Image
[HUBRADAR] Les actus digitales de la semaine en 10 liens (19-23 février)

[HUBRADAR] Les actus digitales de la semaine en 10 liens (19-23 février)

Chapo

Chaque matin, du lundi au vendredi, Emmanuel Vivier, co-fondateur du HUB Institute, vous envoie le HUBRADAR : son scan du monde numérique en 3 liens pour votre veille. 

NOW ? L’actu chaude : que se passe-t-il en ce moment ?
NEXT ? L’actu futuriste : à quoi ressemblera le monde de demain ?
WOW ? L’actu fun, décalée, l’effet wow, tout simplement.

Retrouvez tous les dimanches le récap des 10 sujets préférés de nos abonnés.  Inscrivez-vous ici si ce n’est pas déjà fait.

Body

Chaque matin, du lundi au vendredi, Emmanuel Vivier, co-fondateur du HUB Institute, vous envoie le HUBRADAR : son scan du monde numérique en 3 liens pour votre veille.

NOW ? L’actu chaude : que se passe-t-il en ce moment ?

NEXT ? L’actu futuriste : à quoi ressemblera le monde de demain ?

WOW ? L’actu fun, décalée, l’effet wow, tout simplement.

Retrouvez tous les dimanches le récap des 10 sujets préférés de nos abonnés.  Inscrivez-vous ici si ce n’est pas déjà fait.

NOW ?

Facebook : crise de conscience au royaume du partage

L’enfer est pavé de bonnes intentions. Mark Zuckerberg, le puissant patron de Facebook, en fait l’expérience comme le révèle cette semaine Wired dans une investigation sur les coulisses mouvementées du réseau social ces deux dernières années. En s’appuyant sur plus de 51 témoignages d’employés actuels ou passés de la société de Menlo Park, l’enquête montre comment l’entreprise, se présentant comme une simple plateforme technologique arc-boutée sur le sacro-saint principe de neutralité, voit son idéal techno-optimiste se retourner contre elle, à la faveur des fake news et des « bubble filters » lors notamment des élections américaines...  Longtemps dans le déni sur son rôle dans la prolifération des fake news, Marc Zuckerberg a fini par reconnaître que « la plateforme qu’il a bâtie pour rassembler les gens est utilisée pour les déchirer ».  Deux ans d’atermoiements et de reculades pour enfin tirer les leçons et les responsabilités d’une époque où réseau social rime désormais avec post-vérité. Janvier 2018 ouvre une nouvelle ère stratégique : Facebook assume maintenant son rôle civique, au même titre qu’un média, et Wired nous démontre la valeur du long journalism.

Lire l'article

 

NEXT ?

Un petit pas pour Elon Musk, un grand pas pour Internet

Samedi, à 18h14 heure française a eu lieu le lancement du satellite espagnol Paz for Spain avec une fusée Falcon 9, accompagnés de deux satellites de communication expérimentaux, appelés Microsat-2a et Microsat-2b, qui sont un premier test du réseau Starlink. Ce réseau est un projet encore très confidentiel de SpaceX visant à offrir un accès internet très haut débit à l'ensemble de la population terrestre, ce qui résoudrait les problèmes d'équité d'accès. 11.925 satellites internet vont progressivement être mis en orbite, et permettront une connexion à 1 Gbps, soit 70 fois plus rapidequ’actuellement. L’espace compte aujourd’hui seulement 1.740 satellites actifs et près de 2.500 inactifs : le réseau Starlink seul serait donc composé de trois fois plus de satellites que ceux qui ont été envoyés dans l'espace depuis le début de l'aventure spatiale humaine. SpaceX met ainsi les pleins gaz dans la course à l’internet haut débit, secteur estimé à des centaines de milliards de dollars par an.

Lire l'article 

 

WOW ?

