Image
[HUBRADAR]  Le meilleur de la veille numérique de la semaine du 12-16 février

[HUBRADAR] Le meilleur de la veille numérique de la semaine du 12-16 février

Chapo

Chaque matin, du lundi au vendredi, Emmanuel Vivier, co-fondateur du HUB Institute, vous envoie le HUBRADAR : son scan du monde numérique en 3 liens pour votre veille.

NOW ? L’actu chaude : que se passe-t-il en ce moment ?
NEXT ? L’actu futuriste : à quoi ressemblera le monde de demain ?
WOW ? L’actu fun, décalée, l’effet wow, tout simplement.

Retrouvez tous les dimanches le récap des 10 sujets préférés de nos abonnés.  Inscrivez-vous ici si ce n’est pas déjà fait.

Body

Chaque matin, du lundi au vendredi, Emmanuel Vivier, co-fondateur du HUB Institute, vous envoie le HUBRADAR : son scan du monde numérique en 3 liens pour votre veille.

NOW ? L’actu chaude : que se passe-t-il en ce moment ?

NEXT ? L’actu futuriste : à quoi ressemblera le monde de demain ?

WOW ? L’actu fun, décalée, l’effet wow, tout simplement.

Retrouvez tous les dimanches le récap des 10 sujets préférés de nos abonnés.  Inscrivez-vous ici si ce n’est pas déjà fait.

 

NEXT ?

IoT : vers une cartographie 3D/data des assets physiques ?

Pour les analystes de Gartner, il est temps que les professionnels s’équipent de “doubles digitaux” de tous leurs assets physiques. Que ce soient les usines, les magasins, ou même des villes entières, l’avenir de l’Internet of Things (IoT) tend vers la création de véritables cartes digitales des lieux impliqués dans les chaînes de valeur économiques. Connectées aux données collectées par les professionnels, ces cartes permettront d’optimiser leurs différentes activités physiques (disposition des produits, rayons, chaînes de production...) et jusqu’à l’infrastructure du lieu. En effet, ces “doubles digitaux” seront aussi des éléments facilement transmissibles aux prestataires chargés de réaliser les gros oeuvres afin d’améliorer la qualité de leurs interventions. Accompagné de Dassault Systèmes, le groupe d'ingénierie avancée McDERMOTT développe la plateforme 3DEXPERIENCE qui permettra à ses clients d’exploiter la modélisation 3D pour acquérir ces “doubles digitaux”.

Lire l'article

 

NOW ?

Instagram devient une plateforme de vente e-commerce

Instagram est présenté comme la plus grande vitrine du monde, avec une personne sur trois inscrite, et 200 millions de personnes abonnées à des comptes de mode. Les marques disposaient déjà de plusieurs moyens de faire connaître leurs produits en organique comme en paid (post, stories, influenceurs…). A présent, Instagram permet un achat intégré à la plateforme, comme cela est déjà possible sur Facebook, et comme le concurrent SnapChat vient de faire avec SnapStore. La stratégie du groupe en étendant cette fonctionnalité “Click & Buy” à Instagram ? Aider les marques à diffuser leurs campagnes d’une plateforme à l’autre pour toucher de nouveaux clients : deux tiers des visites sur un profil marque d’Instagram proviennent d’utilisateurs qui n’y sont pas encore abonnés.

Lire l'article

 

NOW ?

Enfoui sous la neige, le télétravail attend la France

Paris enneigé, Paris paralysé. La semaine dernière, le sujet a fait les gros titres, montrant les automobilistes bloqués dans leur voiture des heures durant. Un mot s’est alors posé sur toutes les lèvres : TÉLÉTRAVAIL. Nombre de parisiens n’ont pas eu d’autre option. De quoi relancer le débat sur la normalisation du télétravail dans le mode de fonctionnement des entreprises ? A la clé, des gains de temps, d’espace, d’énergie, et surtout l’affranchissement des anciennes pratiques managériales (les 35h en présentiel) déjà obsolètes dans de nombreuses entreprises… étrangères. La seule manière de survivre au virage verglacé est de s’équiper de pneus adaptés : il est temps pour la France d’équiper ses managers RH des bons outils et de leur inculquer les bonnes pratiques.

