Image
Replay-HUBFORUM-Tendances-Innovations-HUBInstitute

Tendances & inspiration : ce qu'il fallait retenir du HUBFORUM 2021

Par : HUB Institute
21 octobre 2021
Temps de lecture : 21 min
Chapo

À l'occasion d'une 11eme édition du HUBFORUM sous le signe de la Next Economy, le HUB Institute et ses partenaires sont revenus ensemble sur les composants indispensables pour performer dans cette nouvelle économie. Découvrez dès à présent ce qu'il fallait retenir des interventions traitant des grandes tendances de demain.

Body

Nouveau call-to-action


Les 7 tendances clés pour 2022

À l'occasion de cette 11ème édition du HUBFORUM, Emmanuel Vivier, co-fondateur du HUB Institute, analyse 7 grandes tendances qui impacteront l'année 2022 :

1) Un monde de disruptions ou l'ère du Big Remix :

La COVID-19 a été l’accélérateur de changements massifs (télétravail, e-learning, télémédecine, disruption durable), créant un contexte anxiogène se traduisant par des difficultés économiques, des tensions ou encore par la surveillance technologique des citoyens. Pourtant, ce changement complexe a engendré la genèse d’une source d'opportunités : la tech est devenue toute puissante et les usages digitaux ont explosé. Être antifragile et en capacité de se réorganiser devient indispensable pour se lancer vers la Next Economy. 

On vit de nombreuses disruptions qui s’accumulent, qui se mélangent, qui se combinent et qui créent un big remix où tout est bousculé.

- Emmanuel Vivier, co-fondateur (HUB Institute)

2) Un monde du travail à réinventer :

Pour redonner du sens et de l’envie aux collaborateurs, tout doit être repensé : les process, les postures, l’espace de travail, la connaissance de soi. L’évolution du rôle du manager est essentielle. Il devient un coach qui inspire et motive les collaborateurs et les aide à s’épanouir. Son rôle est de recréer la confiance en faisant preuve d'empathie, d'agilité et de résilience. Une évolution rapide des compétences provoquée par la pandémie a accéléré la conception des organisations apprenantes.

Quand on donne l’autonomie, quand on fait confiance, quand on donne le droit à la petite erreur rapide, quand on donne la capacité d’avoir un esprit d’initiative, 9/10 des gens vont trouver la bonne solution.

- Emmanuel Vivier, co-fondateur (HUB Institute)

3) Devenir une data-driven organization

Le futur du business repose sur le diagnostic et la personnalisation des produits et services. S’appuyer sur la data et l’IA permet d’accompagner le client dans toutes les étapes d’achat, de le fidéliser et de lui proposer une expérience fluide qui répond à ses attentes pour favoriser l’abonnement et générer une meilleure valorisation en bourse.

 Le futur du business c'est de passer d'une vente à une relation, où l’on suit un client tout au long du parcours. Diagnostiquer, recommander, personnaliser… telles sont les nouvelles missions de l'entreprise.

- Emmanuel Vivier, co-fondateur (HUB Institute)

4) Big Gov VS Big Techs

Les menaces des gouvernements concernant la pollution,  la data et la privacy, la transparence d’ingrédients, du bio ou encore la cybersécurité, se multiplient. Entre l’Europe qui propose une régulation politique de la Big Tech (avec l’introduction de nouvelles taxes), la Chine qui lutte contre l‘hégémonie des BATX et devrait prochainement lancer son propre RGPD, ou encore les États-Unis où les voix montent face à différents sujets (abus de positions dominantes, privacy, fake news, complotisme), la tech devient plus que jamais un sujet de pouvoir entre pays.

La tech est partout, la tech est dans toutes nos vies, la tech c’est la finance, la tech c’est le pouvoir ce qui crée un jeu d’affrontement entre les États.

- Emmanuel Vivier, co-fondateur (HUB Institute)

5) NFT, metaverse, jumeau numérique... welcome to the matrix !

Boostés par le confinement et la pandémie, les médias sociaux ainsi que le streaming vidéo et audio continuent de gagner du terrain au niveau mondial. Le “deepfake”, les avatars et le virtuel poussent les marques à se lancer dans le “business augmenté”. Les jeux vidéos deviennent les nouvelles plateformes sociales tandis que le métaverse est en train de supprimer les frontières entre l’univers numérique et l’univers physique. Grâce à une explosion d’une multitude de nouveaux outils puissants, simples, moins chers et accessibles à tous (no code, low code, SaaS, IA & cloud, mobile, drones) un jumeau numérique du monde dans tous les domaines (industrie, usine, ville, cartographie, santé…) est en devenir.