Des artistes ont capturé les métiers du futur en image

Quels métiers pour nos enfants ? A l’heure où de nombreuses études prédisent une mutation radicale du travail et l’émergence de nouveaux métiers, un collectif d’artistes s’est saisi de ces emplois du futur pour les représenter en dessin, inspirés par les débats et discussions de différents panels du World Economic Forum. Ce sont donc les métiers susceptibles d’apparaître d’ici 2030 qui sont illustrés, tel un ingénieur bancaire Blockchain, un imprimeur 3D de superstructure, ou encore un chirurgien opérant à distance au travers d’un robot en 5G. Autant de métiers du futur qui confirment que la théorie de destruction créatrice développée par Schumpeter s’applique encore au XXIe siècle.

Lire l'article

 

NEXT ?

Le tunnel du futur est sur les rails

L’Hyperloop, nouveau moyen de transport futuriste permettant de transporter des personnes à une vitesse proche de celle du son, semble de moins en moins fictif. En effet, après l’obtention d’un permis de construire en juillet dernier, Elon Musk devrait bientôt s’atteler à la tâche. Un ancien parking de Washington DC, situé sur New York Avenue fait l’objet d’une application de construction par The Boring Company, l’entreprise de Musk dédiée à la construction de tunnels. Celle-ci envisage d’y construire un tunnel qui pourrait être utilisé pour le projet Hyperloop et relier Washington à New York en moins de 30 minutes. En France, c’est la ville de Limoges qui accueille les premiers tests d’Hyperloop dès 2019 avec l’aide de la start-up canadienne TransPod.

Lire l'article

 

WOW ?

Le futur des jouets change avec la réalité augmentée

Jouer à être son héros préféré et à combattre ses ennemis dans son salon est maintenant possible en réalité augmentée, grâce au kit “Avengers: Infinity War Hero Vision Iron Man AR Experience”. Le kit comporte un casque d’AR, un gant et des marqueurs, et s’utilise en association avec un smartphone. Les monstres surgissent aux emplacements des marqueurs, et l’enfant peut, au travers de 10 niveaux de jeu, s’imaginer en Iron Man et combattre Thanos. Le prix du jouet, $50, reste raisonnable, et préfigure une démocratisation de l’AR dans le secteur des jouets. Les traditionnelles petites voitures laisseront-elles bientôt place à des modèles hologrammiques en taille réelle ?

Lire l'article

 

NEXT ?

Un match de basket dans votre salon en hologramme 

Le fondateur de Magic Leaps - qui produit des lunettes de réalité augmentée - assure pouvoir mettre au point un concept de vidéo volumétrique, c’est-à-dire des hologrammes, dans les 5 prochaines années à venir. Grâce à des caméras et des capteurs placés tout autour de l’évènement à transmettre, il sera possible pour un spectateur équipé de Magic Leaps One de visualiser cet événement en 3D, juste devant soi. L’entreprise américaine s’est pour cela associée à la ligue de basket NBA, et prévoit ainsi de retransmettre les matchs avec ce procédé augmenté. Une excellente nouvelle pour tous les férus de sport, avec peut-être l’espoir de voir cette technologie aux Jeux Olympiques de 2024 ?

Lire l'article

 

NOW ?

Course à l’IA : faites vos jeux !

Pour la première fois, la Chine a dépassé les États-Unis en termes de financement dans le secteur de l’IA. L’Empire du Milieu, qui ambitionne de devenir leader mondial en 2030, a attiré 48% des investissements en valeur dans le secteur, contre 38% pour les USA. Si les Américains disposent toujours de plus de start-up dans ce domaine de recherche que les autres nations, leur avance se réduit là encore, passant de 77% d’occupation du marché en 2013 à 50% en 2017. La faute à une administration encourageant peu la recherche sur les algorithmes cognitifs (IA). En revanche, les Chinois sont très productifs en matière de R&D : le nombre de dépôts de brevets liés à l’IA a dépassé celui des États-Unis. La Chine s’impose comme un sérieux challenger de l’hégémonie américaine dans la course à l’intelligence artificielle, mais de son côté l’outsider français a aussi des cartes à jouer. Le gouvernement a ainsi commandé un rapport sur l’IA, dirigé par Cédric Villani (député de l’Essonne, mathématicien détenteur de la médaille Fields). En outre, l’écosystème de talents français est très réputé à l’international, au point que Google et Facebook y investissent. L’intelligence de la France pourrait donc se retrouver au centre des paris.

