Image
CES 2020

CQFR CES 2020 - J1 : les acteurs "non-tech" bien présents à Vegas

Par : Carolina Tomaz
6 janvier 2020
Temps de lecture : 7 min
Chapo

Le CES comme si vous y étiez… Le HUB Institute vous guide dans les travées du plus grand salon tech de la planète qui ouvrira officiellement ses portes ce mardi 7 janvier à Las Vegas. Cependant, dès dimanche, nos experts sont à pied d'oeuvre pour vous faire part des grandes tendances du CES Unveiled. Ce qu'il fallait retenir de cette première journée.

Body

4 000 exposants, 250 conférences, 170 000 participants venus de 160 pays… Pas de doute, le CES de Las Vegas est toujours le rendez-vous global de l’innovation et des technologies. Deux jours avant l’ouverture officielle de cette extravaganza tech, le CES Unveiled permet à 1500 journalistes et analystes venus du monde entier d'accéder à une sélection des meilleures innovations de l’année, récompensées par les CES Innovation Awards, Honorees et Best Of Innovation. Au nombre de 180, ces innovations, issues de startups ou d’entreprises établies, couvrent 28 catégories de produits. En cela, le CES Unveiled est un excellent poste d’observation pour anticiper et analyser les tendances qui émailleront le salon cette année. 

2020, le CES de la maturité ?

La technologie n'est plus une fin en soi. C'est désormais le cas d'usage qui prédomine. Et dans ce contexte, les acteurs dits "traditionnels" ont toutes les cartes en main. Les grands groupes “non-tech” affûtent leur présence, avec une offre plus mature : on peut citer l’exemple de L’Occitane avec le dispositif Duolab. L’innovation comprend un appareil développé par Rowenta (groupe Seb), une gamme de capsules et un outil de diagnostic cutané. Duolab permet une personnalisation à la demande du soin, fraîchement mélangée et sans conservateur. Les clients peuvent soit acheter leurs capsules sur le pouce, soit se faire livrer un kit mensuellement à leur porte via un abonnement.

duolab
Duolab L'Occitane

P&G améliore son système Opte Precision Skincare System, qui avait déjà reçu 4 Best Of Innovation Awards en 2019. Le dispositif permet à l’utilisateur de scanner son visage pour y détecter les traces d’hyperpigmentation et recommander un traitement adapté. Il est désormais 70% moins cher et 30% plus rapide, avec une interface utilisateur et un form factor améliorés. 

L’Oréal a également présenté son nouveau device destiné à la personnalisation du soin et du maquillage. Perso permet par exemple de recréer les looks de votre influenceur favori, les tester en réalité augmentée avant de la créer. Trois cartouches de couleurs se mélangent alors jusqu’à reconstituer la bonne teinte.

Perso
Perso de L'Oréal

Le même procédé permet de créer un fond de teint sur mesure. Quant à la personnalisation du soin, elle se fait par une phase de diagnostic préalable qui permet ensuite de créer le soin sur-mesure combinant SPF, sérum et hydratation.

D'une façon générale, la Health Tech fait preuve d'une belle vitalité, la catégorie n'a jamais été aussi populaire. Citons par exemple la nouvelle montre ScanWatch du Français Withings, qui est capable de repérer les apnées du sommeil ou les fibrillations auriculaires, Aura Strap, un bracelet pour Apple Watch qui mesure la composition du corps et son niveau d'hydratation, les devices non intrusifs destinés aux diabétiques d'Aerbetic. La Sleep Tech, ainsi que la Baby Tech (qui aurait totalisé +88% d'inscrits dans sa catégorie d'Awards, par rapport à 2019), sont à surveiller de près. A noter aussi, l'émergence de nouveaux services et de modèles économiques associés autour de la santé, comme celui développé par Peloton, qui combine un vélo connecté à 2 245 dollars à un abonnement mensuel d'exercices à 39 dollars.

Enfin, on remarque moins de gadgets exposés, sans doute le signe d’une plus grande maturité générale. Un "passage à l'âge adulte" que l'on constate aussi du côté de la French Tech : selon Business France, on ne comptera "que" 350 exposants français, contre 420 l'année dernière. Un recentrage dont chacun s'accorde à dire qu'il privilégie la qualité à la quantité.

Les annonces à retenir

Parmi les annonces à retenir en ces premières heures, Daniel Kichert, le CEO de Byton, a déclaré lors de sa conférence de presse être prêt à la production de série de la M-Byte pour mi-2020, dans son usine de 800 000 mètres carrés à Nanjing en Chine. Présenté par le designer français Benoît Jacob, le SUV du jeune constructeur chinois, propose entre autres fonctionnalités un gigantesque écran de 48 pouces, contrôlé par la voix, situé sous le pare-brise.

byton
Annonce des partenariats media de Byton

L’américain Segway, précurseur des nouvelles mobilités et racheté par le chinois Ninebot en 2015, a dévoilé plusieurs nouveautés, dont une trottinette électrique, le Kickscooter Air T15, qui se recharge en freinant, et surtout S-Pod, un drôle de fauteuil en forme de nacelle, campé sur deux roues – comme un Segway assis, finalement. L’entreprise indique que le S-Pod peut atteindre les 38 km/h et se dirige avec un clavier. Il sera disponible à la vente en 2021.

