Quand l’entertainment participe à la guerre de l’attention

L’entertainment participe aujourd’hui à la bataille de l’attention qui fait rage autour des consommateurs. Warner Bros entend se munir des mêmes munitions que ses adversaires (essentiellement des DNVB, pour Digital Native Vertical Brands), accompagnée en cela par Adotmob, un spécialiste de l’exploitation combinée de la data online et offline (voir on-street). Le but : engager et suivre le consommateur dans un parcours online se terminant dans les salles de cinéma.
 

  • Aujourd’hui, le programme My Warner compte 2 millions de fans en France. Le but est d’atteindre les 45 millions de Français qui vont chaque année en salle pour voir un film au cinéma.
     
  • La programmatique, au-delà de l’aspect technique, a poussé Warner Bros à modifier sa structure et son management. L’entreprise s’est dotée de nouveaux profils, allant du chef de projet e-commerce au data scientist.  “Les profils se délinéarisent et sont plus agiles pour répondre facilement aux attentes du client.”
     
  • Faveur est donnée au marketing agile et au test & learn. Warner Bros n’hésite pas à lancer des offres non parfaites sur le marché pour itérer sans cesse grâce au feedback des utilisateurs.
     
  • Pour engager les consommateurs, la data s’allie à la créativité, jusqu’à produire près de 60 bandes annonces par film (longueurs, angles et impacts variant selon le type de consommateur ciblé).

Rédactrice : Stephanie Gillot