Image
smart-city-signaletique

La signalétique intelligente redonne du sens à la smart city

Par : Xavier Biseul
25 octobre 2019
Temps de lecture : 6 min
Chapo

Avec l'affichage dynamique, les panneaux de signalisation routière s'adaptent à leur environnement et délivrent des messages contextualisés. Les feux tricolores sont, eux aussi, appelés à gagner en "intelligence".

Body

Les panneaux de rue feront bientôt figure de survivance du passé dans la ville intelligente. Coulés dans le béton, ils dirigent aujourd'hui les automobilistes et les piétons vers des points fixes et doivent être changés au moindre aménagement de quartier ou masqués lors de travaux de rénovation. Dans la smart city, la signalétique s'interconnecte à son environnement et s'adapte en permanence aux besoins de ses habitants.

L'affichage dynamique a fait son apparition il y a déjà une bonne quinzaine d'années avec les totems digitaux. Sur de grands écrans sont projetés les actualités municipales dans le domaine culturel et sportif ou des informations pratiques sur les services publics. Sur les modèles de dernière génération, les citoyens peuvent interagir via une borne numérique ou depuis leur smartphone afin, par exemple, de récupérer un plan interactif.

iGirouette-LyonLes habitants de la métropole du Grand Lyon et des villes de Calais, Avignon ou Montélimar ont pu découvrir l'étape suivante de la signalétique intelligente. Proposée par Charvet Digital Media, l'iGirouette est un mat au sommet duquel tournent à 360° deux flèches dotées d'un écran led sur chaque face.

Au-delà de désigner les points d’intérêts classiques comme un musée ou une gare, ces flèches peuvent diffuser des informations en temps réel remontées de sources en open data. Dans le cas de Lyon, une iGirouette indiquera le nombre de vélos disponibles à la station Velo'v la plus proche, la quantité de places de parking libres ou les minutes restantes avant l'arrivée du prochain tram.

Installé également dans le quartier d'affaires de La Défense, aux abords du stade de l'Olympique Lyonnais ou au parc du Futuroscope, le dispositif se prête à des usages éphémères. Lors de la fête des Lumières de Lyon, il va, par exemple, diriger les visiteurs vers les spectacles du jour. "Il peut être aussi installé le temps de la tenue d'un salon professionnel comme ce fut le cas lors du dernier Smart City World Congress de Barcelone", illustre Alban Chevalier, responsable communication et marketing de Charvet Digital Media.

Depuis la console d'administration, un agent municipal va programmer le message à diffuser sur les écrans recto-verso en sélectionnant le bloc texte, sa couleur, le visuel ou l'animation associée, la direction de la flèche et la plage horaire. "Le logiciel de pilotage se rapproche de PowerPoint", estime Alban Chevalier.

Charvet Digital Media développe actuellement une application mobile qui doit permettre à un habitant d'interroger l'iGirouette. Il mentionne sur son smartphone l'endroit où il souhaite se rendre et une flèche se met en mouvement pour lui indiquer la direction à prendre, la distance ou le temps de parcours pour arriver à destination.

Sur un modèle très proche, la société new-yorkaise Breakfast a, elle, placé un écran tactile à la base de son mat permettant à l'usager de saisir ses requêtes. Des suggestions sont aussi proposées, changeant en fonction de l’environnement ou du moment de la journée - "petit-déjeuner" en début de matinée, "dîner" ou "spectacle" en soirée.

La signalétique connectée a aussi pour intérêt de prévenir les dangers. Le groupe espagnol Industrias Saludes propose un passage pour piétons intelligent qui, doté de capteurs de détection, active ses signaux électroniques et ses luminaires led uniquement quand un individu traverse la voie ou a l’intention de le faire. En agissant uniquement en présence réelle de passants, ce signal d'avertissement d'un nouveau genre maintient en alerte les conducteurs mieux que ne le font les panneaux traditionnels clignotant en permanence.

Filiale smart city de Lacroix, un des principaux acteurs français de la signalisation routière, Lacroix City a, elle, renouvelé le célèbre panneau triangulaire signalant le passage d'animaux sauvages avec son cerf bondissant. De la même manière que pour le passage piéton, son système ne clignote qu'en cas de traversée imminente d'un cervidé ou d'un sanglier. La présence de l'animal est détectée par des capteurs infrarouge puis validée par une caméra. L'alimentation est assurée par des panneaux solaires (source L'Usine Nouvelle).

Source photos : Charvet Digital Media

Une intelligence artificielle remplace l'agent de la circulation

alex-king-feu-tricolore-circulationLa signalétique intelligente donne, par ailleurs, un coup de vieux aux feux rouges, en voie d'obsolescence programmée. Ne tenant pas compte de l'état de la circulation, un feu tricolore immobilise la même durée un automobiliste le matin, à l'heure de partir au travail, que tard le soir, de retour chez lui.

La synchronisation en temps réel des feux de signalisation permet de réguler le trafic routier et de réduire significativement les situations d’engorgement. Une signalisation intelligente tient aussi compte de conditions inhabituelles comme des travaux. Dans le cas d'un accident de la route, elle facilitera l'accès aux services d’urgence.

A Bruxelles, des scénarii spécifiques ont été développés pour certaines situations exceptionnelles telles que les sommets européens ou les fermetures de tunnels. "Ce projet permet à tout le monde de se déplacer plus facilement dans la ville", se réjouit, sur son site, Pascal Smet, secrétaire d'État bruxellois à l'aménagement du territoire.

Adapter les phases rouges ou vertes d'un feu en fonction des conditions de circulation d’un carrefour suppose de faire appel à l'Internet des Objets avec les données collectées par de multitude de capteurs, dont certains intégrés à l’asphalte, et les caméras de surveillance.

Ville souvent embouteillée, Anvers a rendu intelligents un peu plus de ses 370 feux de signalisation comme l'explique son prestataire Cisco dans un communiqué. Désormais, l’Agence des routes et de la circulation de la municipalité flamande sait non seulement quand les feux de circulation sont en panne mais elle peut désormais les contrôler à distance.

L'étape suivante constituera à éviter un certain nombre de ces opérations humaines. Selon un article du site Phys.org, des chercheurs autrichiens travaillent sur l'apport de l’intelligence artificielle dans ce domaine.

A partir des images remontées par les caméras équipant des feux de signalisation de dernière génération, il serait possible d’analyser le comportement des piétons et d'en déduire s'ils s'apprêtent à franchir le passage clouté. Si l'état de trafic le permet, le petit bonhomme passe au vert. Ce qui évite, par ailleurs, le recours intempestif au bouton-pressoir piéton.

Et si demain, il n'y a plus d'humains au volant ? La signalisation intelligente doit, en effet, se préparer à l'arrivée de la voiture autonome. La moindre intersection devrait être dotée de caméras, de radars et même de lidars comme ceux que les véhicules autonomes embarquent. Les algorithmes d'intelligence artificielle devront, eux, calculer en temps réel un très grand nombre de paramètres.

Pour fluidifier la circulation et prévenir les dangers, il s'agira de prendre en en compte les échanges entre véhicules (V2V), entre le véhicule et l'infrastructure routière (V2I) ou entre le véhicule et les piétons (V2P). C'est ce qu'on appelle le concept V2X ou "vehicle to everything". Objectif : tenir la promesse du zéro embouteillage et du zéro accident.

HUB Smart City Forum

Profile picture for user Xavier Biseul
Xavier
Biseul
Journaliste spécialisé