Image
photo

Futur des compétences, futur des métiers

Par : Loris Gendreau
25 mars 2019
Temps de lecture : 6 min
Chapo

Le métier de RH se doit d’accompagner la métamorphose des métiers, notamment dans le domaine des compétences, qui se transforment aussi à l’ère de la révolution numérique.  Quels nouveaux rôles le RH va-t-il devoir incarner ? Quels sont les enjeux face au développement rapide de l’intelligence artificielle ? Quels sont les soft skills les plus importants ? Voici les thèmes abordés par nos experts, à l’occasion du HUBTALK RH & LEADERSHIP du mercredi 13 mars.

Body

Futur des compétences : vision et tendances

Caroline Loisel et Emmanuel Vivier introduisent ce HUBTALK avec leur vision du rôle du RH, notamment face à l’essor des intelligences artificielles. Selon eux, c’est notre capacité à apprendre de plus en plus vite qui fait la différence aujourd’hui. Face à ces enjeux, il est nécessaire d’adopter un certain angle de vue : l’acceptation aux risques, être focus-solution, avoir une pensée systémique.

Le manager RH a désormais un rôle de pilote qui se découpe en 2 nouvelles postures (Business Accélérateur et Entrepreneur) et 2 nouveaux modes de travail (Socio-coach et Techno-agile). Une configuration résumée par l'acronyme B.E.S.T. 

De nouvelles façons de collaborer et d’interagir émergent avec l’arrivée de nouveaux outils, afin de permettre aux collaborateurs de travailler mieux et plus rapidement ensemble. Pour les nouvelles visions et tendances dans le milieu RH, nos deux speakers dressent un tableau des dix compétences les plus recherchées d’ici 2020. Parmi celles-ci, on retrouve l’esprit critique, la créativité, l’intelligence émotionnelle ou encore la flexibilité cognitive.

Travailler les soft skills 

Michel Thing-Leoh, facilitateur d’intelligence collective & coach d’organisation a fondé un cabinet qui s’appelle « CollectiveO » et propose des ateliers en Intelligence Collective et de l'accompagnement sous forme de coaching.

Il est intervenu lors de ce HUBTALK pour aborder le thème des soft skills – ces qualités humaines et relationnelles de plus en plus valorisées par les recruteurs – peuvent apporter dans le milieu professionnel. Selon Michel Thing-Leoh, elles sont à la fois innées et acquises. Trois d’entre elles sont prépondérantes : la confiance en soi, la collaboration et la remise en question.

Il insiste sur le fait que pour développer des compétences comportementales, il est nécessaire d’être à l’écoute de ses sens. Il évoque certains grands hommes tels que Henri Fayol, Frederick W.Taylor, et Max Weber, qui ont théorisé des méthodes pour rendre le monde du travail plus efficace, mises en œuvre depuis 100 ans.

Le point à retenir de son intervention reste cependant la re-contextualisation des soft skills depuis l'ère de l'humanité. En effet, selon lui, nous avons progressivement perdu nos soft skills avec le Taylorisme, l'industrialisation et la nécessaire production en masse des biens engendrée par l'évolution démographique. 

Il faut rééquilibrer la partie compétence technique (avoir) et la partie comportementale (être), qui représente un potentiel énorme pour évoluer dans ce monde complexe.

- Michel Thing-Leoh, CollectiveO

Comment faire circuler les compétences et accompagner les métiers ?

Caroline Loisel anime cette table ronde consacrée à la circulation des compétences.

C’est au tour de Frank Chenet, Group Digital Transformation and Marketing Services Director chez Antalis leader européen sur le marché du papier, de l’emballage et de la communication visuelle pour les professionnels. Antalis est présent dans 41 pays, compte 5600 collaborateurs, avec un chiffre d’affaires de 2,3 milliards d’euros. Depuis deux ans, l’entreprise a entamé une évolution de son business model, d’un marketing produit à un marketing client. Pour Antalis, un persona marketing sert à profiler et cibler les segments-clés : l’imprimeur, l’agence de communication, l’acheteur d’emballages industriels, etc. L’entreprise a décidé d’en créer un huitième dédié au collaborateur / candidat (à l’embauche).

Ce dernier, permet à Antalis d'optimiser ses processus, notamment en matière de profiling et de recrutement ou encore découvrir les meilleurs ambassadeurs marque - employeur. Enfin, de telles données aident l'entreprise à comprendre les freins à l'autoformation de ses collaborateurs. 