La prochaine licorne sera une personne, “one human unicorn”. Une seule personne sera capable de générer une valeur d’un milliard.

- Emmanuel Vivier, co-fondateur (HUB Institute)

6) ​​Commerce & marketing : du multicanal à une relation omnicanal personnalisée

L’omnicanalité, c’est être capable de faire des transactions à tout niveau en passant de l’une à l’autre. L’innovation et l’expérience client doivent être au centre, avant même le marketing. Le e-commerce a explosé, mais pose de nouveaux problèmes logistiques et un challenge de rentabilité. Les dispositifs omnicanaux s'organisent autour de 3 axes : marketing, commerce et expériences/services.

Le challenge est de passer du multicanal à l’omnicanal : non seulement être présent sur les différents canaux, mais savoir suivre le client de l’un à l’autre sans friction.
 

7) DEI, RSE, CO2… de la communication RSE au business durable et inclusif

Aujourd’hui, la RSE va au-delà de la communication pour repenser complètement la chaîne de valeur. Le constat sur l’état de la planète est alarmant avec des tensions sociales et une mobilisation croissante : la montée en puissance des enjeux mêlant durabilité, transparence et inclusivité, avec des prises de position de plus en plus marquées de la part des différents publics de l'entreprise. Les régulateurs commencent à s’emparer du sujet, avec de nouvelles lois obligeant les entreprises à se repenser, comme la loi Green Deal sortie le 14 juillet 2021.

Ne pas prendre en compte la dimension durable, s'est s'exposer à une triple peine : une taxation accrue de la part des gouvernements, un désamour de la part des consommateurs et des collaborateurs et enfin une accessibilité au marché financier largement diminuée, voire impossible.

- Emmanuel Vivier, co-fondateur (HUB Institute)

Rédactrice : Lora Radivojevic

La Banque Postale & Adobe : vers une innovation de la banque avec le digital.

Retrouvez dès à présent l'intervention
de La Banque Postale & Adobe en vidéo !

Ayant pour ambition de devenir la banque préférée des Français, La Banque Postale cherche à optimiser les différents parcours client. Pour cela, la filiale du Groupe La Poste fait appel à Adobe et adopte Adobe Experience Manager, la solution mêlant CMS et DAM. Grâce à l'outil, LBP repense et hiérarchise l'information, harmonise les éléments graphiques des canaux digitaux, améliore la performance de son site (temps de chargement divisé par 3), réorganise ses différentes fiches produits (+230% de trafic vers ces dernières).  Portée par le top management, cette accélération de la transformation du parcours client se retrouve également dans les 7500 bureaux de poste, et se traduit notamment par l'installation d'une Digital Box. Ce lieu unique répertorie et met à disposition l'ensemble des assets digitaux de manière à ce que chaque collaborateur dispose du même niveau de connaissance.

L'événement à ne pas louper : "HUBDAY Future of Retail & E-Commerce"

Enfin, la mise en place d'AEM permet également à la banque d'accélérer sur les sujets data. Pour Alexandre Giros, Directeur de l'Innovation, du Digital et de la Data (La Banque Postal), le but est d'augmenter chaque collaborateur de manière à le rendre plus efficace lors des rendez-vous clients. Cette donnée permet également à l'acteur bancaire d'innover, comme le montre l'outil "Prêt Express". Grâce à la data chaque client est pré-scoré, ce qui leur permet de souscrire à un prêt à la consommation en temps réel, directement depuis leur smartphone, lors de l'acte d'achat.

Le diable réside dans le détail, et réside dans notre capacité à impliquer toute l'entreprise dans cette transformation, du top management au guichetier du bureau de poste. Cela passe par des vidéos, des simulateurs, des fiches de produit… Le but : que le collaborateur test et comprenne pour accompagner au mieux le client.

- Alexandre Giros, Directeur de l'innovation, du digital et de la data (La Banque Postale)

RédactriceMarie-Eline Chevance

IBM : quels nouveaux sens à adopter pour l'Entreprise Apprenante de 2022 ? 

Retrouvez dès à présent l'intervention
d'IBM en vidéo !

