Image
Challenge-Resilience-SafeCity-FranceVilleDurable-IleDeFrance-Bordeaux-DassaultSystemes-SustainableCitiesSummit-HUBInstitute-MaximeTricoire

Les villes à l'heure de la résilience

Par : Maxime Tricoire
22 septembre 2020
Temps de lecture : 7 min
Chapo

Cyberattaque, catastrophes naturelles, mais également risques sanitaires ou terrorisme… les risques pour les villes sont aujourd’hui plus nombreux que jamais. Une situation qui oblige les territoires à se repenser de manière à se doter d’une composante essentielle : la résilience.  Retour sur les interventions de Dassault Systèmes, la Région Ile de France, France Ville Durable et de la Métropole de Bordeaux à l’occasion du Sustainable Cities Summit.

Body

France Ville Durable : la ville durable de demain sera sobre, résiliente et inclusive

  • Fraîchement nommé au poste de Délégué Général de France Ville Durable, Sébastien Maire revient sur le rôle de l’association. "Nous réunissons au sein d’un collectif, des parties prenantes de la ville durable qui ne travaillent habituellement pas ensemble : collectivités, états, métropoles, entreprises privées…" 
     
  • Pour Sébastien Maire, la ville durable s’organise autour de 3 piliers :
    1. La sobriété, pour être durable le développement des villes doit être compatible avec les capacités de la planète. « Il ne s’agit pas que de verdir les sources d’énergie, mais bien de consommer moins d’énergie. […] Le numérique est une solution, mais pas LA solution. Des technologies low-tech peuvent tout aussi bien marcher et être moins chers à déployer. »
    2. La résilience, qui est la capacité d’un territoire à continuer son développement indépendamment des chocs majeurs tout en réduisant le stress chronique qu’elle subit « N’essayons pas de gérer les difficultés une à une, mais de manière holistique et globale. Il faut prévoir pour gérer malgré les crises ».
    3. L’inclusivité, qui est une spécificité française et européenne. « Il faut considérer la population comme l’un des premiers niveaux de résilience de la ville durable. Il faut mieux la former et l’informer pour mieux l’intégrer. »
  • "Nous ne devons pas verdir notre société, mais la réinventer. C’est en nous adaptant au contexte actuel que nous deviendrons résilients. […] L’environnement n’est pas la seule problématique qui s’impose, nos villes et territoires ont aussi des enjeux à plus courts termes" conclut Sébastien Maire.

Île-de-France : quelles innovations pour la résilience ?

  • "Les solutions de développement durable et numérique que nous développons ne sont pas à la seule destination de Paris, mais bel et bien à toutes les communes de la petite couronne", explique Bernard Giry, Conseiller numérique, innovation et recherche auprès de la Présidente de la Région Île-de-France. Il prend en exemple le service de location de vélo électrique Véligo lancé fin 2019 "Nous avons aujourd’hui 13 000 abonnés aux services. À la fin de la période des 6 mois de locations, ces derniers achètent généralement leur propre vélo électrique. […] L’engouement est tel que nous prévoyons prochainement de porter la flotte à 20 000 vélos."
     
  • Le conseiller évoque également un projet d’innovation lancé récemment par la région. Celui-ci porte sur la qualité de l’air et vise à mieux comprendre en temps réel et en fonction des lieux, les pics de pollution. Pour cela, la région a équipé différents véhicules du Groupe La Poste de capteurs. Ces derniers permettront de remonter des données complémentaires à ceux actuellement utilisés. Elles seront ensuite intégrées dans la plateforme d’Airparif pour permettre une mesure plus fine de la pollution.
     
  • La région compte également sur l’engagement des citoyens pour le climat. "Nous demandons régulièrement le ressenti des citoyens sur la qualité de l’air. Cela nous permet de mesurer la cohérence entre les données récoltées et le sentiment général. Nous comptons également sur la vigilance citoyenne pour nous faire remonter des problèmes olfactifs," explique Bernard Giry.
     
  • Pour conclure, Bernard Giry évoque les prochains projets de la région en la matière. "Nous avons de multiples plateformes qui travaillent pour le moment majoritairement en silo. Le souhait de la présidence est d’agréger l’ensemble des données dans le but d’améliorer la connaissance sur les données intrarégionales. Nous avons déjà commencé avec les données liées à la biodiversité puis avec les données liées au bruit et à la pollution."

Le jumeau numérique, nouvel outil de résilience pour les territoires ?

