Deloitte : répondre aux enjeux de transformation durable en repensant le système global

Par : Judith Rodriguez
10 décembre 2020
Temps de visionnage min

Hélène Chaplain, Leader Secteur Consumer Products chez Deloitte, et Ywan Penvern, Associé, Lead Consumer chez Deloitte Sustainability France sont clairs dès leur première prise de parole au Sustainable Paris Forum : ils ne sont pas là pour parler du “pourquoi” d’une économie sociale et solidaire, mais du “comment”. Une démarche globale, multi-acteurs, multi-secteurs. 

Après la Seconde Guerre mondiale, le développement s’est accéléré dans l’idée de ne plus jamais manquer de quoi que ce soit, c’est le début de l’hyper production.

Paradoxalement, aujourd’hui, la faim n’est plus le problème principal, alors que la mortalité liée à ce que l’on mange est devenue plus importante que celle liée au manque de nourriture.

- Hélène Chaplain, Leader Secteur Consumer Products (Deloitte)

L’urgence fondamentale est donc à la réinvention : il faut changer notre modèle qui pousse une évolution uniquement à la suite d’une crise, pour passer sur un modèle porté sur l’avenir, où les investissements des 10 prochaines années auront un impact dans les 30 suivantes. 

Quelques actions à mener selon les deux experts de chez Deloitte

  • Pousser le changement systémique : tous les acteurs de chaque filière doivent changer, et ce de manière coordonnée et à grande échelle. 
  • Redéfinir la performance : du côté des investisseurs, mais aussi des autorités publiques - puis relayé dans tout le système éducatif.  
  • Changer d’échelle : “passer d’une logique d’enrichissement à une logique d’investissement.” selon Ywan Penvern.

Ce n’est pas la transformation d’un acteur isolé qui va changer le monde, il faut repenser le système de la fourche à la fourchette : tous les acteurs de la chaîne de valeur, mais aussi les ONG et les autorités publiques. Le message est clair : c’est tout l’écosystème qu’il faut engager dans une croissance vertueuse, faire le tri entre les innovations et les priorités pour revenir aux actions essentielles, vers une approche systémique et globale de l’écosystème