Image
Visions-Mobilité-BlueSystems-Lime-HUBInstitute-MaximeTricoire

Transport & Mobilité : quelle vision pour les 5 prochaines années ?

Par : Maxime Tricoire
14 septembre 2020
Temps de lecture : 7 min
Chapo

À l’horizon 2050, près de 6 milliards de personnes vivront en ville. Une situation qui pousse les villes et leurs acteurs à redéfinir leurs offres de mobilités afin de concilier besoins des citoyens et enjeux écologiques. À l’occasion du Sustainable Cities Summit, nous avons interrogé différents experts du HUB Institute, Blue Systems, Lime et Caocao pour connaître leurs visions à 5 ans sur ce challenge.

Body

Photo Vincent DucreyVincent Ducrey, CEO du HUB Institute : Le décideur qui façonnera le futur de la mobilité est irrémédiablement le citoyen. Ce dernier est avant tout en attente d’expériences de mobilités sans couture. Pour que celles-ci deviennent possibles, les différents acteurs du transport (territoires, opérateur de mobilité, transports publics…) doivent s'asseoir autour d’une même table pour concevoir une offre de transport multimodal. Cette dernière devra permettre à chacun de choisir, dans ses trajets du quotidien, le mode de déplacement le plus approprié pour limiter au maximum l’autosolisme.

Les territoires et élus, ainsi que les partenaires de la ville, doivent également veiller à proposer de manière accessible une offre de transport qui passe en priorité par la mise à disposition de mobilité douce (vélos, trottinettes électriques…), mais aussi des parcours permettant de les utiliser. Il est également primordial de penser à un système d’abonnement unique qui permettra de vivre une expérience MaaS optimale. La COVID-19 a, dans ce sens, été un fort accélérateur, via la mise en place de grands dispositifs pour encourager le changement de mobilité des citoyens. Nous pourrions évidemment nous appuyer sur des exemples étrangers, comme celui de Singapour, mais le contexte français est largement différent, avec un héritage et un maillage administratif beaucoup plus complexe. 

Cependant, la France n’est pas en reste. La ville de Paris s’est ainsi clairement emparée du sujet et évolue dans ce sens, notamment à cause du transit quotidien de la population et de la pression touristique. Un deuxième exemple pourrait être la ville de Bordeaux, qui transforme petit à petit son centre-ville en centre-ville piéton. Une décision qui pousse les pouvoirs politiques de la ville a redéfinir la mobilité des citoyens dans cette zone.

Doter villes et opérateurs des mêmes outils technologiques pour une gestion en temps réel des infrastructures

Photo Christophe ArnaudChristophe Arnaud, CEO de Blue Systems : Le secteur de la mobilité et du transport ne cesse d’évoluer. J’identifie 6 tendances majeures actuelles, qui continueront à s’accentuer dans les 5 prochaines années :

  1. Le renforcement des attentes environnementales : promouvoir des pratiques respectueuses de l'environnement.
  2. Le morcellement du paysage énergétique : développement simultané de véhicules et prototypes basés sur des socles énergétiques variés ( batterie électrique, pile à combustible, gaz naturels…)
  3. La migration de la valeur dans la technologie : part accrue de multiples briques technologiques dans la croissance de l’écosystème automobile.
  4. Le développement du Mobility as a Service : développement d’offres captant les besoins clients du produit vers le service, et de l’individuel vers le partage.
  5. La commoditisation de la mobilité : proposition par les acteurs du transport, du tourisme, et des opérateurs, d’offres de mobilité adjacentes à leurs activités.
  6. L’encadrement réglementaire : affirmation du rôle des collectivités dans l’encadrement et la régulation, de manière proactive, stable et homogène à tous niveaux.

L’explosion des TNC (Transportation Network Company) redéfinit la mobilité, et avec elle, les enjeux de sécurité, de pollution, de trafic, de continuité et d’interopérabilité de service auxquels font face les villes.  Il s’agit de repenser l’usage de l’espace public, de veiller à une accessibilité équitable aux opérateurs et d’organiser harmonieusement les services de mobilité offerts aux usagers tout en anticipant le futur (drone, taxis volants…)

L’usage de la data devient clé et les villes doivent donc se doter d’outils technologiques du même niveau que ceux de ces opérateurs. Ils doivent permettre de gérer et superviser en temps réel les infrastructures de la ville et leurs utilisateurs.Enfin, ces outils doivent garantir la protection et la sécurité de ces données, être collaboratif et communiquer avec les opérateurs, afin par exemple de permettre d’interdire l’accès à certains quartiers lors de manifestation ou d’incendie. La ville de Los Angeles, qui a collaboré dès 2019 avec Blue Systems Smart Mobility, a été l’une des pionnière en la matière. Un modèle répliqué par la Métropole du Grand Lyon en France pour reprendre le contrôle sur sa mobilité. Accompagné par Blue Systems, la Métropole a défini le format de données nécessaire au dialogue avec les opérateurs. Nous avons alors développé un démonstrateur, prémisse de la Smart Mobility Platform.