Lire l'article

 

NEXT ?

Après la maison connectée, la maison sensible 

Alors que les maisons connectées viennent seulement de devenir réalité, le secteur de la domotique a déjà un autre concept dans le viseur : les maisons sensibles. Si les maisons intelligentes sont capables d’actionner différents électroménagers (du chauffage aux lumières passant par les portes et volets) selon des paramètres de contexte (température, luminosité, …) elles pourraient bientôt devenir plus intelligentes. La technologie développée par Orange Labs est capable de reconnaître et de différencier les personnes entrantes dans la maison et ainsi d’adapter ses paramètres selon les préférences de chacun. Grâce au potentiel de l’IA, les équipements des pièces de la maison s’adapteront en temps réel aux utilisateurs présents à l’intérieur. Cette intelligence “sensible” permettra aussi au foyer d’anticiper des réactions, par exemple en signalant des appels manqués à cause de bruit.

Deux enjeux majeurs se dégagent de ce concept : la sécurisation des données, prioritaire pour les équipes d’Orange Lab, et la consommation excessive d’énergie pour alimenter les nombreux capteurs et senseurs nécessaires au raisonnement de l’IA. Sur ce dernier point, des étudiants de Stanford ont déjà développé un prototype permettant de commander les capteurs et de les sortir de leur veille grâce des signaux d’ultrason plus économes.

Lire l'article

 

NOW ?

Spotify prépare son entrée dans le hardware

Des offres d’emplois postées sur le site de Spotify laissent entendre que le groupe travaille sur la conception et la distribution d’un produit physique connecté. L’essor de l’Internet des Objets a été accompagné de la sortie de montres, bracelets et autres casques exploités par les services de streaming musical. Dernièrement innovation populaire en la matière : les enceintes intelligentes qui propulsent avec elles le potentiel du v-commerce.  A l’inverse de son concurrent, Apple Musicinstallé par défaut sur les HomePod, enceinte intelligente de la marque à la pomme, Spotify ne possède pas de matériel hardware pour promouvoir l’accès à son service. On suppose que la plateforme suédoise entend renverser la tendance et consolider sa place de leader du streaming musical. La société intégrerait un marché déjà très compétitif (Amazon Echo, Google Home…), où la différenciation s’effectuera essentiellement par la qualité du son ou des services associés proposés.

Lire l'article 

 

WOW ?

L’IA a désormais un ver dans le cerveau, et c’est un grand pas pour la science

Et si les IA du futur étaient des répliques de notre cerveau ? Science-fiction nous direz-vous, mais sachez qu’au début du mois des chercheurs de l’Université Technique de Vienne ont réussi un petit exploit en la matière : ils sont parvenus à émuler le cerveau d’un petit ver répondant au doux nom de Caenorhabditis elegans. Ce dernier a donc l’honneur d’être le premier être vivant dont la “conscience” a été intégrée à la machine. Son cerveau est composé de 302 neurones qui lui permettent d’accomplir les actions primordiales de la vie. L’expérience a toutefois permis à cette IA d’exploiter le potentiel de ses neurones pour apprendre de nouvelles compétences, en l’occurrence maintenir un bâtonnet en équilibre grâce à son corps (en simulation). Aucun ajout de code pour atteindre ce résultat, l’intelligence artificielle a simplement été entraînée via la méthode de l’apprentissage par renforcement. La science vient donc d’accomplir la première étape vers le fantasme de la communion de l’esprit humain et de l’IA. Reste qu’entre le cerveau du C.elegans et le nôtre, il y a une différence de près de 100 milliards de neurones que l’informatique est encore loin de parvenir à émuler.

Lire l'article

 

A la semaine prochaine !

Recevoir les 3 liens quotidiens