Lire l'article 

 

NEXT ?

Le futur sera parlant mais que dira-t-il ?

On l’entend à tous les coins de rue, c’est une de nos tendances retail pour 2018 : la voix est incontournable. Préfigurant le commerce de demain, les enceintes intelligentes et les assistants vocaux sont les stars du moment. Si les entreprises et les marques se bousculent pour saisir l’opportunité, savent-elles vraiment comment utiliser cet outil ? Et surtout, savent-elles quand, comment et pourquoi les utilisateurs interagissent avec leurs assistants vocaux ? Si les données collectées par les GAFA sur leurs produits respectifs pourraient permettre d’éclairer la lanterne des marques, ces derniers ont tendance à rester discrets.  Or, l’enjeu est de taille : Alexa, Siri et Google Assistant comptent chacun autant d’usages que les milliers d’applications (essentiellement par des développeurs tiers) qui germent dans leurs écosystèmes. Savoir lesquelles sont réellement utilisées par les particuliers est essentiel pour une entreprise au moment de développer un partenariat voice. Ne serait-ce que pour choisir le partenaire : nous ignorons jusqu’au nombre d’enceintes vendues par chacun des acteurs. Si aujourd’hui Amazon semble dominer le marché, quelle sera la voix de demain ? Le mystère reste entier.

Lire l'article 

NOW ?

Données personnelles : Facebook condamné par l'Allemagne

Saisi par la Fédération des associations allemandes de consommateurs, un tribunal berlinois a jugé illégale l’utilisation par le géant des réseaux sociaux des données personnelles de ses utilisateurs. Déjà saisi par la CNIL en 2015, ce sont aujourd’hui les paramètres par défaut de Facebook ainsi que certaines de ses conditions d’utilisation qui sont estimés abusifs, ne garantissant pas un consentement clair et attesté de l’utilisateur. En cause précisément : le référencement des profils sur les moteurs de recherche, ou encore la géolocalisation activée automatiquement lors d’échanges privés via l’application.

Autant de réglages prédéfinis que le réseau social se voit condamné à modifier sous peine de se voir infliger une amende potentielle de 250 000 euros par infraction constatée. Facebook a déclaré souhaiter faire appel, assurant avoir déjà apporté des modifications importantes à ses conditions d’utilisation en matière de protection des données depuis le début de la procédure en 2015, et étant toujours en train d’y travailler afin que les services offerts soient “toujours conformes à la loi”. En France, le GDPR (ou RGPD) entrera en vigueur en mai prochain. Cette condamnation ne serait-elle qu’un prélude ?

Lire l'article

 

WOW ?

Des Valentine Cards aux ValentineCoins : la Saint Valentin épouse le digital ?

Parler de blockchain à la Saint Valentin, stratégie gagnante ? Une startup française a décidé de s’y risquer, en créant les ValentineCoins, un équivalent digital du célèbre cadenas du Pont des Arts (chaque couple matérialisant son amour éternel en accrochant un cadenas sur ce pont parisien).  Le ValentineCoin est un "token" que l'internaute peut acheter en crypto-monnaie Ether (reposant sur la blockchain Ethereum) pour un montant total avoisinant les 30 dollars.

Le principe ? Ce token virtuel est accompagné d'un message d'amour pour toujours ancré dans la blockchain. La transaction donne lieu à la réception d'un certificat que l'internaute pourra offrir à l'élu(e) de son coeur. Une initiative brumeuse qui rappelle facilement le phénomène de Ponzi du BitConnect et que la presse internationale n'hésite pas à taxer d'arnaque. L'amour ferait-il de la résistance à la blockchain ?

Lire l'article

 

NOW ?