Au sortir de 18 mois de crise, un constat s’impose : la transformation enclenchée par les entreprises oblige ces dernières à se réorganiser sur le long terme. À l'occasion de la 7ème édition du "Référentiel de l’Entreprise Apprenante" Marc Bensoussan, président d'IBM Interactive, a présenté les 4 grands piliers de cette transformation en s'appuyant sur les témoignages de 7 décideurs de grandes entreprises :

  1. Donner du sens : Marc Bensoussan insiste sur la nécessité de donner du sens, on ne peut pas piloter une équipe sans cette notion de sens, de confiance, d’éthique, et de durabilité. En effet, 93% des consommateurs déclarent que la pandémie a changé leur vision du développement durable, et 62% se disent prêts à modifier leurs comportements d’achat dans ce sens. Ainsi, Bouygues Immobilier a mis en place une calculette biodiversité pour calculer le potentiel “biodiv” associé à chaque programme immobilier afin de l’enrichir avec des aménagements, espaces verts, et remettre du vivant dans le programme. 
     
  2. Hybrider : l’hybridation est partout : 43% du temps de travail en France a été effectué à distance en 2020, et 62% des employés souhaitent conserver leur mode de travail actuel même après avoir été vaccinés. David Quantin, CIO & DG Adjoint Organisation, Systèmes d’Information et Innovation pour Matmut constate que l’enjeu du travail hybride est de déterminer le degré d’hybridation, le pire étant de faire revenir des équipes sur site, mais qu'ils travaillent toute la journée en distanciel sur leurs outils digitaux. 
     
  3. S’ouvrir : dans la cadre d’une transformation, il faut faire en sorte qu’une entreprise puisse s’ouvrir à d’autres écosystèmes : ainsi, Renault a créé une business platform avec 70 partenaires sur la traçabilité des pièces. De même, Suez a signé un accord avec Schneider Electric pour construire une société commune qui sera un éditeur de software pour le monde de l’eau.
     
  4. Accélérer : alors qu’un vaccin a été développé en 10 mois au lieu de 30 ans, il est impossible de ne pas être rapide : on doit pivoter plus rapidement et être agile pour transformer l’entreprise. 60% des organisations ont accéléré le rythme de leur transformation depuis le début de la pandémie. Ainsi, pendant la crise, EDF a fait preuve de rapidité en donnant le pouvoir aux équipes, leur permettant de faire plus simple, plus rapide et plus facile.
Certains parlent de devoir faire un choix entre modèle physique et modèle virtuel. Je n'y crois pas, le futur sera 100% hybride.

- Marc Bensousan (Président d'IBM Interactive)

Rédactrice : Claire Plassart

Asana : à quand l'émergence de la semaine de 4 jours ?

Retrouvez dès à présent l'intervention
d'Asana en vidéo !

Si la semaine de 4 jours intéresse beaucoup d'entreprises, le dispositif reste pour beaucoup d'entre elles une utopie. Une situation que Caroline Notter, Head of Southern Europe d'Asana, explique par le fait qu'un salarié passe près de 60% de son temps de travail sur ce que l’on appelle le "Work about Work(recherche d'information, changement d'application, taches ayant déjà été effectué par un autre collaborateur. Une situation qui engendre un surplus de travail, une baisse de la productivité et une augmentation des burn-out.

Pourtant, les choses peuvent changer comme le montre le cas d'Awin, entreprise allemande évoluant dans près de 15 pays et dont la croissance a été dopé par la crise de la COVID-19. Désireux de passer à la semaine de 4 jours, l'entreprise s'est équipée d'Asana afin de faciliter et fluidifier les processus de collaborations. En installant une "pyramide de clarté", Asana a permis à l'entreprise et à ses collaborateurs :

  • Planifier les projets ainsi que les tâches qui permettent de réaliser ces projets
  • Arriver à faire travailler les équipes ensemble, quels que soient leurs départements ou situations géographiques.
  • Accélérer l’exécution du travail
  • Avoir une visibilité sur l’état d’avancement des différents projets

Rédacteur : Fabien-Oliver Ngoyi

HUB35 : à la rencontre des nouveaux talents digitaux

Car les projets innovants sont également portés par les jeunes talents, le HUB Institute a présenté sur la scène de la Maison de la Mutualité la nouvelle promotion du HUB35 Digital Business. Elles et ils sont responsables innovations, digital marketing manager ou encore responsable de l'expérience client. Elles et ils travaillent dans les secteurs de la santé, du luxe ou de la grande distribution. Leurs points communs : toutes et tous ont porté des projets innovants au cours des derniers mois et toutes et tous ont 35 ans ou moins. Découvrez dès à présent les 25 portraits de la promotion 2022 du HUB35.

