le produit et sa composition, autrement dit la carte d'identité du produit.

Aujourd'hui, grâce à des outils digitaux type CRM, nous disposons des historiques de projets. Mais la traçabilité des produits est un vrai enjeu pour améliorer la qualité et la performance de la collecte de produits usagés, et donc de l'économie circulaire dans notre industrie.

- Edouard de la Cotardière, VP Marketing & Digital EMEA (Tarkett) 
 

Pourriez-vous développer l’aspect le plus important à vos yeux de cette transformation durable chez Tarkett ?

C’est justement tout ce que nous mettons en œuvre pour être un acteur du recyclage. Nous recherchons en permanence de nouvelles sources de produits à recycler. Ce qui est très important à comprendre, c’est que nous ne sommes pas limités par nos capacités à recycler mais plutôt par la difficulté pour trouver sur le marché les contenus ou organiser avec les entreprises du bâtiment le retour de produits usagés que nous pourrions recycler.

Comme je l’évoquais, nous avons été la première entreprise de revêtement des sols à mettre en place des écosystèmes circulaires pour nos produits. Des exemples concrets d’économie circulaire où nous réintégrons dans notre processus de production des déchets d’autres industries : nous recueillons du carbonate de calcium, résidu provenant de l'industrie du traitement des eaux et des filets de pêche usagés que l’on arrive à recycler dans nos dalles de moquette.

Nous ne sommes pas en manque d'imagination, mais en recherche proactive de nouveaux contenus à recycler. Demain, la bouteille d'eau pourrait très bien être un nouveau composant majeur, le PET pouvant être un composant tout à fait adapté à nos solutions de revêtement de sol.

- Edouard de la Cotardière, VP Marketing & Digital EMEA (Tarkett) 

Tarkett a été la première entreprise à mettre en place des technologies qui permettent le recyclage post-utilisation du produit. Quand nous évoquons nos produits, nous ne parlons plus de fin de vie mais de fin d'usage. En effet, ils sont tous éco-conçus pour être un jour recyclés et réintégrés dans notre processus de production. 

Cependant, ce processus nécessite un important travail de détection afin d’identifier parmi le gisement de sols installés depuis plusieurs décennies les composants ou matériaux qui ne respectent plus les nouvelles réglementations de l’industrie.

Nous y travaillons avec nos équipes de recherche et innovation. Et c’est de notre responsabilité de pouvoir les identifier, pour ensuite les traiter. Nous sommes capables, par exemple, de récupérer la majeure partie des dalles de moquettes pour les réintégrer dans nos processus de production. 

Actuellement, nous mettons en place des programmes d’investissements ambitieux pour aller encore plus loin quant aux possibilités de recycler tout type de revêtement de sol en fin d’usage. En évitant l’extraction de matières premières et l’incinération des produits en fin de vie, le recyclage de sols usagers permet de réduire les émissions carbones et de tendre vers le net zéro carbone. 

Il faut aussi diminuer la part de matières non renouvelables utilisées dans les matériaux de construction. 70% des matériaux que nous utilisons sont soit des matériaux recyclés, des matériaux abondants ou des matériaux vierges avec un cycle de renouvellement rapide

Le choix des matériaux que l’on va utiliser pour créer les produits de demain constitue l’un des axes majeurs de la stratégie de Tarkett avec pour objectif d'être un acteur exemplaire en matière d’économie circulaire.

Quelle serait selon vous la tendance à suivre en 2022 dans votre secteur ? Et pourquoi ?

Ces deux dernières années ont été particulièrement difficiles en raison de la pandémie avec une véritable rupture de la chaine de valeur dans notre Industrie. De ce fait, la tendance en 2022 est forcément liée à l’accélération de l’omnicanalité dans notre modèle de distribution. Il y a encore deux ans, il était difficilement concevable d’acheter son sol en ligne, tandis qu’aujourd’hui le e-commerce s’est fortement développé. Il s’agit bien d’une rupture par rapport à ce que nous connaissions. 

70% des distributeurs de sols en Europe ont investi dans des canaux de distribution digitaux. Il y a eu un changement de modèle qui a entraîné de facto une nouvelle expérience client, dont les attentes ont également évolué.

Toute la chaîne logistique connaît une vraie rupture avec cette évolution de modèle de distribution avec comme objectif de rendre le revêtement de sol facilement transportable au client final tout en respectant des délais de livraison courts.  Le parcours d’achat client a également changé avec la vente en ligne des articles de décoration, Le sol étant un produit très émotionnel que le client a besoin de voir et toucher, l’enjeu est donc de reproduire cette nécessité via le digital. Les DIYs sont en train d’accélérer sur ce sujet. Par exemple le Phygital adapté à nos produits va également être une tendance à suivre car certains Groupe de DIYs vont réinventer le rôle et la structure de leurs points de vente physiques. 

Chez Tarkett, l’approche omnicanal s’est mise en place en deux phases : 

  • En 2017-2018 nous avions commencé à développer le canal de distribution digital en nouant des partenariats avec des DIY tels que Leroy Merlin ainsi que certains Pure Players. En effet, nous avions déjà la conviction que d’ici 10 ans le canal online serait indispensable dans la distribution des produits. 

  • Une fois la pandémie installée, nous avons accéléré cette transformation en mettant notamment en place une plateforme digitale propre permettant de digitaliser l’interaction client et en étendant le nombre de partenariats.
Dans les cinq prochaines années, nous allons connaître une transformation importante de nos modèles de distribution. Les canaux traditionnels de distribution ne vont pas disparaître, mais l’équilibre va être modifié avec la digitalisation de l’expérience client.

- Edouard de la Cotardière, VP Marketing & Digital EMEA (Tarkett) 

Pour conclure sur la digitalisation, il y a encore beaucoup d’opportunités à saisir pour adapter l’expérience client à ce nouveau modèle de distribution et toujours mieux satisfaire le client final. 

image

Edouard de la Cotardière

Depuis 10 ans, Edouard de la Cotardière a exercé plusieurs fonctions au sein de Tarkett, pilotant les fusions-acquisitions du Groupe avant de partir en Espagne et devenir General Manager de la zone ibérique. Depuis 2020, il est VP Marketing & Digital EMEA où il a la charge de la stratégie produit, communication et développement durable tout en animant la transformation digitale.

Envie de nous partager vos insights ?
Envie de nous partager vos insights ?
Profile picture for user jjakubowicz
Jérémie
Jakubowicz
Content Producer

Titulaire d’une licence en audiovisuel et d’un Master en stratégie digitale, Jérémie se passionne pour les sujets digitaux. Son expérience dans la gestion de projet et son aisance rédactionnelle lui permettent de détecter et décrypter les grandes tendances de la Next Economy.