Video time
15:24 min

Les villes sensibles de Carlo Ratti Associati, ou comment utiliser les technologies au service des habitants

Par : Carolina Tomaz
11 décembre 2019
Temps de visionnage15:24 min

Juan Carlos Romero est Architect Strategy & Innovation, pour le cabinet d’innovation et d’arhictecture CRA, fondé par l’architecte et ingénieur Carlo Ratti, qui enseigne au MIT, où il dirige le Senseable City Laboratory, qui étudie l’impact du digital sur les villes. La Senseable City s’intéresse à l'utilisation des technologies pour anticiper et satisfaire les besoins des habitants.

  • Alors que dans les années 90, on avait le fantasme d’un futur entièrement digital, on constate que la réalité est tout autre, et les villes seront justement le reflet du mélange entre physique et digital. Aujourd’hui, plus de 50% de la population mondiale vit en ville. En 2030, cette part représentera 5 milliards d’individus.
     
  • Juan Carlos Romero présente quelques exemples des travaux du cabinet, par exemple sur la dimension work, avec le cas de la Fondation Agnelli à Turin. Le lieu de travail devient ainsi un espace d’échange, avec les autres et avec le bâtiment lui-même. Grâce à un partenariat avec Siemens, on peut ainsi réserver des espaces, mais aussi créer une comfort zone, comme une bulle qui peut vous suivre partout, avec vos conditions de lumière et de température.
     
  • Pour ce qui est du commerce, CRA présente une vision où le consommateur est en mesure de prendre des décisions plus smart et responsables. Coop, le supermarché du Futur se libère des rayons et des allées au profit d’une vision ouverte comme dans un marché, avec des perspectives ainsi complètement dégagées sur un espace de 1000m2. Grâce à des tables interactives et à des technologies comme la réalité augmentée,  le consommateur accède à un niveau d’informations inédit sur les produits : propriétés nutritionnelles, origine, présence d'allergènes, consignes de tri, produits corrélés, promotions…
     
  • Autre exploration de la capacité du numérique bien utilisé à aider à améliorer les villes, la mobilité. Avec le projet Minimum Fleet, on a la démonstration que grâce à des algorithmes efficaces permettant de faire correspondre la demande de taxis à la disponibilité des véhicules à New York, on pourrait être en mesure de réduire la flotte de 40%. Un article reprenant ces résultats a été publié dans le magazine Nature l’année dernière.
     
  • À noter parmi les autres participations de CRA- Carlo Ratti Associati, le projet Sidewalks Labs d’Alphabet Google à Toronto, l’évolution du périphérique parisien ou Mind, la réhabilitation de la zone d’exposition Milan 2015.
     
  • Pour Juan Carlos Romero, preuve de l’importance capitale de ce sujet, l’Urban Tech fera partie des secteurs qui susciteront un fort intérêt chez les VC dans un très proche avenir.