Image
Hubday-advertising-replay-Monoprix-Nicolas-Gobert-Worst-Song-In-the-World

Nicolas Gobert : « Une marque qui ne bouge pas est une marque qui meurt »

Par : Maxime Tricoire
4 juillet 2018
Temps de lecture : 1 min
Chapo

Au fil de notre évolution, "notre besoin de sécurité s'estompe face à notre désir d'émotions fortes". Nous voulons vivre plus intensément et cela se traduit dans notre quotidien. Et si le même raisonnement s’appliquait aux marques ? Nicolas Gobert, directeur image & marque de Monoprix nous livre sa vision.

Body
Une marque qui n’est pas attractive et qui ne bouge pas est une marque qui meurt.

Tel est le mantra de Nicolas Gobert. Fort de cette conviction qu’il a réussi à insuffler à l’entreprise, il revient sur les 3 piliers de la stratégie de Monoprix en termes d’image :

  • Une prise de parole quotidienne sur les réseaux sociaux : chaque jour, la marque détourne les sujets les plus discutés sur les réseaux sociaux pour affirmer son image de marque décalée. Cela peut aussi être en relation avec un évènement récurent comme pour la fête des Pères ou le Festival de Cannes.

  • Faire écho à l’actualité : construire sa communication autour de l’actualité est une des grandes forces de l’entreprise. Il n’y a qu’à voir la superbe campagne « Pokémonop », une opération marketing surfant sur le buzz du jeu Pokémon Go et qui consistait à créer des kits de survie (contenant batteries de secours, pansements, eau…)  et à les distribuer gratuitement aux joueurs.

  • Savoir célébrer sa marque : Monoprix dévoile chaque année un film publicitaire faisant écho de sa stratégie. Si celui de l’année dernière était consacré à la maximisation du plaisir, cette année est sous l’augure de la minimisation des contraintes. Et cela donne « The Worst Song In The World », spot publicitaire humoristique et décalé promouvant la livraison à domicile. Ce choix assumé est un véritable succès : la campagne s’est vue récompensée par un lion d’argent, par le Grand Prix Stratégie et comptabilise plus de 16 millions de vues.