Michelin intègre la culture des cultures dans son ADN digital

Dans un contexte globalisé, les entreprises font face à un enjeu de taille : comment transmettre une image de marque homogène sur toute la surface du globe tout en s’adaptant aux identités culturelles locales ? C’est pour répondre à cette question que Patrice Cochin, Head of Global Digital Transformation and Consumer Engagement at Digital Factory (centre d’expertises digitales de Michelin) et Frédéric Simon, Sales Director chez Datawords nous ont rejoint sur la scène du HUBFORUM.

  • Pour accélérer sa transformation digitale, Michelin souhaite procéder à une refonte de son écosystème numérique. Cela est d’autant plus important que comme le rappelle Patrice Cochin « Notre première mission est d’informer le client sur un équipement primordial à sa sécurité, mais également de créer un sentiment de confiance vis-à-vis de nos produits ».
     
  • Afin d’assurer cette mission de la manière la plus agile possible, Michelin souhaite internaliser au maximum le processus de création de sites web localisés tout en gardant la main sur son budget. La taskforce prévue à cet effet est hybride et composée à la fois de ressources propres à Michelin, mais aussi d’experts de Datawords.
     
  • Pour Datawords, il s’agit d’accompagner le lancement de près de 200 sites, dans 120 pays, en 70 langues, en moins de deux ans.
     
  • Pour que le projet fonctionne, il convient de gagner la confiance des filiales locales en les intégrant à la réflexion du process global. Datawords propose d’ailleurs plusieurs modèles d’organisation selon les besoins et budgets de ses partenaires. Michelin a opté pour le modèle “Glocal”.
     
  • Grâce à ses équipes internationales et multiculturelles, Datawords peut créer une expérience globale adaptées aux exigences locales "quoi de mieux pour un client japonais que de savoir que l’interface avec laquelle il interagit a été pensée et testée par un japonais" explique Frédéric Simon.

Rédacteurs : Maxime Tricoire et Fatimata Zahara BA