Video time
11:54 min

Orange Business Services : comment entamer le virage numérique des territoires ?

Par : Lila Ricci
21 septembre 2021
Temps de visionnage11:54 min

Grâce à son important ancrage territorial, Orange Business Services est en mesure d’aller à la rencontre des collectivités de toutes tailles. Cyril Luneau, Directeur des Relations avec ces dernières, nous explique comment OBS les accompagne dans leurs projets de transformation numérique, pour avec elles construire un plan territorial cohérent et organisé.

CTA - Sustainable Cities Summit

Retrouvez dès à présent l'intégralité des interventions du Sustainable Cities Summit !


La transformation des territoires, n’est plus une opportunité mais une nécessité.

- Cyril Luneau, Directeur des Relations avec les Collectivités Locales Groupe (Orange Business Services)

Beaucoup de projets sont entrepris chaque année par les métropoles, les communes ou les départements. Soucieux de garder le rythme dans leur développement numérique, ces territoires investissent en grand nombre sur leur couverture fixe et mobile. Si les grandes villes se tournent vers l’acquisition d’un réseau 5G, les collectivités moins larges, à leur échelle, travaillent toutes à se procurer une extension 4G. La dernière crise sanitaire a dévoilé certains besoins ; les flux n’allaient pas seulement en direction des métropoles, mais aussi des petites communes. Une fois sur place, les citoyens issus de plus grandes villes se sont montrés plus exigeants quant aux services fournis par la collectivité locale. Habitués à un certain confort numérique, ils se languissaient d’accéder à la même performance. Les collectivités ont bien conscience de ces changements et, pour y répondre, ont été accompagnées ces derniers mois par le plan de relance national. Au total, c’est 1 milliard d’euros qui a été alloué à la transformation numérique.

Cyril Luneau rappelle que la data est essentielle à cette transformation. Alors que les territoires ont urgemment besoin de diagnostics, de benchmarks et d’outils de mesure, la data peut faciliter leur prise de décision. Le nombre d’enjeux pouvant être ainsi soulagés n’est pas moindre, la data touchant à l’environnement comme à l’attractivité. Un usage de la data qui n’est naturellement pas sans contreparties, puisque chacun s’engage à faire foi de transparence, de responsabilité, de contrôle et de sécurité. Le Directeur des Relations avec les Collectivités territoriales énumère ensuite quelques-unes des provenances de cette data :

  • systèmes d’information des collectivités et de leurs partenaires
  • informations issues d’internet et de l’open data
  • objets connectés déployés sur la ville, bientôt massifiés grâce à la 5G
  • traces des mobiles sur les antennes 
  • traitement des images

Pour pouvoir bénéficier d’un accompagnement dans leurs projets, les collectivités doivent être à même de maîtriser ces sujets, et disposer d’un partage organisé d’informations. Quelques exemples de projets entrepris par les collectivités

  • Le port du Havre devient un smart port, investissant dans la gestion des déchets, le suivi des matières dangereuses, et la cartographie, qui lui permet d’identifier ses besoins et ses priorités. Missionné aussi sur les besoins de la ville, le port du Havre a mis en place et industrialisé une plateforme de gestion de la data pour la collectivité.
  • L’agglomération de Lorient a inauguré une plateforme de données en open source, qui elle permet la gestion et l’optimisation des ressources de 13 déchetteries locales.
  • La commune de Saint-Quentin (Aisne) travaille également à sa propre plateforme, qui assure le pilotage de l’arrosage et de la tonte au niveau des stades et des espaces municipaux, ainsi que la gestion de l’énergie et des bâtiments publics.

Toute collectivité souhaitant réaliser un tel projet doit se préparer à faire face à un certain nombre d’obstacles. Peuvent entrer en jeu une certaine maîtrise des technologies, des coûts élevés, ou encore des risques juridiques, politiques et cybercriminels. Enfin, la méfiance des différents acteurs peut se révéler un barrage de taille. Les territoires, insiste l’intervenant, ne doivent pas oublier que les citoyens sont au cœur de leurs projets, et leur confiance à eux aussi doit se gagner. Une collecte de data sera usitée de façon responsable, contrôlée et respectueuse des intérêts généraux dans le seul cas où un partage a été établi entre tous les acteurs d’un territoire. Pour y parvenir, les collectivités doivent prendre le temps nécessaire pour expliquer leurs projets de déploiement au public, et user de pédagogie.

Cyril Luneau appuie qu’un modèle industriel à grande échelle et sur la durée doit être mis en place pour un partage de data efficace. Si les projets d’un territoire ne sont pas mutualisés, son plan de transformation numérique sera incohérent. Pour atteindre cet objectif clé, celui de données “accessibles à tous et d’une manière organisée”, la collectivité doit travailler à l’échelle de tout son territoire. Ainsi, un délégataire de la gestion de la donnée publique doit pouvoir harmoniser les différents projets pour qu’ils englobent l’ensemble des différentes problématiques de la collectivité.


Retrouvez dès à présent l'intégralité des interventions du Sustainable Cities Summit !

CTA - Sustainable Cities Summit