Image
bannière

Les géants pétroliers : où en sont-ils de leur transition énergétique ?

Par : Lila Ricci
13 juin 2022
Temps de lecture : 2 min
Chapo

Le pétrole est encore omniprésent dans notre société, et les chiffres du secteur du transport en témoignent. En 2019, il s’agissait du secteur le plus émetteur de GES en France, avec 136 Mt de CO2. Le HUB Institute se penche sur les transformations réalisables à l’échelle des collectivités et des citoyens. Mais qu’en est-il du positionnement des géants pétroliers, à l’origine des débordements dans une ère vouée à la transition durable ?

Body

Au Sustainable Energies Forum 2021, Matthieu Auzanneau, Directeur du Shift Project, abordait le rôle des producteurs fossiles dans la transition énergétique, nommément TotalEnergies, BP et Shell. Les acteurs européens de l’industrie, faisaient alors le choix de se diversifier pour investir dans les énergies renouvelables et décarbonées.

Comment intégrer à ce modèle un engagement dans les énergies renouvelables ? En 2021, si ce département représentait 6% des revenus de TotalEnergies, il mobilisait néanmoins 1 tiers des investissements. Le géant pétrolier a montré son souhait de passer à la vitesse supérieure lorsque, le 11 juin dernier, son PDG Patrick Pouyanné a lancé le début de la course au “carburant naturel” pour l’entreprise. Cette annonce matérialise une décision prise lors de l’assemblée générale de TotalEnergies le 25 mai.

Cette journée avait été la scène d’une autre annonce, celle du rachat de la moitié de Clearway Energy Group, producteur américain d'énergies renouvelables. Avec cette opération à son actif, le géant du gaz et du pétrole se rapproche un peu plus de son objectif à l’horizon 2030 : détenir 100 gigawatts de capacités de production d'énergies renouvelables.

BP poursuit ses propres investissements en s’associant au projet Asian Renewable Energy Hub. Ce site d’Australie Occidentale assure son potentiel de production ; il serait capable, à pleine échelle, de devenir un des premiers fournisseurs d’hydrogène vert au monde.

Sur un autre continent encore – l’Amérique du Nord – Shell suit un parcours similaire. Alors que l’entreprise comptabilise déjà des entreprises d'électricité dans 9 pays, elle prévoit de doubler la quantité d'électricité qu'elle vend d'ici 2030. Début juin, l’entreprise a rendu publique son intention de vendre de l’électricité verte aux citoyens et commerces texans ; une opération de plus qui démarque les géants européens des acteurs américains.

Ces derniers semblent en effet emprunter une autre voie que leurs homologues. Sur un échantillon de 30 géants pétroliers sélectionnés par S&P Global Market Intelligence, des objectifs de net zéro avaient été fixés par les 6 entreprises européennes, et seulement 3 des 24 entreprises nord-américaines.

Où en est l’industrie du pétrole ? Si les entreprises vertes se multiplient, la route est encore longue, et les enjeux massifs. En effet, selon Deloitte, le passage à une économie décarbonée pourrait générer 43 000 milliards de valeur nouvelle avant 2070, alors qu'une augmentation de la température mondiale de 3 degrés entraînerait 178 000 milliards de pertes. Sur le plan économique comme sur le plan climatique, il n’est plus concevable de perpétuer une hégémonie du pétrole dans un monde aux ressources limitées ; pour les géants, le retour en arrière n'est pas une option.

Envie de nous partager vos insights ?
Profile picture for user Lila Ricci
Lila
Ricci
Chef de projet Sustainable