Étude INEC & OPEO : l’industrie à l’heure de l’économie circulaire.

Par : Chloé Vasseur
8 décembre 2020
Temps de visionnage min

Depuis la crise, les enjeux de ressources se sont intensifiés et les innovations se multiplient pour pallier ces manques. Trop longtemps oubliée, l’industrie joue pourtant un rôle crucial dans la préservation des ressources. La mise en place d’une industrie circulaire semble être une solution prometteuse, selon Emmanuelle Ledoux, Directrice Générale de l’Institut National de l’Économie Circulaire et Grégory Richa, Associé chez OPEO, pour enfin inclure l’industrie dans la transition durable.

Autant les enjeux carbones commencent à être bien connus, autant la question de la ressource reste encore le “parent pauvre” de cette dynamique de transition.

-   Emmanuelle Ledoux, Directrice Générale (Institut National de l’Économie Circulaire)  

L’Étude menée par l’Institut National de l’Économie Circulaire, en collaboration avec OPEO constate qu’il est devenu crucial d’accompagner la transformation écologique de l’industrie de manière plus importante et surtout qu’il était nécessaire de se focaliser sur le cœur d’usine.

La vingtaine d’entreprises participantes, allant de la start-up à la PME aux grands groupes, a constaté les bénéfices de cette méthode :

  • Grégory Richa insiste : “Il n’y a pas d’entreprise parfaite. Les entreprises sont en transition, elles sont en mouvement avec des visions sur 20 ou 30 ans et le chemin est long.” La vision et l’intention sont plus importantes.
     
  • Les entreprises gagnent en compétitivité grâce à l'écoconception et le travail de l’usage des produits, ce qui permet à des boîtes de travailler en partenariat avec d’autres entreprises. Ceci leur permet d’augmenter les prix ou de transformer leur produit en plateforme de service, ce qui les différencie sur le marché. On est sur un modèle durable et rentable.
     
  • Les entreprises sont beaucoup plus agiles qui ont appris à travailler sur toute la chaîne de valeur en formant tous les métiers de l’organisation, créant ainsi un projet transversal.
     
  • Une attractivité croissante : les entreprises étendent leurs visions, la mission change, les projets se multiplient