Video time
12 min

Groupe Rocher : Comment passer de l’engagement à la mission ?

Par : Maxime Tricoire
10 décembre 2020
Temps de visionnage12 min

Depuis sa création, le Groupe Rocher a toujours été en mesure de conjuguer performance économique et prise en compte du bien commun. Entreprise à mission, la marque Yves Rocher n’a jamais cessé de revendiquer son héritage ainsi que son engagement durable vis-à-vis de la nature. Bris Rocher, CEO du groupe Rocher, explique comment la marque trouve ses origines dans l’expérience personnelle difficile vécue par son grand-père, l’ayant incité à se reconnecter et à agir davantage en faveur de planète.

  • En effet, pour ce dernier, la nature était devenue synonyme de "consolation, protection et apaisement". Son projet entrepreneurial prend l’envol à partir des années 50 sous forme d’entreprise à mission. Cette spécificité retrouvera sa légitimité tout au long du développement du groupe Rocher, notamment grâce à l’interruption des tests sur les animaux en 1989 (15 ans avant la loi française), la certification "Agriculture biologique" des champs cultivés par la marque (1997) ou encore la suppression des sacs en plastique en 2006, 10 ans avant la promulgation de la loi propre à ce sujet.
     
  • "La mission du groupe Rocher c’est de reconnecter les femmes et les hommes à la nature", affirme Bris Rocher. En effet, le groupe dispose d’un caractère authentique : cela découle de l’expérience familiale de l’entreprise tout au long de sa création. "Plus je suis connecté à la nature, plus je suis heureux et inversement. Et si on n’est pas connecté à la nature, c’est principalement par le manque de temps. Il y a un véritable enjeu de se reconnecter à la nature dans un monde qui est de plus en plus urbanisé, cerné par la technologie." constate-il. 
     
  • Après toutes ces années, le groupe Rocher arrive encore à préserver son identité d’entreprise à mission grâce à sa capacité à se reposer sur un socle de valeurs qui ne changent pas dans le temps. Une véritable raison d’être, mais pas seulement. "La raison d’être ce n’est pas suffisant, la raison d’être ce sont des mots qu’on peut placarder sur un mur mais il faut donner des preuves à la raison d’être, ça doit se traduire par des actes concrets. Nous devons passer de l’ère du storytelling à l’ère du storydoing" déclare Bris Rocher. 
     
  • Pour chaque marque, les objectifs singuliers doivent chercher à prendre en considération et valoriser les attentes des consommateurs, des consommateurs de plus en plus engagés et désireux de consommer en bonne conscience. "La raison d’être d’une entreprise c’est la raison d’y être pour un collaborateur.  Il est important d’aller de la raison d’être au statut d’entreprise à mission parce que si la raison d’être c’est du miel pour le collaborateur, le statut d’entreprise à mission avec des actes qui sont directement déclinés de la raison d’être c’est la gelée royale" conclut-il.

Rédactrice : Lamise Guenni