Alibaba emménage dans le retail physique

Investir dans le physique, la nouvelle tendance du e-commerce ? C’est ce que semblent indiquer les annonces faites depuis ce début d’année par de grands acteurs tels qu’Amazon (ouverture mi-janvier du magasin Amazon Go, achat de la chaîne Whole Foods) ou Alibaba qui poursuit sa conquête. Le géant chinois a annoncé cette semaine de gros investissements dans des magasins d’ameublement. 867 millions de dollars ont été déboursés pour le rendre propriétaire de 15% du n°2 du l’ameublement en Chine :  Beijing Easyhome Furnishing. Ce n’est pas la première fois qu’Alibaba acquiert des parts de distributeurs physiques puisqu’il détient également plus d’un tiers de Sun Art, leaders des hypermarchés dans l’Empire du Milieu. Il semble donc bien que le futur de l’e-commerce grandissent entre 4 murs.

Lire l'article 

 

WOW ?

Reconnaissance faciale : des lunettes pour détecter les criminels en Chine

Après les caméras capables d’identifier passants et véhicules dans la rue, la Chine introduit un nouvel outil à son système de surveillance. Des lunettes de soleil connectées viennent désormais compléter l’équipement des forces de l’ordre, avec une fonction bien particulière… Elles sont en effet capables de scanner la foule et de repérer la présence d’un criminel. Connectées à une base de données interne où sont répertoriés plus de 10 000 profils à haut risque, le dispositif opère en 100 millisecondes.

Pays où la liberté d’expression a encore un long chemin à parcourir et en l’absence d’un cadre réglementaire protégeant la vie privée des citoyens, une question se pose pourtant quant aux dérives potentielles qui peuvent être engendrées…

Lire l'article

 

NOW ?

Les entreprises ont l’IA dans le viseur... mais ne tirent pas

Si près de la moitié des DSI (46%) envisage de développer des projets liés à l’intelligence artificielle (IA), seuls 4% en ont déjà mis en place. C’est ce que révèle le rapport “CIO Agenda Survey 2018” du cabinet Gartner qui a interrogé 3 160 DSI de près de 100 pays. Alors même que les groupes technologiques y concentrent leurs investissements, Gartner met en évidence un retard d’application de l’IA dans les entreprises. Cette lenteur d’implémentation s’explique par deux obstacles principaux : la peur d’un faible retour sur investissement à court terme, et un manque de compétences en data sciences en interne. En effet, 53% des organisations interrogées décrivent leurs capacités internes à exploiter les données comme limitées. Autre frein à lever : surmonter la crainte des collaborateurs de l’entreprise d’être remplacés par l’IA. Le rapport suggère comme solution la mise en place de stratégies visant à concentrer le savoir en interne.

Lire l'article

 

WOW ?

En Corée du Sud, les robots aussi font leurs JO !

En marge des Jeux Olympiques de Pyeongchang, huit robots humanoïdes se sont affrontés lors d’une descente sur les pistes enneigées. Vêtus de combinaisons, ils ont slalomé les différentes portes sur une distance d’environ 80 mètres. Ce tournoi, baptisé “Edge of Robot : Ski Robot Challenge”, a en fait permis à huit équipes de professionnels de la robotique - provenant d’universités, d’instituts de recherche ou d’entreprises privées - de démontrer leurs avancées dans le secteur. Afin de participer à la compétition, chaque androïde devait remplir certaines conditions : mesurer plus de 50 centimètres, posséder des membres avec des articulations similaires à celle d’un humain... Et bien sûr être doté d’un système autonome lui permettant de s’orienter.

Flamme olympique portée par un robotballet de drones dans le ciel lors de la cérémonie d’ouverture et drones de sécurité, la Corée a décidément placé ces JO d’hiver sous le signe de la robotique et de l’intelligence artificielle.

Lire l'article

 

A la semaine prochaine !

Recevoir les 3 liens quotidiens