Forrester : quand la data enrichit l'expérience

À travers l'anecdote d'un voyage en avion, Thomas Husson, Vice President, Principal Analyst Forrester expose les nouveaux enjeux de la data autour de l’expérience client : à son embarquement, l'expert s'est vu remettre par les membres de l'équipage une carte d'anniversaire personnalisée. Un présent rendu possible par l'analyse des données personnelles et qui permet de susciter une émotion chez le consommateur. Ce sujet de l'expérience client est par ailleurs pris de plus en plus au sérieux par les directions des entreprises françaises : 45% d'entre elles estiment que la thématique est un sujet prioritaire pour leurs entreprises dans les prochaines années. 

L'événement à ne pas manquer : "HUBDAY Data & AI for Business"

Cependant, Thomas Husson insiste sur le fait que l'expérience collaborateur est tout aussi importante. Mieux, pour l'expert les sujets d'expérience client, d'expérience collaborateur et de performances économiques sont liés:

  • 86% des entreprises qui ont une bonne expérience collaborateur délivrent une expérience client jugée comme bonne ou excellente.
  • 81% des collaborateurs des entreprises ayant un score d'expérience collaborateur élevé recommandent leurs jobs.
  • 31% des entreprises avec un score d'expérience collaborateur élevé ont un taux de croissance du CA supérieur à 10%.

Pour conclure son intervention, Thomas Husson évoque 3 impératifs à la mise en place d'une stratégie d'expérience vertueuse : démontrer dans l'entreprise les vertus de l'expérience à l'aune des performances de l'entreprise, maîtriser la gouvernance des données afin de créer des expériences hybrides personnalisées et instaurer un climat de confiance auprès de toutes les parties prenantes de l'organisation, car "cela devient un avantage concurrentiel pour les entreprises”, explique l'expert.

La motivation est le driver dans la différenciation de l’expérience collaborateur.

- Thomas Husson, Vice Président Principal Analyst (Forrester)

Rédacteur : Jérémie Jakubowicz

Canal+ Brand Solutions : optimiser ses campagnes TV à l’ère de la data

Retrouvez dès à présent l'intervention
de Canal+ Brand Solutions en vidéo !

Depuis 10 ans, le marché publicitaire évolue petit à petit au rythme du digital. Cependant, l'arrivée de la télévision segmentée disrupte le marché en profondeur. Les annonceurs se font ainsi de plus en plus nombreux, et chaque entreprise souhaite piloter sa campagne à partir d'indicateurs propres à son business. Pour répondre à ce challenge, Canal+ Brand Solutions a lancé, en partenariat avec Retency, Connect +. Reposant sur une anonymisation forte des données, la plateforme permet de concilier les données récoltées par le groupe Canal+ (22 millions de clients dans le monde, 3,5 millions de boxs) avec celles des annonceurs. Cette nouvelle utilisation des données, respectueuse du RGPD, permet d’affiner le taux d’exposition ainsi que le taux de conversion en achat. Tous les KPI disponibles sont paramétrables en fonction des enjeux business de l'annonceur.

Pour Emmanuelle Godard, la publicité TV est aujourd'hui en pleine réinvention, notamment grâce à la data et à l'Advanced TV Attribution. Cette pratique promet une optimisation des investissements média grâce à la capacité de connecter une audience avérée en télévision avec une intention d'achat concrète observé par l'annonceur.

Surveillez le marché US, car tout ce qui marche là-bas arrivera tôt ou tard sur le marché français, comme c'est le cas pour ces nouveaux modèles publicitaires.

- Emmanuelle Godard, Directrice Marketing Digital & Innovation (Canal+ Brand Solutions)

Rédacteur : Benjamin Gueguen

Balistik’Art : WTF NFT ?

Qu’est-ce donc que ce nouveau buzz word : NFT ? Il s’agit de l’acronyme de “Non Fongible Tokens”, un jeton numérique authentique, unique et infalsifiable, qui entre dans la blockchain. Ce concept a été pour la première fois fortement médiatisé en mars 2021, avec la vente record chez Christie's à 69 millions de dollars de l’oeuvre “Everydays : the first 5000 days” de Mike Winkelmann (alias Beeple). 

