Image
Comment le durable et le numérique participent au projet de réaménagement du front de mer

Tourisme durable: le cas de La Baule-Escoublac

Par : Keltoum Lehbab
22 septembre 2020
Temps de lecture : 2 min
Chapo

Franck Louvrier, Maire de La Baule-Escoublac, a lancé un processus de réaménagement du front de mer de la ville. Avec un important projet architectural à venir : la refonte de l’ensemble des neufs kilomètres de la promenade de front de mer, qui représente en 40 et 50 millions d’euros de projet. Avec un enjeu : penser la durabilité de la ville pour les 50 prochaines années.

Body

En un week-end ou en une semaine, la population de La Baule peut passer de 17 000 à 100 000 habitants. Pour le maire de la ville, Franck Louvrier cela représente une première difficulté. "Nous sommes une élasticité pour les habitants mais aussi pour les infrastructures que l’on a entre les mains." Pour répondre à cela, le maire a programmé un important projet architectural à venir. "La refonte de l’ensemble des 9 kilomètres de la promenade de front de mer, qui représente en 40 et 50 millions d’euros de projet."

>> Retrouvez toutes les photos du Sustainable Cities Summit

Ce projet constitue à la fois un enjeu environnemental, touristique, technologique, artistique et de mobilité. Il regroupe deux communes autour des même problématiques qui sont :

  • L’ensablement
  • Submersion
  • Pollution de la mer
  • Circulation sur le plan d’eau

     
Si on n’y insère pas les nouvelles technologies, on est mort ! Ce qu’on fait, ce n’est pas pour les deux ans, les dix ans mais c’est bien pour les cinquante ans qui viennent. Il faut donc qu’on soit très innovants en matière technologique.

- Franck Louvrier, Maire de La Baule-Escoublac

Franck Louvrier souhaite ajouter de nouveaux axes de circulation sur 9 kilomètres. Il a pour objectif d’apporter de la technologie aux transports de la ville afin de mieux gérer les flux. En ce qui concerne l’enjeu technologique, le maire prévoit de revoir l’ensemble de la mobilité. La station balnéaire opte pour des transports connectés, dont des navettes électriques autonomes, afin de pouvoir compenser le poids de la circulation très dense en été.

"On a deux impératifs, les arbres et la promenade de mer. À partir de ça, on va faire la ville de demain et d’après-demain". Le maire de La Baule souhaite voir une évolution assez forte pour que d’ici 20 ans, la ville soit encore dans l’air du temps. La difficulté pour Franck Louvrier, c’est  "se projeter dans des choses qui n’existe pas encore".

 

Il faut que cette évolution soit très forte pour que dans 20 ans, on dise que les évolutions qui ont été faites sont dans l’air du temps.

- Franck Louvrier, Maire de La Baule-Escoublac

Quelles devrait être la priorité pour toutes ces villes littorales  qui, à l'image de La Baule, repensent leur front de mer ?

 

Il faut surtout de la créativité, c’est ce qui coûte plus cher. Dans les projets de ce type, si on n’a pas les bonnes idées, on ne réussit pas. C’est pour cela que je ne le ferais pas seul. Avec la technologie, on arrive toujours à la trouver, mais il faut les bonnes idées. Il faut nous aider sur la créativité, pour que La Baule conçue aujourd'hui soit celle du 21e siècle.

- Franck Louvrier, Maire de La Baule-Escoublac

Replay Sustainable Cities Summit

Profile picture for user Klehbab
Keltoum
Lehbab
Content Producer

Alternante en école de journalisme, Keltoum utilise ses connaissances du digital pour vous informer des dernières tendances. Après des précédentes expériences dans la radio, la presse écrite et la rédaction web, elle partage ses articles avec comme unique objectif : vous informer.