Video time
10 min

Fabrique de l'Industrie : Comment relancer l’industrie après la crise ?

Par : Judith Rodriguez
8 décembre 2020
Temps de visionnage10 min

Si la crise a été particulièrement dure pour l’industrie, c’est qu’elle fait suite à une décennie compliquée - de 2000 à 2010 - qui fut terrible en termes de pertes d’emploi et de part de marché, suivie d’une décennie de reconstruction. Vincent Charlet, Executive Director à la Fabrique de l’Industrie développe pour nous les 3 grands enjeux de la relance de l’industrie, afin de se rebâtir après ses épreuves successives.

L’enjeu immédiat, c’est le soutien à court terme, d’urgence. Ce sont les fameuses aides de l'État, le chômage partiel, le report des frais, les prêts garantis. L’avenir seul nous dira quelles stratégies auront été les plus porteuses de succès, mais l’objectif est global : réussir à sortir assez vite de la crise pour que le coût ne soit pas impossible à porter pour les générations futures.

- Vincent Charlet, Executive Director à la Fabrique de l’Industrie

Le second enjeu concerne lui les territoires. Comme l’explique Vincent Charlet, l’activité économique est hétérogène, répartie à travers le pays de façon inexplicable. “Cet aspect local est pourtant déterminant dans la relance, par la création d'activités dans toutes les régions. Les systèmes industriels à échelle locale sont ainsi essentiels dans le plan de relance national.”, explique Vincent Charlet.

Le troisième et dernier enjeu de la relance est lui un enjeu à long terme : la transition écologique et énergétique. Une transition "absolument nécessaire" pour Vincent Charlet, qui appuie tout de même sur le fait que si les besoins de réductions énergétiques sont clairs, il est impossible de le mettre en place sans une trajectoire claire et juste pour l’industrie.

Ces trois enjeux jouent à des échelles de temps différentes : " il n’y a pas de confusion à avoir entre les changements à l’échelle du siècle, de la décennie et du semestre ", précise Vincent Charlet. Si la relance ne devrait s’étendre que sur les prochains mois, la question de la vitalité des territoires est essentielle sur les 5 prochaines années. Quant à la transition énergétique, si nous ne verrons pas d’effets immédiats, les conséquences seront nettement plus durables.