Video time
11:33 min

Fluctuart place la culture et l'art en première ligne de la smart city et engage secteurs privé et public

Par : Agnès Mascla
11 décembre 2019
Temps de visionnage11:33 min

La France ne saurait rougir de sa richesse culturelle et artistique qui assure une unité qui lie territoires et citoyens. Or, l’accès à l’art et à la culture ne peut pas toujours être garanti par les acteurs publics. Et selon Nicolas Laugero Lasserre, président de l’ICART et fondateur de Fluctuart, “ la culture doit toujours être entreprise dans un intérêt général, à la portée de tous et du plus grand nombre”. Il présente ainsi Fluctuart, qui incarne cette hybridation entre projet privé et intérêt public.

  • "Qu’est ce qui va rester de ce que nous vivons aujourd’hui si ce n’est la création d’œuvres de l’esprit ?" Nicolas expose la nécessité de rendre accessible l’art et la culture, garants de notre humanité au fil de l’histoire, mais aussi du socle commun qui unit les citoyens. “Je pense que dans un monde où beaucoup de choses nous divise, la culture est là pour nous unir, pour nous donner des valeurs communes."
     
  • Or les acteurs publics ne peuvent plus assurer cet accès par le biais de subventions, l’art et la culture ne peuvent pas être une priorité face à des enjeux politiques d’aides sociales. L’ère de Jack Lang est révolue, et la nécessité de créer des projets culturels subsiste. Le mot clé est donc le suivant : l’hybridation, de financement et de vision.
     
  • Fluctuart a vu le jour suite à l’appel à projets de Paris il y a 4 ans et incarne le concept l’hybridation que prône Nicolas, la promesse de ce lieu d’art urbain étant la suivante : un lieu privé dont l’accès est entièrement gratuit, et qui propose des visites guidées gratuites tout au long de l’année. Le lieu a enregistré 200 000 visiteurs en l’espace de 5 mois, signe de son succès.
     
  • L’hybridation repose donc sur un modèle économique double : proposer gratuitement l’accès à l’art et à la culture, tout en se rémunérant par le biais d’un bar et d’un lieu événementiel. Cette hybridation est possible dans les deux sens, Nicolas prend l’exemple du Palais de Tokyo et du Théâtre du Rond Point qui ont trouvé des modèles économiques propres.

 

Cette hybridation de financement et de vision publics/privés, nous devons y venir, et ne plus attendre la question d’un financement public.

 -Nicolas Laugero Lasserre, président de l’ICART et fondateur de Fluctuart