Video time
9 min

June Partners : entre enjeux de relance et nécessité d’adopter un modèle durable

Parmi les nombreux enjeux environnementaux du moment, l’industrie représente l’un des challenges les plus complexes à résoudre en France. Historiquement associée à son empreinte écologique lourde, l’industrie française a encore du mal à s’inscrire dans une réelle logique de durabilité. Cependant il est essentiel de l’intégrer au scope du développement durable de demain comme nous le présente Anaïs Voy-Gillis, Manager Operational Excellence au sein de June Partners.

Pendant trop longtemps nous avons opposé l’industrie et l’environnement […], or on ne trouvera pas de solutions aux grands défis écologiques du 21ème siècle sans associer les industriels.

- Anaïs Voy-Gillis, Manager Operational Excellence (June Partners)

Il s’agit donc d’un vaste débat qui ne peut être solutionné que par un changement de paradigme : " Il faut sortir d’un raisonnement centré sur un seul problème. Il faut désormais raisonner en cycle de vie des produits et penser à tous les impacts environnementaux sur la durée de vie de ces produits."

Cette transformation ne s’arrête pas aux frontières de l’industrie, il faut prendre de la hauteur sur tout le système économique et cela passe par :

  • La nécessité de repenser les mécanismes de répartition de valeur, en posant la question de la relocalisation en France et du pouvoir d’achat.
  • " Le rôle que les entreprises peuvent jouer pour réussir cette transition d’ampleur", avance Anaïs Voy-Gillis, car il ne suffit plus d’être une "entreprise à mission."
  • La remise en cause des modes de consommation qui définissent la manière dont les entreprises vendent. Les consommateurs doivent se transformer en " consommacteurs " à travers leurs choix d’achats, pour favoriser des schémas plus vertueux de production et de distribution.

La transition vers une industrie durable dépend donc avant tout de la responsabilité collective.

Le constat réalisé par June Partners est celui d’une industrie française en retard sur le sujet comparé à d’autres pays ayant déjà entamé le processus d’un renouveau industriel :

  • L’Allemagne a su garder son industrie 4.0 au cœur de sa stratégie nationale et se considère comme un pays "site de production."
  • La Corée du Sud a réalisé un programme de digitalisation des usines et s’est construite autour d’une logique de plan à long terme.
  • "La Chine a une vision systémique des problèmes" explique Anaïs Voy-Gillis, elle a su par exemple repenser sa stratégie d’approvisionnement sur les matières premières. 

Un dernier challenge pour l’industrie en France, apparu ces dernières années est son manque d’attractivité au niveau de l’emplois des jeunes, pourtant essentiels pour redynamiser le secteur. Pour causes, la localisation des industries sur des territoires excentrés et leur image négative, encore souvent perçues comme dépassées et peu éthiques. C’est en retravaillant le storytelling des métiers industriels que les entreprises pourront maintenir le lien entre les villes et les industries.

Les priorités de l’industrie française à venir pour 2021 resteront malheureusement axées sur la préservation du tissu productif existant et le regain de business, indique Anaïs Voy-Gillis. Cependant, pour elle : " comprendre comment faire de tous ces enjeux environnementaux un levier de création de valeur […] restera clé, car les entreprises qui ne prendront pas ce tournant seront vouées à disparaître ."

Rédactrice: Noellie ROUSSEAU