M-Cador : l’IA au service de l’automatisation de tâches d’inspection visuelle

Par : Lionel Koffi
20 janvier 2021
Temps de visionnage min

Automatiser les tâches d'inspection visuelle à l'aide de la vision artificielle, telle est la mission que s’est fixée la start-up M-Cador. Celle-ci a développé des caméras intelligentes qui peuvent détecter, compter et identifier tous types d'objets et d'entités en temps réel. Le but pour le client est de gagner du temps et d'assister les opérateurs dans les tâches les plus fastidieuses. Danijel Zarkovic, COO de M-Cador, nous explique sa vision et la valeur ajoutée de l’entreprise pour ses clients.

Les opérateurs, notamment industriels, sont aujourd’hui amenés à effectuer des tâches répétitives, voire rébarbatives au quotidien. M-Cador a voulu répondre à cette problématique en automatisant ces tâches. "Si un opérateur peut le voir à l'œil nu, on peut le voir aussi avec une caméra", explique Danijel Zarkovic. Celle-ci fonctionne en temps réel, 24h/24 et de manière exhaustive pour repérer tous les défauts, s’il y en a, dans la production.

L’intelligence artificielle, poursuit-il, est "le point central". M-Cador utilise des algorithmes qui permettent de générer et traiter des données. Les grands comptes avec lesquels la start-up travaille ont en général peu de défauts à relever dans la production, mais la valeur ajoutée réside dans la possibilité de trouver de nouvelles façons de travailler, grâce à des systèmes intelligents qui vont détecter des nouveautés et proposer de nouveaux modèles, ce qui n’aurait pas forcément été possible sans automatisation.  En matière de RGPD et confidentialité, Daniel Zarkovic précise que chaque caméra contient un algorithme d’anonymisation : les visages de personnes, voire tout le corps quand il est détecté, sont floutés via un filtre noir, donc l’identité des personnes est protégée.

Aujourd’hui, plus de 150 caméras sont déployées par la jeune pousse, auprès d’une "vingtaine de grands comptes". Les secteurs concernés sont le transport (détection de défauts sur les rails), les smart cities (détection de places de parking libres) et l'industrie (tri automatique de pièces). A court terme, l’objectif affiché est de doubler ce chiffre ; à moyen terme, l’enjeu est d’arriver à concevoir des caméras plus simples d’installation pour que cela nécessite moins de présence sur place.

Peu touchée par la crise de la Covid, l’entreprise poursuit son développement en France en se focalisant sur l’industrie 4.0. Les prochaines grandes étapes sont un focus sur le secteur de la santé (des projets sont en cours notamment avec l’entreprise allemande Boehringer Ingelheim), et un renforcement de la position de M-Cador auprès des grands comptes comme Thalès et Safran, puis de développer avec eux de nouveaux projets.

Les opérateurs, aujourd’hui, font des tâches répétitives, rébarbatives, difficiles, critiques. C’est à cette problématique qu’on a voulu répondre en automatisant leurs tâches, car si un opérateur peut le voir à l'œil nu, on peut le voir avec une caméra.

- Danijel Zarkovic, COO (M-Cador)