En parallèle, de plus en plus de jeunes de moins de 15 ans achètent des avatars dans des jeux vidéos, tandis que des investisseurs cherchent à diversifier leurs actifs en les digitalisant. Il suffit d’avoir un portefeuille numérique avec de la cryptomonnaie pour pouvoir acquérir un NFT. Les NFT peuvent également se retrouver dans les metaverses : ainsi une marque de beauté et cosmétique peut vendre ses produits en magasin, mais aussi dans les metaverses en virtuel comme le fait Nyx lors de la Crypto Fashion Week. 

L’année 2021 a été rythmée de moments forts autour des NFT :  de la vente en seulement 8 minutes à 3,5 millions de dollars de baskets RTFKT en NFT en février jusqu’à la cover de Vogue Singapour réalisée en NFT en septembre. Les ventes de NFT sont passées de 1,3 milliard de dollars au Q2 2021 à 10,7 milliards au Q3 2021. À suivre au Q4...

RédactriceClaire Plassart

MBA DMB : l’omnicanalité, cheval de bataille des TPE, PME et ETI

Durant la pandémie, les TPE, PME et ETI ont été contraintes de digitaliser leur activité afin de faire face à de nombreux défis. Ces nouveaux dispositifs digitaux, qui ont agi comme un bouclier contre la crise, sont aujourd’hui également considérés comme un moyen de développer le business physique. Vincent Montet (MBADMB) et Perle Bagot (HUB Institute) ont partagé les grandes tendances de cette transformation :

  • Le digital est devenu moteur de l’activité pour le commerce : 41% des entreprises déclarent que la transformation digitale a contribué au CA, et 13% parmi eux disent que cela représente 25% de leur CA aujourd’hui.
  • L’omnicanalité est le mot clé : les bénéfices de l’omnicanalité sont incontestés et la complémentarité des ventes en ligne avec les ventes physiques est mieux reconnue suite à la crise.
  • Des standards de livraison plus complexes : d'une livraison en plusieurs jours, on passe aujourd'hui à une livraison en 10-15 minutes. Les bénéfices du click & collect sont clairement identifiés, mais une mise en place effective est encore limitée. 22% des entreprises de commerce ont envisagé ou envisagent de le mettre en place.
  • Le paiement en plusieurs fois sans frais représente un levier pour augmenter les ventes en ligne, particulièrement pour les ETI. Les entreprises l'ayant mis en place enregistrent +20% de CA et un panier moyen en croissance de 60%. Également, 78% des clients sont prêts à changer d'enseigne pour pouvoir payer à leur rythme.
  • 1 entreprise sur 2 manque de compétences en interne pour accompagner la montée en puissance des pratiques liées au numérique. Dans le même temps, 80% d'entre eux ne se forment pas, majoritairement car ils ne savent pas par où commencer.

Rejoignez le HUB Institute à l'occasion du Retail & E-commerce Immersive Experience !

Seulement 23% des consommateurs pensent revenir à des dépenses majoritairement en magasin post pandémie. 43% des consommateurs américains ont déjà téléchargé l’application d’un magasin pour faire leurs achats.

- Perle Bagot, directrice associée (HUB Institute)

Rédactrice : Lora Radivojevic

Canal+ : quand la télévision s'invite sur TikTok

Retrouvez dès à présent l'intervention
de Canal+ & TikTok en vidéo !

Afin de créer de la considération et des conversations autour de ses contenus exclusifs, Canal+ décide d'utiliser la plateforme TikTok comme un levier de communication. Ensemble, les deux marques construisent une stratégie de contenu innovante afin de toucher les utilisateurs de TikTok. Présents sur la scène du HUBFORUM Pierre-Emmanuel Ferrand, CDO (Canal+) et Arnaud Cabanis, Managing Director (TikTok) reviennent sur les éléments mis en place par la chaîne de télévision : 

  • Une stratégie de contenu autour de la série phare “La Flamme” : l’évènement fictif de la Jean Guile a été repris par le compte de "La Flamme" et a été célébré avec tous les fans lors d’un live. 
  • Le sport mis en avant : ce domaine, et en particulier le football sont très prisés sur TikTok. C’est ce pourquoi Canal+ Sport s’est lancé sur la plateforme à travers des vidéos et des lives mettant en scène les animateurs et les commentateurs sportifs de la chaîne.
  • Des créations de miniséries : Canal + a également développé des séries originales, comme Génération qui vise à toucher les plus jeunes et leurs parents de façon à créer un lien générationnel. 

