Video time
1 min

Replay HUBTALK : Le digital au service de l'excellence industrielle

Par : Sandrine Cochard
10 mars 2020
Temps de visionnage1 min

Améliorer ses processus, optimiser ses flux d'information, gagner en agilité, exploiter ses données internes et externes… Lundi soir, notre HUBTALK Digital driven industry a abordé plusieurs enjeux clés pour les entreprises industrielles aujourd’hui.

Comment digitaliser son entreprise et pour y faire quoi? Comment prendre en compte le parc existant et des machines aux âges et aux états parfois très variés? Comment maximiser sa création de valeur grâce à ses données? Autant de questions auxquelles nos invités ont apporté des réponses, partages d’expérience à l’appui.

Nous remercions donc Gilles du Crest, Directeur Solutions industrie Microsoft France, Yann Palanchon, Directeur Technique de Pagès Group, Alice Connan, Directeur Digital business et Inside sales chez Siemens, Eva Rother, Responsable Services Techniques chez FPT Industrial,  Pierre-Antoine Janot, ex-EVP de FM Logistic et Yves de Beauregard, Directeur de Région Europe de l’Ouest d’Engie Impact.

Quelle usine pour demain ?

"Aujourd'hui, l’IA industrielle est favorisée par 4 facteurs : la puissance exponentielle des processeurs, des solutions en cloud et/ou edge, IIoT et le déploiement des réseaux pour assurer la connectivité de tout ça”, a expliqué Emmanuel Vivier, expert et co-fondateur du HUB Institute, en introduction de ce HUB Talk consacré à la smart industry. 

Avec un enjeu à la clé : doper l’excellence opérationnelle des machine. "L’IA permet de transformer des données en actions intelligentes", rappelle Emmanuel Vivier. "Il faut donc s’équiper d’algorithmes pour comprendre et interpréter ces données. Robotisation, modélisation, suivi en temps réel et maintenance… Sur tous ces sujets, l’intelligence artificielle va apporter de la data et de la performance, permettre de gagner en rapidité et en fluidité", prévient encore Emmanuel Vivier.


Optimiser sa productivité avec le numérique et l’IA

Et pour les usines et les entreprises industrielles qui en font le pari, la digitalisation n’est pas un levier mais un véritable bond de croissance, comme l’a souligné Gilles du Crest, Directeur Solutions industrie de Microsoft. "La transformation industrielle est déjà une réalité aujourd’hui. Les effets sur le business sont de l’ordre de 11%, 50% voire 80%."

L'industrie 4.0 a un impact très fort sur les industriels. Or, encore 70% des entreprises restent au stade du POC et ont du mal à passer à l’échelle.
Cette révolution digitale industrielle n’est pas réservée aux plus gros, elle concerne toutes les entreprises et permet une véritable croissance.

- Gilles du Crest, Directeur Solutions industrie (Microsoft)

Microsoft propose une palette de solutions dédiées à l’industrie. Il accompagne notamment Machines Pagès, une entreprise spécialisée dans la construction de systèmes robotisés haute cadence pour la dépose d’étiquettes IML. "Le plus important pour nous, c’est la fiabilité, la constance et la rapidité de nos machines" explique Yann Palanchon, Directeur Technique de Pagès Group. "Nous avions donc besoin d’un suivi en temps réel sur les performances de nos machines, en recoupant des données environnementales avec des données de production, pour quantifier et adapter la production.

>> Retrouvez le livre blanc de Microsoft : L’usine du futur : atteindre dès aujourd’hui l’excellence numérique dans l’industrie

Des enjeux de production mais aussi de maintenance et de prédiction. Machines Pagès opte pour la solution AZURE de Microsoft, car "complètement intégrée de A à Z." Et les résultats se font vite sentir. La valorisation de leurs données industrielles a permis à Machines Pagès, qui réalise les emballages de grands noms de l’alimentaire, de se différencier sur son marché. Résultat : un chiffre d’affaire qui a doublé en deux ans.

Nous avons pris de l’avance par rapports à nos concurrents car aujourd’hui, on va plus loin dans ce que l’on offre à nos clients.
Dès le début, la décision a été de remonter la donnée dans le cloud pour ensuite pouvoir offrir soit sur mobile, soit sur PC des dashboard différents en fonction des usages et des clients.

- Yann Palanchon, Directeur Technique (Pagès Group)

Une fois la donné récupérée, à quoi est-elle utile ? Gilles du Crest identifie 4 grands usages.

"On a enfin des informations qui remontent des machines et on peut les corréler. On est donc capable de visualiser ce qui se passe et de planifier. On peut mieux utiliser ses ressources en internes et ses équipements grâce à la maintenance prédictive. L’IA permet également de comprendre quelle est la meilleure combinaison des paramètres pour reproduire une action ou faire de recommandations. Enfin, de plus en plus d’IA sont capables de détecter des défauts. Cela permet d’intervenir plus vite pour les corriger, donc de limiter ses pertes et de faire des économies."


Exploiter les données industrielles pour optimiser la chaîne de production

Les entreprises regorgent de données, mais elles ont longtemps eu des données de production inexplorées. On n’a pas attendu 2020 pour mettre des données dans les machines, mais on n’avait pas forcément les solutions pour les exploiter.
Il faut souvent partir d’un parc existant, avec des machines parfois différentes. Tout l’enjeu consiste à ajouter un petit IIOT qui va répondre aux différents protocoles des différentes machines afin de pouvoir les lire et les faire communiquer.

- Alice Connan, Directeur Digital business et Inside sales (Siemens)

Siemens équipe ainsi FPT Industrial, l’un des plus gros constructeurs et vendeurs de propulseurs pour véhicules industriels. La solution Siemens permet aujourd’hui à FPT Industrial de récupérer les données pour les exploiter bien sûr, mais aussi d’entrer dans un niveau de détail inédit.

Nous avons choisi le cloud car on voulait tester une solution capable de gérer de forts volumes de données. Il fallait faire avec notre parc existant composé de 247 machines, avec une moyenne d’âge de 24 ans : 40 ans pour les plus anciennes et 8 ans pour les plus récentes.
On peut suivre la machine à la minute ou à la seconde. On peut paramétrer des signaux d'alerte et monitorer les différents niveaux de variations.

- Eva Rother, Responsable Services Techniques (FPT Industrial)


Smart and green supply chain

 

En tant que consommateurs, on veut recevoir nos produits de plus en plus vite, voire les personnaliser. Et les enjeux de RSE actuels incitent les entreprises à être dans une démarche plus responsable.

- Pierre-Antoine Janot, ex EVP (FM Logistic)

Dans la supply chain, il y a tout d’abord ce que l’on consomme directement. C’est assez facile à mesurer et à changer. Ensuite, il y a l'électricité que l’on achète, le chauffage, la clim… Enfin, la dernière étape concerne toute la supply chain, en amont comme en aval. Une société qui souhaite moderniser sa supply chain doit donc avoir conscience de tous les maillons de sa chaîne.

- Yves de Beauregard, Directeur de Région Europe de l’Ouest (Engie Impact)