  • Né dans le monde industriel, Dassault Système s’est fait connaitre grâce à ses solutions logicielles de 3D et d’analytics qu’il a su déployer dans différentes industries. "Nous appliquons d’ailleurs la même recette pour les villes, territoires et pour le domaine de la santé", explique Jacques Beltran, Vice-président Global Affairs de Dassault Systems. La technologie permet notamment aux villes de visualiser leurs territoires pour prendre des décisions. 
     
  • Si le terme de ville résiliente est relativement récent, le phénomène n’est pas nouveau. Comme nous l’explique Jacques Beltran, on parlait déjà à l’époque de villes sereines. "C’est une référence à la ville de Venise qui nous vient du XVe siècle. Cette notion ne désigne pas le fait qu’une ville ne présente aucun risque, car cela n’existe pas, mais bien qu’elle est capable d’anticiper ces derniers et de les gérer."
     
  • C’est cette sérénité qu’apporte le jumeau numérique. Une fois adopté, il devient un facteur de résilience pour les villes grâce à 3 leviers :
    1. Sa capacité à mesurer et accroitre l’efficacité des politiques publiques, en permettant une représentation intelligible des effets desdites politiques et donc en améliorant la capacité de décisions des élus. Le jumeau numérique s’avère également être un outil utile pour briser les silos.
    2. Sa capacité à anticiper les mutations profondes des villes, comme les transformations démographiques, économiques et environnementales. À Singapour, il est notamment utilisé pour monitorer la ville dans la durée en prenant en compte les emplacements des infrastructures existantes, des écoles et des espaces de verdure.
    3. Sa capacité à simuler des scenarii de crise, et donc à permettre leurs gestions en temps réel. C’est le cas à Rennes où Dassault Système a collaboré avec la métropole rennaise et Deltares, pour simuler une potentielle inondation de la ville. Le jumeau numérique permet ainsi d’estimer les flux aquatiques ainsi que leur absorption par les sols et, le cas échéant, déterminer les bâtiments touchés ou les trajets à privilégier pour les secours.
  • Enfin, Jacques Beltran salue la réactivité des pouvoirs publics quant à l’implémentation du numérique dans les villes. "Les villes, les collectivités et les régions mettent de plus en plus en place des jumeaux numériques sur leurs territoires. L’État l’a bien compris puisqu’une partie de plan de relance est dédiée à la digitalisation des politiques publiques pour en accentuer l’efficacité."

    Bordeaux à l’heure de la résilience

    • Christophe Colinet évoque brièvement la composition de la Métropole de Bordeaux, mais également ses missions au quotidien "La métropole regroupe 28 communes limitrophes à Bordeaux. Elle accueille plus de 750 000 habitants, qui sont répartis de manière homogène sur l’ensemble du territoire […] Ma mission est principalement de m’occuper d’intégrer les logiques de Smart City dans la métropole tout enétant également en charge des projets européens."
       
    • Comme il nous l’explique, la démarche de résilience de la Métropole de Bordeaux est récente et s’est déclinée sur plusieurs périodes. "Nous nous sommes dans un premier temps rapproché du collectif 100 Resilient Cities pour mieux comprendre les enjeux autour des villes. Ensuite, nous avons identifié les thématiques qui nous semblaient les plus intéressantes à cibler. Cela va de la gestion des ilots de chaleurs, à la vigne menacée par le réchauffement climatique en passant par une éventuelle inondation de la Garonne."
       
    • Christophe Colinet revient sur les différents projets envisagés pour cette nouvelle mandature. Projets qui ont été bouleversés par la pandémie de COVID-19. "Avant la COVID-19, nous pensions à rajouter une voie supplémentaire sur la rocade ou même à construire un nouveau terminal pour l’aéroport. Aujourd’hui, nous cherchons plus à maitriser une certaine forme de sobriété globale notamment en limitant les déplacements".
       
    • Pour conclure, l’intervenant évoque les prochaines priorités en matière de résilience "Nous voyons que les solutions de contact tracing n’ont pas marché en France. Nous imaginons une solution qui, à partir d’analyses d’eaux et d’airs faites en amont et en aval des sources de pollutions, nous permettrait d’identifier et remonter les clusters 5 à 10 jours avant l’apparition de risque pandémique."

    Replay Sustainable Cities Summit

    Profile picture for user mtricoire
    Maxime
    Tricoire
    Content Producer

    Diplômé du MBA Digital Marketing & Business de l’EFAP, Maxime s’appuie sur sa culture du monde digital pour dénicher les dernières tendances et insights. Fort de plusieurs expériences du côté de l’annonceur, il met sa plume au service de nos partenaires pour les aider à élaborer des contenus à fortes valeurs ajoutées. Ses buts : découvrir, informer et éduquer.