TikTok continuera d’être un véritable partenaire de contenu pour Canal+ qui compte bien développer encore plus sa créativité, améliorer son contenu, mais aussi chercher de nouveaux genres pour ses créations !

Le produit télévisé est devenu un évènement culturel. [...] L’objectif est de créer des rendez-vous autour de domaines, comme le sport, sur les différents canaux.

- Pierre-Emmanuel Ferrand, Chief Digital Officer (Canal+)

Rédactrice : Marie Toufflet

FranceTV Publicité adapte son offre aux nouvelles attentes citoyennes

Retrouvez dès à présent l'intervention
de FranceTV Publicité en vidéo !

Nathalie Dinis Clemenceau, Directrice Générale Adjointe Commerce de FranceTV Publicité présente, sur la scène du HUBFORUM, les nouveaux enjeux du monde publicitaire. Le premier enjeu majeur réside selon elle dans l'adaptation des offres publicitaires aux nouvelles attentes des consommateurs (inclusivité, durabilité, consommation locale...). C'est pourquoi FranceTV Publicité a revu son offre : 10 écrans publicitaires sont par exemple réservés à des produits écoresponsables, les KPI évoluent pour prendre en compte l'impact écologique de la publicité, l'inclusivité est également au cœur des préoccupations de l'entreprise…  Les résultats de ces campagnes sont sans appel : 92% des exposés ont une perception positive des messages publicitaires. Pour Nathalie Dinis Clemenceau, la publicité doit également inclure le local, car 77% des Français sont favorables à la publicité de proximité. 

Autre nouvel enjeu : l'apparition de la publicité TV segmentée. Ce dispositif combine le reach de la télévision à la précision du digital, afin de cibler plus efficacement les consommateurs. FranceTV Publicité s’est très tôt positionnée sur le créneau puisque la régie a diffusé, depuis le début de l'année, près de 100 campagnes publicitaires segmentées. Pour faciliter l’accès à cette technologie, FranceTV Publicité propose aujourd'hui ADSpace Entreprise, un service publicitaire clé en main permettant aux TPE, PME et ETI de créer et diffuser leurs propres spots publicitaires en TV segmentée dès 5000€.

La publicité est utile. Elle a un rôle à jouer et notamment un rôle de repère.

- Nathalie Dinis Clemenceau, Directrice Générale Adjointe Commerce (FranceTV Publicité)

Rédacteur : Jérémie Jakubowicz

HumanFab : la data au service du sport

La crise sanitaire a eu un fort impact dans le domaine du sport et, en particulier, pour les sportifs professionnels. Le docteur Jean-Bernard Fabre, CEO et fondateur d’HumanFab, explique comment le sport et la science ont su se renforcer suite à cette crise.  HumanFab a pour objectif de réaliser des diagnostics de l’Homme en dynamique et de comprendre comment fonctionne l’intérieur du corps humain au sein de son environnement. Pour mieux comprendre ce concept, 3 grands champs d’application dans divers domaines : 

  • L’industrie : le but est de tester l’effet des technologies sur l’homme. Après la phase de test, HumanFab récolte de la data et l’analyse pour accompagner les entreprises dans le développement de leurs technologies.
  • Le sport : l’entreprise analyse les athlètes et leur propose des entraînements personnalisés.
  • La santé : quand le problème de santé est fonctionnel, HumanFab compare la donnée du patient avec ses modèles d’étude pour en comprendre la cause .

Mais pendant la pandémie, son cœur de métier a été mis à rude épreuve. Pour continuer à croître, HumanFab a décidé de : 

  • Renforcer l’expertise par la science en publiant un article sur l’impact du COVID-19 sur les sportifs 
  • Renforcer l’innovation avec des équipes de recherche qui visent à développer de nouvelles technologies
  • Et ouvrir un nouveau centre d’expertise à Paris pour accueillir les sportifs professionnels qui y étaient basés pendant le confinement. 

Le nouveau challenge est alors de continuer à faire connaître ce nouveau centre, afin de développer encore plus l’expertise du sport par la science pour tous les passionnés de sport.

Rédactrice : Judith Rodriguez


Nouveau call-to-action

Envie de nous partager vos insights ?