Image
Le concept vehicle Hyundai Cradle

CES 2019 : Le meilleur des annonces Automotive & Mobility

Par : Carolina Tomaz
8 janvier 2019
Temps de lecture : 7 min
Chapo

Alors que la filière automotive fait face à un changement de paradigme sans précédent, entre transition énergétique, avancées des technologies d’intelligence artificielle et de conduite autonome et nouvelles modalités de transport, le CES de Las Vegas est devenu un passage obligé pour les constructeurs et les autres acteurs de la filière.

Body

C'est un signe qui ne trompe pas, en ces temps de révolution industrielle portée par le numérique : les constructeurs automobiles choisissent désormais le CES de Las Vegas, haut-lieu de l'innovation et de la technologie, pour faire leurs grandes annonces – parfois même au point de délaisser les salons traditionnels de la filière.

Grandes marques, pure-players, équipementiers, fournisseurs de technologies... Ce sont au total plus d'une centaine d'exposants qui se retrouvent à Sin City pour développer leur vision du futur de la mobilité en général, et de la voiture de demain en particulier. Electrique, autonome, connecté, communicant, voire résilient... Les axes de développement ne manquent pas. Les analystes du HUB Institute ont sélectionné les annonces les plus marquantes du secteur pour y voir plus clair.

Byton, le Tesla chinois, embarque un 48 pouces dans son SUV électrique

Le nouveau constructeur chinois Byton avait déjà fait sensation l’an passé à Las Vegas avec son concept. Il dévoile de nouveaux détails sur le SUV M-Byte, qui sera son premier modèle de série. Byton a annoncé deux modèles électriques, intégrant la technologie de voiture autonome de niveau 3 (autonomie conditionnée), le SUV M-Byte et la berline K-Byte. Le M-Byte entrera en production fin 2019, le K-Byte en 2021, tandis qu’un troisième modèle sera disponible en 2023.

Byton

Le SUV M-Byte sera disponible à partir de 45 000 dollars (sans conduite autonome). Il sera équipé du plus grand écran jamais embarqué dans un véhicule : un tactile de 48 pouces, soit l’équivalent de 7 tablettes ou 24 smartphones. Le SED (Shared Experience Display) a été conçu par l’équipementier français Faurecia. Le système est complété avec une tablette conducteur de 7 pouces au centre du volant, et un touch pad de 8 pouces entre les sièges avant. Il est équipé de sièges rotatifs pour faciliter la communication entre passagers (à l’arrêt). Le M-Byte est compatible Alexa.

Dirigée par d’anciens de BMW et Tesla, Byton a levé un total de 850 millions de dollars, dont 500 millions pendant l’été 2018.

Ford annonce le déploiement de la technologie communicante C-V2X dès 2022

Ford va déployer la technologie communicante Cellular Vehicle-to-Everything (C-V2X) sur ses véhicules en collaboration avec le fabricant de processeurs Qualcomm à partir de 2022.

La plateforme C-V2X permet à tout véhicule équipé d’accéder à des données third party issues des infrastructures des villes connectées (telles que les réseaux de feux et la voirie), des différents flux d’informations transitant sur le réseau 5G (vidéo, AR, VR et téléopérations), mais aussi des données collectées par les capteurs des autres automobiles. Des véhicules de différentes marques peuvent ainsi communiquer entre eux, ainsi qu’avec les motos, les piétons et les infrastructures routières.

CV2X Qualcomm

Le consortium 5GAA (5G Automotive Association) C-V2X, créé en 2016, compte désormais plus de 100 membres : constructeurs automobiles, équipementiers, développeurs de logiciels, opérateurs de téléphonie mobile, sociétés de semi-conducteurs, fournisseurs d’équipements de test, fournisseurs de télécommunications, de feux de circulation et des opérateurs routiers. Des tests sont en cours chez Mercedes, Audi et Ducati.

Ford est le premier constructeur à annoncer un calendrier de déploiement officiel pour le C-V2X. Basé sur la 5G, ce standard s’oppose à une autre technologie de communication V2X (Vehicle-to-Everything), le DSRC, basé sur les communications courte portée de type Wi-Fi, soutenu par GM et Toyota. 

Automative Grade Linux, la plateforme ouverte destinée à la voiture connectée

Automative Grade Linux (AGL) est un projet open source lancé en 2012, hébergé par la Fondation Linux, qui vise à développer une plateforme logicielle libre, basée sur Linux, à destination des véhicules connectées.

Le projet Automative Grade Linux se pose comme une alternative libre aux systèmes d’exploitation CarPlay ou Android Auto. Il propose des composants open source au sein d’une pile logicielle Linux, afin de permettre le développement d’applications automobiles, notamment sur l’info-divertissement.

L’intérêt pour les constructeurs, équipementiers et fournisseurs de technologies ? Partager et réutiliser la même base de code réduit coûts de développement, délais de mise sur le marché et fragmentation dans l’industrie. La plate-forme AGL Unified Code Base (UCB) fournit ainsi 70% du code destiné à un projet et inclut un système d'exploitation, un middleware et un framework applicatif.

Le constructeur coréen Hyundai a annoncé au CES 2019 rejoindre les membres de l’initiative AGL. On retrouve parmi ces derniers, au nombre de 140, des constructeurs et des fournisseurs de technologies tels que Toyota, Ford, Honda, Suzuki, Intel, Nvidia, ARM ou LG. 