Une plus grande collaboration entre public et privé pour promouvoir la mobilité douce

Photo Garance LimeGarance Lefèvre, Directrice des Affaires publiques France et Benelux de Lime : Les transports sont responsables de 14% des émissions mondiales de gaz à effet de serre. La place de la voiture individuelle est, aujourd'hui, remise en cause par les villes : garée 94% du temps, elles occupent une trop large portion de l'espace public, génèrent de la congestion et émettent du CO2. La connexion des périphéries aux centres-villes est clé afin que les habitants des zones moins denses ne soient plus captifs de la voiture individuelle. Cela passe par une plus grande collaboration entre les acteurs publics et privés  car la mise en place d'infrastructures lourdes et coûteuses n'est plus toujours la meilleure solution. Lime offre une solution de premier/dernier kilomètre qui permet d'étendre la portée géographique des transports en commun et d'en être un complément sur des tranches horaires creuses. Enfin, dès le début de la crise sanitaire, de nombreuses villes comme Paris, Bogota ou Milan ont entrepris des aménagements relevant de l'urbanisme tactique, pour un meilleur partage de l'espace public (nouvelles pistes cyclables, réduction du parking dédié aux voitures…) et encourager les modes permettant une distanciation physique.  

Le marché des nouvelles mobilités en partage est encore jeune et des mouvements de consolidation sont à l’œuvre. L'enjeu de la viabilité économique, dans un secteur très concurrentiel, passera nécessairement par l'écoute des besoins des villes et l’adaptation des offres à ces derniers. Pour les villes, il est important que les opérateurs qu'elles accueillent soient encore là dans les années à venir. Pour les opérateurs, l'investissement dans la recherche et développement est également clé. Notre expérience en tant que pionnier, et notre présence à travers 120 villes, nous permet de consolider des savoirs, d’expérimenter à grande échelle et d’itérer en permanence (localisation pour garantir le bon stationnement, capacité à rendre les trottinettes et vélos robustes et durables afin de garantir la cohérence avec notre vocation environnementale).   

Les villes ont également un rôle à jouer : à ce titre, Paris a indéniablement été aux avant-postes en matière de mobilité durable. La ville a très tôt su ouvrir ses portes aux trottinettes et vélos en libre-service, en contrepartie d’une régulation co-construite puis d’un processus de sélection pour faire converger les offres des opérateurs avec les attentes de la ville. Elle a su ainsi trouver le bon équilibre entre innovation et collaboration avec le privé, tout en imposant un cadre clair et exigeant. Paris se donne les moyens de ses ambitions, en convertissant, par exemple, des places de stationnement voiture en places dédiées aux modes doux en partage. Cette solution permet une intégration harmonieuse dans la ville et encourage leurs usages.

Environnement, sécurité et le social : les nouveaux enjeux de la mobilité

Photo Verschka BecquartVeruschka Becquart, Directrice Développement, Marketing et Communication de Caocao : Les grands enjeux de la mobilité d’aujourd’hui et de demain s'organisent autour de l’environnement, la sécurité et le social. Le monde scientifique, les associations et les experts nous alertent sur l’impact de nos décisions passées et actuelles. Nous sommes les premiers grands témoins de leurs conséquences. Ceci n’est que le début. Eco-responsabilité et sécurité ne peuvent s’appliquer que dans un environnement repensé et adapté.

Les villes doivent se transformer afin d’offrir un cadre de vie à ses habitants pour conserver une économie viable. On sait déjà qu’en 2050, ce sont près de 6 milliards de personnes qui vivront dans les villes. Il est donc impératif d’évoluer et de concevoir les villes différemment. Les Collectivités et acteurs de la mobilité ont un rôle à jouer en travaillant ensemble.  Les déplacements en mode de transport à faible émission sont un des composants de la solution. Caocao Mobility Paris, nouvelle plateforme de mobilité sur Paris, s’inscrit dans cette tendance puisque l’environnement est notre priorité, tout comme la sécurité et le bien-être de nos clients : chauffeurs et passagers.

Il faut des modes de transport qui répondent au plus grand nombre et c’est à travers les différents services et l’intermodalité que nous pourrons y parvenir.

HUBCITIES SUMMIT

Profile picture for user mtricoire
Maxime
Tricoire
Content Producer

Diplômé du MBA Digital Marketing & Business de l’EFAP, Maxime s’appuie sur sa culture du monde digital pour dénicher les dernières tendances et insights. Fort de plusieurs expériences du côté de l’annonceur, il met sa plume au service de nos partenaires pour les aider à élaborer des contenus à fortes valeurs ajoutées. Ses buts : découvrir, informer et éduquer.