S pod segway
Le S-Pod de Segway

Samsung frappe fort, avec 46 de ses nouveaux produits reconnus au titre de CES Innovation Awards 2020, dans des catégories comme Visual Displays, Gaming, Software and Mobile Apps, Embedded Technology, ou Tech for a Better World. Le Galaxy Note10+ 5G et deux produits d’affichage numérique ont remporté le Best Of Innovation Award, qui récompense la meilleure innovation de sa catégorie.

Le chaebol coréen a également été remarqué pour son impressionnant téléviseur géant d’une diagonale de 292 pouces (7,4 mètres), basée sur The Wall, technologie modulaire qui permet d’assembler des dalles MicroLed, présentée comme la prochaine révolution en matière d’affichage. On a aussi remarqué The Sero, la TV qui bascule à la verticale est censée séduire les millennials, adeptes du mode "Story".

Sero Samsung
Sero Samsung

Enfin, beaucoup d’attente et de curiosité autour du projet Neon, qui pourrait être présenté lors du CES par le Samsung Technology et Advanced Research Labs, plus connu sous le nom de STAR Labs. Le teasing est intensif, puisque le projet dispose d’un compte twitter et d’un site à son nom. Il s’agirait ni plus ni moins d’un “humain artificiel”, si l’on veut bien en croire le tweet cryptique épinglé sur le compte de Neon. Bixby, l’assistant vocal de Samsung, n’a jamais vraiment réussi à s’imposer face à Amazon Alexa ou Google Assistant. Neon saura-t-il faire mieux ? 

Neon
Neon

WTF et bad buzz

Le CES ne serait évidemment pas le CES sans son cortège de gadgets plus WTF les uns que les autres : parmi ceux qui ont marqué nos équipes sur place, l’imprimante à tatouages temporaires de Prinker, le canadien Kohler qui nous propose sa vision de la salle du bain du futur, avec sa pomme de douche connectée à Alexa ou ses toilettes connectées, Numi 2.0, qui proposent siège chauffant, éclairages dynamiques, entre autres fonctionnalités, commandées par la voix.

pommeau alexa
Le pommeau de douche Kohler commandé par Alexa

Toujours dans l'univers des ablutions connectées, la marque américaine de papier toilettes Charmin (Procter & Gamble) s’est fait plaisir avec trois itérations de robots destinés à améliorer notre vie au petit coin : on citera le RollBot, qui vient si nécessaire apporter in situ un rouleau de papier, par simple demande via smartphone.

Rollbot Charmin PG
Rollbot Charmin

Côté bad buzz, la présence au programme d’Ivanka Trump a fait crisser quelques dents. La fille du président américain, qui est aussi sa conseillère spéciale, sera la guest star de la keynote d’ouverture du salon ce mardi 7 janvier à 14 heures locales, auprès de Gary Shapiro, président et CEO de la Consumer technology association (CTA), l’association qui organise le CES. Le thème de l’intervention sera consacré au futur du travail. Les critiques, qui se sont parfois cristallisées sur Twitter sous le hashtag #boycottCES, pointent notamment du doigt l’incapacité de l’association à mettre en avant lors de ses keynotes d’autres femmes pourtant reconnues pour leur expertise et leur compétences. Gary Shapiro a pris la défense de son invitée, en rappelant que cette dernière, dont les attributions auprès de Donald Trump incluent l’emploi, s’exprimerait sur la façon dont l’industrie travaille avec le gouvernement américain sur ce sujet.

Autre curiosité qui a suscité quelques sourires goguenards : la startup Keep Labs développe un boîtier connecté destiné à conserver au frais et à l’abri des produits issus du cannabis (ouverture via la reconnaissance faciale, alertes smartphone, balance intégrée…), et a reçu à ce titre un “Innovation Award Honoree” du CES en octobre dernier – le premier pour une startup opérant dans la “cannabis tech”. En décembre dernier pourtant, la CTA demandait pourtant à Keep Labs de ne faire aucune mention au cannabis ou aux produits associés à sa consommation sur son stand. La société a finalement décidé de ne pas exposer sur le salon.

Profile picture for user ctomaz
Carolina
Tomaz
Head of Content

Carolina Tomaz est Head of Content au HUB Institute.


Forte d’un parcours de 18 ans dans le digital, les nouveaux usages et l’innovation, elle bénéficie d’une expérience développée dès 2000 chez le fournisseur d’accès Libertysurf, puis dans le groupe TF1 où elle a occupé différentes fonctions – toujours à la croisée de l’éditorial, du marketing, du business et de la transformation numérique. 


Jusqu’alors directrice des contenus de Frenchweb, pure-player d’information B2B spécialisé en tech et...