Avoir une approche persona nous permet de recruter des profils qui vont contribuer à la maturité digitale tous métiers confondus

- Frank Chenet, Group Digital Transformation and Marketing Services Director, Antalis

D'après Virginie Verdière, Head of Leadership, Development Strategy chez Engie, l'entreprise mise sur la circulation des compétences en interne, notamment à travers un projet qui s’appelle Skill’Lib. Il s'agit d'une marketplace en ligne ouverte à tous les collaborateurs. Ces derniers peuvent y créer un profil afin de mettre en valeur leurs compétences. Ils deviennent ce que l’on appelle des «Skillers» et peuvent pro-activement exprimer leur intérêt pour des missions temporaires au sein du Groupe.

Ces missions sont exposées directement par les managers qui peuvent ainsi pleinement utiliser la base de compétences internes plutôt que de recourir à des prestations externes. Dans ce contexte économique où l'avenir est incertain et difficilement prédictible (VUCA), il est en effet difficile de promettre des parcours linéaires aux collaborateurs et d’anticiper des étapes de carrières : ils doivent gagner en agilité.

Liza Gordon, Talent(s), Change et Campus Manager chez TF1 Le Groupe, déclare que le « futur des compétences » chez TF1 est un sujet complexe, notamment à cause du nombre de métiers présents au sein du groupe (plus de 200). Elle évoque la valeur du collectif, ainsi que le leadership de soi, softskills de plus en plus évoqué par les experts RH.

Comme en témoigne le mantra de Thierry Debien, directeur de la formation, du développement des compétences et de la diversité chez Colas.

Etre performant c'est être entraîneur de soi, et entraîneur des autres.

TF1 a mis en place le projet "collectif 3.0" afin de faire travailler les générations ensemble, avec des moins de 35 ans souhaitant s’investir dans des "extra-rôles." Ce projet permet aux jeunes de rencontrer des profils seniors et par la même occasion de fédérer des initiatives. Enfin, Business Lab permet d’accompagner les collaborateurs au cours de programmes d'intrapreneuriat. 

Les RH seront-ils co-acteurs de la transformation digitale par les RH ?

Laurent Moisson, co-fondateur de Sphères et consultant chez Microsoft, prend exemple sur la transformation du retail : « Y-a-t-il a un seul patron du digital d’une grande entreprise qui vienne du commerce ? Moi je n’en connais pas. » La légitimité métier n’a pas existé face à la compréhension des enjeux, des usages et des technologies. La vraie question est donc « Comment les départements RH pourront-elles mener la transformation de l’entreprise par les RH ? » Il faut remettre en question les organisations traditionnelles face aux disruptions technologiques, et non l'inverse. Laurent Moisson, historien de formation, s'appuie notamment sur le modèle de l'armée et d'autres organisations humaines qui ont su intégrer la technologie et se réinventer autour d’elles. 

De son côté, Estelle Delessard, Chef de Produit Dynamics ERP Microsoft, souligne comment des approches data-driven permettent de récupérer et d'analyser les informations des collaborateurs, leur proposer des métiers auxquels ils n’auraient pas pensé eux-mêmes (faisant écho au fameux persona "collaborateur" évoqué plus tôt par Franck Chenet, Group Digital Transformation and Marketing Services Director chez Antalis.

Cartographie des compétences

Enfin, le HUBTALK se termine sur l'intervention de Pierre-Antoine Roy, CEO fondateur de Crafty. Crafty est une startup de la HR Tech française qui développe un outil de cartographie des compétences. Spécialiste du management des talents, avec une approche originale centrée sur la valorisation des collaborateurs au sein des organisations, Crafty souhaite "changer le monde des RH." Après avoir suivi le programme d'accélération NUMA en 2017, Crafty est actuellement dans le Founders Program de STATION F.

Piloter les compétences aujourd’hui, c’est passer d’une vision statique à une vision dynamique et l’IA permet cela.

- Pierre-Antoine Roy, CEO-fondateur, Crafty

 

Nouveau call-to-action

Profile picture for user lgendreau
Loris
Gendreau

Loris est Junior Content Producer au département Content du HUB Institute. Étudiant en Master 1 à l’EFAP, il nous accompagne au quotidien sur la création de contenus.