Dans les coulisses de la Social Room de FDJ

Par : HUB Institute
17 décembre 2018
Temps de visionnage min

La FDJ évolue dans un contexte de fortes actualités, comme par exemple l’ouverture des capitaux de l’opérateur de jeux, mais aussi d’objectifs commerciaux ambitieux. Des jalons importants, sur lesquels de forts enjeux de communication sont à adresser, notamment sur les médias sociaux. La réorganisation de l’activité sociale de la FDJ, et la création de la Social Room dédiée, s’inscrit dans ce sujet. Rencontre avec Mehdi Hedjem, Social Media Manager, pour faire le point sur la question.

  • La Social Room a été créée pour adresser les enjeux de communication de l’entreprise, avant l’ouverture des capitaux de l’opérateur, mais aussi pour mieux faire émerger les marques, et casser les silos, notamment entre directions corporate et business.

  • A prendre en compte aussi, un grand besoin de rationalisation des coûts. La FDJ travaillait jusqu’alors avec 7 agences de création et 3 agences médias !

  • La Social Media Room est co-pilotée par les deux directions, corporate et business. Elle est composée de deux social media managers, business et corporate, les fonctions de l’agence créa choisie ont été internalisée à plein temps dans la social room, afin de “créer du lien entre les besoins et les objectifs des deux directions”.

  • La Social Room est intégrée au coeur de l’entreprise et coopère avec tous ses services, du service au client à l’innovation, en passant par la direction commerciale, en suivant tous les temps forts de la vie de la FDJ.

  • Le Social media, intégré très en amont des réflexions de manière transverse, permet ainsi la bonne amplification des opérations de l’entreprise. Par exemple, à l’occasion de la Mission Patrimoine lancée par le Gouvernement et menée par Stéphane Bern, FDJ a lancé deux offres, un Loto du patrimoine et des tickets à gratter les Missions Patrimoine. La Social Room a fortement contribué à la réflexion globale pour faire émerger ces offres, notamment caractérisées par leur engagement sociétal. Elle est intervenue très tôt, d’amont en aval, en veillant à la cohérence et la transversalité des éléments de langage entre corporate et business.

  • La Social Room est composée de 4 community managers, un responsable social room, deux social media managers, 2 créatifs, un planneur stratégique, une chargé de veille, et une spécialiste de l’influence. La structure a été bien accueillie en interne, car la fonction était jusqu’alors très éclatée au sein de l’entreprise.

  • Pour Mehdi Hedjem, la Social Room doit devenir un lieu de vie pour l’entreprise, une source d’inspiration. Ses membres interviennent souvent auprès des équipes en interne, notamment pour leur présenter les métiers du social.

  • FDJ est présent sur Facebook, Instagram, Twitter et linkedin, et de façon plus opportuniste, sur Snapchat.

  • Au global, la FDJ tire de la mise en place de cette Social Room “un bilan plutôt positif, même s’il est encore tôt car tout n’est pas encore mis en oeuvre”. De nombreux KPI sont positifs : viralité, taux de performance des créas, taux d’engagement, conversationnel… et bien sûr, les gains de rationalisation. Des bénéfices en terme d’image de marque sont également à mettre au profit de cette initiative.

  • “La Social Room donne du sens, et permet d’acculturer l’entreprise. Elle permet de professionnaliser la fonction sociale au sein de l’entreprise.”

Rédactrice : Carolina Tomaz