Toyota dévoile le P4, son nouveau véhicule d’essai autonome

Le Toyota Research Institut (TRI) a présenté son véhicule d’essai autonome de nouvelle génération. Le P4 s’inscrit dans le cadre d’un système global de conduite automatisée nommée « Guardian and Chauffeur », à deux niveaux d’assistance : le mode Chauffeur est destiné à la conduite autonome, tandis que le mode Guardian vient amplifier les performances du conducteur au volant, sans le remplacer totalement.

Le P4 est construit sur la base de la berline Lexus LS500h. Il est équipé de deux caméras supplémentaires pour améliorer sa perception latérale et de nouveaux capteurs d’images, à l’avant et à l’arrière. Son nouveau système de radar LIDAR élargit son champ de vision grâce à un système à huit capteurs. Grâce à une puissance de calcul supérieure, ses systèmes peuvent opérer davantage d’algorithmes de machine-learning en parallèle, pour un apprentissage plus rapide. Il analyse et réagit plus vite aux données récupérées par les capteurs.

P4 Toyota

Les P4, fabriquées dans les Michigan aux Etats-Unis, rejoindront la flotte d’essais de Toyota au printemps 2019, pour un objectif de conduite sur route ouverte en 2020.

Nissan fait voir l'invisible

Nissan a présenté la technologie I2V (Invisible To Visible) pour les véhicules autonomes et connectés.

Les données recueillies par les véhicules et les infrastructures environnantes sont réunies dans un « métaverse » relié à un cloud, accessible en ligne pour le conducteur, ce qui permet une visualisation en réalité augmentée de l’environnement de conduite. 

Nissan

Cette visualisation permet : 

  • Une meilleure anticipation des événements, comme la rencontre avec un autre véhicule approchant à l’angle d’un bâtiment.
  • La création d’avatars humains en 3D, par exemple un expert aux côtés du conducteur pour l’aider dans sa conduite
  • Un environnement de divertissement tel que des paysages virtuels
tableau de bord Nissan

Honda repousse les limites de la mobilité

Chez Honda, automotive et robotique convergent : plus que des véhicules, c’est un ensemble de technologies pour améliorer la sécurité, la commodité, et le bilan environnemental de la mobilité que le constructeur développe, y compris la mobilité piétonne, avec : 

  • La mobilité tous terrains : Présenté au CES 2018 sous le nom de code 3E-D18, le véhicule autonome de travail (AWV) sans chauffeur a passé la phase de betatest. Sur un châssis tout-terrain, le véhicule permet de plugger sur un rail tous types de charges et d’accessoires, un GPS, des batteries, et des technologies émergentes d’autonomie avancée, Il permet ainsi d’accéder à des terrains difficiles, sans mise en danger humaine. Le  véhicule a été testé en conditions réelles sur une ferme solaire et une compagnie de pompiers.
le véhicule autonome sans chauffeur de Honda
  • La sécurité des voitures connectées, avec l’évolution du concept Safe-Swarm : cette technologie amorcée au CES 2017, visant à éviter la collision entre véhicules en les connectant entre eux via des capteurs, a été testée dans l’Ohio. 
  • Le robot Honda P.A.T.H (Predicting Action of The Humans), utilise caméra embarquée et capteur pour évoluer dans les lieux publics sans gêner les piétons et choisir le chemin optimal

Hyundai Cradle : un concept de véhicule extrême pour conditions extrêmes

Le constructeur coréen a dévoilé un concept véhicule particulièrement spectaculaire, capable de se déplacer dans toutes les situations, même les plus extrêmes, pour combattre, réparer ou secourir.

Hyundai Cradle

Le véhicule réinvente la roue, avec 5 pivots de rotation en plus de la suspension classique, et 5 modes de conduite inédits : suspension active, marche reptilienne, marche mammifère, omnidirectionnelle. Il dispose de batteries électriques grande capacité, et d’un accès sur les 4 côtés de l’habitacle.

Sur le chassis, peuvent s’adapter des modules variés : transport de soldats, module médical… Tous les scénarios dans ce film assez Wahou

banner retex CES

 

Offrez à vos équipes un panorama des grandes tendances identifiées au CES pour bien débuter l'année !
Réserver un retex CES

 
Profile picture for user Carolina Tomaz
Carolina
Tomaz

Carolina Tomaz est Head of Content au HUB Institute.


Forte d’un parcours de 18 ans dans le digital, les nouveaux usages et l’innovation, elle bénéficie d’une expérience développée dès 2000 chez le fournisseur d’accès Libertysurf, puis dans le groupe TF1 où elle a occupé différentes fonctions – toujours à la croisée de l’éditorial, du marketing, du business et de la transformation numérique. 


Jusqu’alors directrice des contenus de Frenchweb, pure-player d’information B2B spécialisé en tech et

Carolina Tomaz est Head of Content au HUB Institute.


Forte d’un parcours de 18 ans dans le digital, les nouveaux usages et l’innovation, elle bénéficie d’une expérience développée dès 2000 chez le fournisseur d’accès Libertysurf, puis dans le groupe TF1 où elle a occupé différentes fonctions – toujours à la croisée de l’éditorial, du marketing, du business et de la transformation numérique. 


Jusqu’alors directrice des contenus de Frenchweb, pure-player d’information B2B spécialisé en tech et innovation, elle rejoint le HUB Institute pour y développer l’offre de contenus et insights, afin d’accompagner au quotidien les décideurs à mieux comprendre les mutations et ruptures à l’oeuvre sur leurs marchés.

Lire la suite